Fdesouche

Professeur à l’Université de Wilmington en Caroline du Nord, mais aussi polémiste assumé, harcelé et menacé sur les réseaux sociaux en raison de son ironie mordante très “politically incorrect”, Mike Adams s’est suicidé en juillet dernier. Victime de la cancel culture qui déchire les Etats-Unis ?

Greg Lukianoff, déjà évoqué ici,est le co-auteur, avec le psychologue Jonathan Haidt, de The Coddling of the American Mind [traduction approximative : Le dorlotage intellectuel des jeunes Américains] qui met en question l’hyper-sensibilité des récentes générations d’étudiants, et la rend responsable de leur passion d’interdire et de censurer. Ce qu’on appelle désormais la cancel culture

(…)

Tweets provocateurs, menaces, éviction : le scénario fatal

Tant qu’il a limité ses tribunes à la presse conservatrice, Mike Adams a pu continuer à exercer ses fonctions de professeur de criminologie. Mais les choses se sont gâtées lorsqu’il a commencé à utiliser Twitter pour se moquer de ce qui l’énervait. Hostile au confinement, il a tweeté le 28 mai : “Ne fermez pas les universités. Ou alors fermez les départements non essentiels, comme les études féministes.” (…)

L’Amérique en pleine guerre culturelle ?

Cet été, il a fallu que Mike Adams blague sur Tweeter à propos du confinement, en interpellant le gouverneur de Caroline du Nord d’une formule de negro spiritual connue, “Let my people go”, pour qu’aussitôt, des listes se forment pour exiger son éviction de son université. Sur les réseaux sociaux et sur son portable, les menaces devenaient plus violentes. L’université qui savait d’expérience que l’homme ne se laissait pas faire, avait payé très cher sa mise à la retraite anticipée, à 55 ans. Mais il n’a pas supporté d’être désigné à la fureur publique comme raciste et misogyne. 

(…) France Culture


Fdesouche sur les réseaux sociaux