Fdesouche

Trappes est une ville de 32 000 habitants, située à seulement 10 kilomètres de Versailles, mais avec une sociologie très différente de la préfecture des Yvelines, perçue comme socialement homogène voire “chic”. La commune de Trappes, qui s’est agrandie au fur et à mesure de l’arrivée des travailleurs migrants attirés par les usines de la région parisienne, a au contraire vu sa population s’agrandir et se métisser au fil des années. Actuellement, 70 nationalités sont présentes dans la ville, dont 45 parmi les paroissiens. Le père Étienne Guillet, 44 ans, prêtre du diocèse de Versailles depuis 2006, vit son sacerdoce avec enthousiasme dans cette ville de banlieue parisienne, dans la continuité de la fraternité humaine prônée par le Pape François.

Le multiculturalisme a dynamisé la communauté chrétienne, de dimension modeste mais «en bonne forme», se réjouit le père Guillet, qui recense entre 500 et 600 paroissiens réguliers. Le Cap-Vert, le Congo, la Côte d’Ivoire, l’Inde, avec de nombreux catholiques issus de la communauté tamoule de Pondichéry, Madagascar, ou encore l’Outre-Mer française constituent une grande partie des effectifs.

«La paroisse est à l’image de cette ville jeune», dans laquelle «les chrétiens sont minoritaires mais vivent leur foi d’une façon rayonnante», explique le curé, qui ne voit aucune contradiction entre le fait de s’assumer franchement minoritaire et celui de vivre sa foi librement et avec enthousiasme. «La mosquée de Trappes accueille 3000 personnes, et notre église n’a que 400 places : nous ne sommes pas sur les mêmes échelles!», reconnaît le père Guillet, qui vit néanmoins un ministère profondément heureux dans ce contexte du catholicisme populaire. […]

Une dynamique «intelligente et constructive» s’est aussi créée avec la nouvelle équipe municipale, en responsabilité depuis les dernières élections. Le curé quadragénaire et le maire trentenaire, de culture musulmane, se tutoient et se téléphonent régulièrement. […]

vaticannews


Fdesouche sur les réseaux sociaux