Fdesouche

Une partie des quelque 3000 personnes évacuées mardi d’un campement en Seine-Saint-Denis a été accueillie près de Meaux. Régis Sarazin déplore «un choix uniquement financier» des hôteliers.

La surprise n’a pas été du goût de Régis Sarazin. Après le démantèlement d’un campement de 3 000 migrants mardi en face du Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), 73 d’entre eux ont trouvé refuge à l’hôtel Première classe à Nanteuil-lès-Meaux. Sans que le maire n’en ait été informé.

« L’arrivée des migrants à Nanteuil fait suite à une décision des propriétaires de l’hôtel, qui ont proposé leur établissement à l’État pour des seules raisons financières, souligne l’élu. Il faut aider ces personnes qui sont dans la désespérance, mais je ne comprends pas cette décision. »

(…) Le Parisien


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux