Fdesouche

Le Premier ministre pakistanais a écrit une lettre au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, demandant l’interdiction des contenus “islamophobes” sur le site, mettant en garde contre une augmentation de la radicalisation parmi les musulmans.

Dans la lettre, partagée par le gouvernement pakistanais sur Twitter, Imran Khan a déclaré que “l’islamophobie croissante” encourage l’extrémisme et la violence à travers le monde – en particulier via les réseaux sociaux telles que Facebook.  

“Je vous demanderais d’interdire l’islamophobie et la haine contre l’islam sur Facebook de la même manière que vous l’avez fait pour l’Holocauste”, a déclaré Khan.

Facebook a déclaré ce mois-ci qu’il mettait à jour sa politique en matière de discours de haine afin d’interdire tout contenu qui niait ou déformait l’Holocauste.

Facebook n’a pas immédiatement répondu à la demande de commentaires de Reuters sur la lettre de Khan.

 “On ne peut pas envoyer un message indiquant que si les messages de haine contre certains sont inacceptables, ils sont acceptables contre d’autres”, a déclaré Khan, ajoutant que c’était “le reflet de préjugés et de partis pris qui encourageront une radicalisation plus poussée”.

Khan a fait référence dans sa lettre à la situation en France, où, a-t-il dit, l’islam était associé au terrorisme.

Plus tôt dimanche, Khan a déclaré que le président français Emmanuel Macron avait “attaqué l’islam” en encourageant l’affichage de caricatures représentant le prophète Mahomet.

Les commentaires de Khan sont intervenus après que Macron eut rendu hommage à un professeur d’histoire décapité par un islamiste radical qui voulait venger l’utilisation de caricatures représentant le prophète Mahomet dans un cours sur la liberté d’expression.

USNews 


“La marque d’un leader est qu’il unit les êtres humains, comme l’a fait Mandela, plutôt que de les diviser. C’est un moment où le président Macron aurait pu apporter une touche de guérison et refuser de l’espace aux extrémistes plutôt que de créer davantage de polarisation et de marginalisation qui conduisent inévitablement à la radicalisation.

Il est malheureux qu’il ait choisi d’encourager l’islamophobie en s’attaquant à l’islam plutôt qu’aux terroristes qui commettent des violences, qu’il s’agisse de musulmans, de suprémacistes blancs ou d’idéologues nazis. Malheureusement, le président Macron a choisi de provoquer délibérément les musulmans, y compris ses propres citoyens, en encourageant l’affichage de caricatures blasphématoires ciblant l’islam et notre prophète.

En attaquant l’islam, clairement sans en avoir aucune compréhension, le président Macron a attaqué et blessé les sentiments de millions de musulmans en Europe et dans le monde. La dernière chose que le monde veut ou a besoin est une polarisation accrue. Les déclarations publiques fondées sur l’ignorance créeront plus de haine, d’islamophobie et d’espace pour les extrémistes.”


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux