Fdesouche

Avant de devenir une icône médiatique dans certains pays occidentaux, l’opposant russe comparait les musulmans du Caucase à des cafards. Des propos dénoncés par Amnesty international qui continue néanmoins à réclamer la libération d’Alexeï Navalny.

L’organisation non gouvernementale Amnesty International a fait savoir dans un communiqué transmis à RT le 24 février, qu’elle avait «pris la décision en interne de cesser les références à Alexeï Navalny comme “prisonnier d’opinion” en raison de commentaires qu’il a faits dans le passé».

Si l’ONG précise qu’elle continuera à défendre l’homme politique russe, elle relève que certaines déclarations d’Alexeï Navalny, qu’il «n’a pas dénoncées publiquement» relèvent d’une «promotion de la haine».

Une allusion probable, entre autres, à une vidéo de 2007 toujours disponible sur le compte YouTube de l’opposant russe dans laquelle il comparaît les Tchétchènes à des cafards.

(…)

Alexeï Navalny était, avant d’acquérir une aura internationale, proche de mouvements d’extrême droite et comptait parmi la «Marche russe», un événement annuel qui rassemble les ultranationalistes du pays. Il postait alors des vidéos alliant humour noir et racisme.

(…) RT


Fdesouche sur les réseaux sociaux