Fdesouche

C’est une nouvelle illustration des tensions croissantes entre Moscou et les géants des réseaux sociaux. La Russie a annoncé ce mercredi “ralentir” le fonctionnement de Twitter, accusé de ne pas supprimer des contenus “illégaux” : ceux jugés pédopornographiques ou faisant l’apologie de l’usage de drogues ou du suicide.

“Des mesures de réponse centralisées ont été prises à l’encontre de Twitter, à savoir le ralentissement de la vitesse du service”, a indiqué le gendarme de l’Internet et des médias, Roskomnadzor, qui a le pouvoir de bloquer des sites ou ressources Internet en Russie. […]

La Russie bloque déjà avec un succès variable nombre de sites d’opposition ou ayant refusé de coopérer avec les autorités, comme le réseau social professionnel LinkedIn, détenu par l’américain Microsoft. Les autorités russes s’en étaient également pris en 2018 à la populaire messagerie cryptée Telegram pour son refus de fournir aux services de sécurité les moyens de lire les messages de ses utilisateurs. Après deux ans d’un blocage guère efficace, elles avaient abandonné en levant cette interdiction. 

L’Express


Fdesouche sur les réseaux sociaux