Fdesouche

Malika Rahal

En 1998, elle est reçue à l’agrégation d’histoire. En 2007, elle soutient une thèse d’histoire sous la direction de Benjamin Stora à l’INALCO, où elle a également fait des études d’arabe. Son travail portait sur l’Union démocratique du manifeste algérien (UDMA), le parti de Ferhat Abbas. Au-delà du parti, elle y étudie ce qu’elle nomme « la décennie des partis politiques »(1946-1956). Elle a publié depuis, en France et en Algérie, une biographie de l’avocat Ali Boumendjel, assassiné par les parachutistes français durant la bataille d’Alger. 

Publicité

Après avoir été professeur en collège en Seine-Saint-Denis, elle a été maîtresse de conférences à l’université de Nottingham avant d’être recrutée au CNRS. Elle enseigne à Sciences-po Paris et à l’INALCO. 

Elle a écrit de nombreux articles sur la possibilité de faire de l’histoire portant sur la période post-indépendance et fait partie des premiers historiens à s’attacher à cette période. Elle anime un carnet de recherche en français, anglais et arabe intitulé Textures du temps, dans lequel de nombreux jeunes historien(-ne)s travaillant sur l’Algérie contemporaine partagent leurs travaux et leurs questionnements, et où ils réagissent en historiens à l’actualité4. Elle co-dirige avec Christian Ingrao, Ludivigne Bantigny, Roman Krakovsky et Matthieu Rey le projet 1979, Migrations of Hope, financé depuis 2016 par le Fonds Attentat mis en place par le CNRS à la suite des attentats du 13 novembre 2015 en France.

Raphaëlle Branche

est une historienne française, spécialiste des violences en situation coloniale. Elle est professeure d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Nanterre depuis la rentrée 2019, membre du Conseil supérieur des archives et rédactrice en chef de la revue Vingtième Siècle : Revue d’histoire.

Elle a été maître de conférences à l’université de Rennes II puis à l’université Paris I avant d’être élue professeur à l’université de Rouen en 2014, et à l’université de Paris-Nanterre en 2019. Elle a été membre junior de l’Institut universitaire de France de 2008 à 2012. Elle a soutenu en 2010 une habilitation à diriger des recherches intitulée Hommes et guerres en situation coloniale. Elle est rattachée au Centre d’histoire sociale du XXe siècle. Elle est spécialiste de l’étude des violences en situation coloniale.


Fdesouche sur les réseaux sociaux