Fdesouche

Le père d’un enfant de 7 ans, scolarisé à l’école Jean Moulin de Nîmes, est accusé d’insultes et de menaces de mort envers le directeur de l’établissement et une enseignante. Les faits se sont déroulés vendredi. Depuis, il s’est rendu à la police et a été écroué avant une comparution ce mardi.

Il insulte alors une enseignante et le directeur de l’école Jean Moulin, puis il profère des menaces de mort. L’homme part en crachant et en leur promettant un sort pire que celui de Samuel Paty..

Il a 33 ans et aurait expliqué son comprtement aux policiers par la peur de perdre la garde de son fils et qu’on lui enlève l’enfant. Enfin, d’après un témoignage reçu à la rédaction de France 3 mais que nous ne sommes pas en mesure de confirmer, pour l’instant, il serait fiché S.

Le directeur et l’enseignante, très choqués par l’altercation, sont en arrêt de travail.

Un certain nombre de professeurs ne souhaitent plus exercer dans le quartier. Pour protester contre l’insécurité grandissante, plusieurs ont décidé de faire valoir leur droit de retrait ce lundi. Il n’y a aucun cours à l’école Jean Moulin et seuls 2 des 28 profs du collège Romain Rolland voisin sont en classes.

Source France 3

Driss Sibari, 33 ans et père de 2 enfants, était convoqué ce mardi matin en comparution immédiate devant le tribunal de Nîmes. Cet homme accusé d’avoir proféré des menaces de mort dans la cour de l’école Jean Moulin de Nîmes, vendredi dernier, à l’encontre du directeur de l’établissement et d’une institutrice ainsi que de les avoir insulté et bousculé, est en détention provisoire.

S’il a reconnu les insultes à la barre, il nie les menaces de mort.

L’école est fermée depuis les faits et des enseignants des établissements voisins, notamment du collège Romain Rolland, ont fait valoir leur droit de retrait face à l’insécurité grandissante dans le quartier du Chemin Bas d’Avignon.

Comme des témoins nous l’ont dit hier, l’agresseur en lançant des menaces de mort aurait fait référence à Samuel Paty, l’enseignant assassiné en banlieue parisienne.

Cet homme a dit en public : “ce qui a été fait à Samuel Paty n’est rien à côté de ce que je vais te faire”.

Driss Sibari dit avoir vu rouge quand les problèmes de comportement de son fils ont été évoqués et surtout quand le directeur a avancé la possibilité d’une alerte des services sociaux.
Rapidement, les avocats des défendeurs mettent en avant une possible récidive de colère ou de violence. Car l’homme a un casier judiciaire notamment pour des faits de vols et de violences qui remontent à 5 ans.

L’avocate de l’accusé Me Touzellier réplique : “il s’engage à ne plus se rendre à l’école”.

Un maintien en détention jusqu’au procès le 2 février.

Source France 3