Fdesouche

Tremblement de terre à droite : Nicolas Sarkozy n’exclut pas de soutenir Emmanuel Macron en 2022. Condamné en première instance dans l’affaire des écoutes, l’ex-chef de l’Etat, qui a longuement parlé à l’actuel cette semaine, signifie à l’Élysée et à son camp qu’il continuera à peser.

Et si, demain, ­Nicolas Sarkozy apportait la droite sur un plateau à Emmanuel Macron? Les deux hommes, qui depuis trois ans nourrissent des relations complexes, entre attirance réciproque, tactique, méfiance, et intérêts bien compris, se sont longuement téléphoné lundi, après la condamnation de l’ancien président à trois ans de prison, dont un ferme, dans l’affaire des écoutes. Ce n’était bien sûr pas le moment d’aborder l’hypothèse d’un accord politique entre eux. Mais celle-ci n’est plus taboue.

Sarkozy lui-même lui a donné corps. Quand Le Figaro l’interroge, mercredi, sur un possible soutien au chef de l’État à la présidentielle, il élude, refuse pour l’heure de “soutenir un candidat plutôt qu’un autre”, promet qu’il se prononcera le moment venu “en toute transparence avec [s]a famille politique”. Mais il n’exclut rien. Le fondateur des Républicains acte ainsi explicitement que son choix ne se limitera pas aux seuls prétendants de sa famille politique, LR ou ex-LR. Un coup de tonnerre pour la droite. Et une gifle pour ceux qui rêvent de lui succéder à l’Élysée, de Xavier Bertrand à Valérie Pécresse en passant par Bruno Retailleau.

[…]

Le JDD


Fdesouche sur les réseaux sociaux