Fdesouche

La Cour de cassation a annulé ce mardi la condamnation du journaliste de RFI et des Jours David Thomson, poursuivi en diffamation par le maire de Nice Christian Estrosi pour son livre-enquête sur les jeunes Français partis faire le jihad en Syrie.

Dans “Les Revenants”, publié en 2016, David Thomson rappelait que Nice avait été un important vivier de jihadistes français et donnait la parole à un Niçois rentré de Syrie qui reprochait au maire de n’avoir rien fait pour neutraliser la propagande d’un recruteur du groupe Etat islamique, Oumar Diaby.

Le journaliste, prix Albert-Londres 2017, avait été relaxé en première instance mais la cour d’appel d’Aix-en-Provence, qui se prononçait uniquement sur le plan civil, l’avait condamné le 29 octobre 2019 à verser 3 000 euros de dommages-intérêts à Christian Estrosi.

La Cour de cassation a annulé ce mardi cette condamnation sans ordonner de renvoi, ce qui rend cette décision définitive.

La Provence