Fdesouche

07/01/2021

André Gerin, ancien député-maire PCF de Vénissieux, est l’invité ce mercredi de Gérard Angel, dans les Coulisses du Grand Lyon.  Le communiste reconnaît aujourd’hui des erreurs : “Dans les années 80, beaucoup de maires se sont appuyés sur les grands frères. (…) C’était une erreur monumentale. A l’époque, on ne se rendait pas forcément compte de ce qui allait arriver“. Sa prise de conscience ? “Quand les deux gamins de Vénissieux ont été incarcérés à Guantanamo“.

[…] L’ancien élu PCF veut désormais envoyer des casques bleus de la République à Vénissieux : “Pour aller à la reconquête autour de l’école, de la sécurité, de l’emploi, il faudrait un plan Orsec où des gens dépendants de l’Etat et en relation avec les communes soient présents physiquement, jour et nuit, pour éradiquer (les problèmes ndlr) et aider les habitants à se prendre en charge“. Pour André Gerin, il est urgent de “sortir du discours de l’excuse et de la victimisation”.

Lyon-Mag

04/01/2021

Dans ce dossier, ce sont huit quartiers prioritaires de France qui ont été analysés. Parmi eux, les Minguettes, à Vénissieux, décrit comme l’un des bastions de l’islam fondamentaliste grâce, notamment, aux informations collectées par le ministère de l’Intérieur.

Le quartier est marqué par un fort communautarisme et un islam de plus en plus rigoriste. Des femmes suivent les préceptes de la religion musulmane et s’habillent traditionnellement. Si beaucoup d’entre elles le font par conviction, il est probable que certaines s’y voient contraintes par la pression familiale et sociale. À ce titre, existe un réel questionnement sur la place de la femme et de la mixité dans l’espace public au sein de ces quartiers” peut-on lire dans le rapport.

Cités dans le document, les services de la Ville déplorent également “des problèmes de comportement, la promotion d’un autre mode de vie, la multiplication des incidents quotidiens, un phénomène d’entre soi sur une base religieuse, une marginalisation progressive des femmes, un nombre croissant ne sortant plus, une présence des hommes oppressante, deux écoles désertées lors d’évènements religieux, le poids du ramadan de plus en plus fort chaque année, des certificats religieux pour jeunes filles au motif d’allergies au chlore, des épisodes de prières au sein d’un groupe scolaire, etc.”

A l’école, justement, la cour des comptes relève d’autres difficultés avec “des équipes pédagogiques régulièrement confrontées à la police religieuse ou mosquées jugées salafistes”. Le dossier se termine en affirmant d’ailleurs que sur les 15 lieux de cultes des Minguettes, deux mosquées sont jugées “salafistes”.

La cour des comptes donne également la parole à la municipalité de la commune de l’est lyonnais. La maire PCF, Michèle Picard évoque “un combat idéologique et de valeurs en cours sur ces territoires pour faire comprendre et respecter le cadre laïc”.

Lyon Mag


Fdesouche sur les réseaux sociaux