Fdesouche

14/02/2021

Retour de bâton pour la milice anti-squat

Avant-hier soir, les habitant·e·s du 83 avenue de Fronton à Toulouse quittaient le squat sous la menace de différents groupes faisant passer la propriété privée avant la nécessité de dormir sous un toit.

Publicité

Le soir même un des chefs autoproclamés de cette milice, Vin’s Ken sur Facebook, appelait à un apéro au parking de Sesquières samedi après-midi pour « fêter cette putain de victoire » et créer des groupes capables de virer n’importe quel squat, partout en France. Il concluait sa vidéo, entrecoupée d’insultes homophobes, par « Vive la France, nique les squatteurs ! ».

Cette après-midi, un comité d’accueil attendait ces sous-flics qui ont mangé quelques coups et de la gazeuse.

À bas La Dépêche, vive les squatteureuses !

IAATA


13/02/2021

Alors que les soutiens de Roland voulaient fêter la libération de sa maison, des individus cagoulés se sont invités à la réunion, gazeuses et matraques à la main.

Ils avaient prévu de se retrouver autour d’un apéritif en plein air, au bord du lac Sesquières à Toulouse. Les délogeurs qui ont permis l’évacuation du squat de la maison de Roland, à Toulouse, ont été la cible d’une bande armée, samedi 13 février.

Si l’évacuation de la maison s’était déroulée dans le calme, jeudi 11 février, la vengeance ne s’est visiblement pas fait attendre. Des soutiens de Roland s’étaient donnés rendez-vous sur les réseaux sociaux à un apéritif convivial, afin de fêter leur semaine de mobilisation fructueuse, dans un cadre plus apaisé que sur l’avenue de Fronton.

Mais en début d’après-midi, la fête a été gâchée par une douzaine d’individus. Ils ont déboulé, cagoulés et armés de matraques sur les bords du lac, fréquenté par des familles le week-end. L’attaque est soudaine et violente, les six personnes présentes se font gazés, molestés et une moto sera dégradée. Les agresseurs repartent aussitôt, non sans laisser un message : « la fête est finie ! ». Quelques blessés légers seraient à déplorer, la police arrivée sur les lieux quelques minutes après n’a pu interpeller quelconque malfaiteur.

Valeurs Actuelles



12/02/2021

11/02/2021

Selon des informations recueillis auprès des “négociateurs du quartier” les squatteurs avaient peur, peur des représailles et des arrestations. La police sur place a laissé faire ce départ précipité (à voir en vidéo  sur nos réseaux sociaux). Vers 19h30 policiers et “libérateurs” restaient à proximité de la maison de Roland, attendant l’arrivée de la fille de l’octogénaire venue reprendre possession des lieux… 

centpourcent


Complément : La fin de la trêve hivernale repoussée au 1er juin 2021

10/02/2021


09/02/21



07/02/21


“Ils m’ont pris ma maison, celle où j’ai grandi et fondé ma famille”, s’indigne Roland. Ce retraité de 88 ans lutte depuis le mois de septembre pour expulser des squatteurs qui se sont installés dans son habitation, située avenue de Fronton, à Toulouse. 

Depuis plusieurs mois, cet ancien salarié de La Dépêche du Midi navigue entre sa propriété toulousaine et un appartement loué dans un département voisin pour se rapprocher de sa femme, Odile, placée dans un Ehpad. Jusqu’à septembre, il revenait chaque semaine avenue de Fronton pour se reposer et entretenir la maison. Lorsqu’il n’était pas présent, une aide ménagère récupérait le courrier et s’assurait que tout allait bien.

Le tribunal interdit l’expulsion jusqu’à la fin de la trêve hivernale, qui est prolongée jusqu’au 31 mai.

[…]

La Dépêche


Fdesouche sur les réseaux sociaux