Fdesouche

Reconnu coupable pour son implication dans les attentats terroristes du 16 mai 2003 à Casablanca, qui avaient fait 33 morts parmi les civils et 12 morts parmi les kamikazes , Saïd Mansour a été condamné, lundi, à la peine capitale. Cependant, il est peu probable que Mansour soit exécuté, puisque le Maroc n’applique plus la peine de mort depuis 1994, quoique toujours présente dans les dispositions du Code pénal ou de la loi antiterroriste.

Vivant depuis 1984 au Danemark, il a été déchu de sa nationalité danoise puis extradé au Maroc, où il a été jugé. L’agence de presse espagnole EFE rappelle que le cas de Mansour est inédit, d’autant plus que c’est la première personne au Danemark à être déchue de sa nationalité, en 2016, pour une infraction pénale qui lui a coûté une peine de quatre ans de prison. En effet, la justice danoise l’a reconnu coupable de propagande pour le réseau terroriste Al Qaïda, dans ce pays où il a eu cinq enfants avec son épouse danoise.

Son extradition a également fait l’objet de controverses, faute d’accord entre Rabat et Copenhague et en raison des propos des avocats de Mansour, selon lesquels le terroriste risquait de «subir des traitements de torture ou d’être exécuté» en cas d’extradition vers le Maroc. L’opération s’est finalement faite en janvier 2019, permettant sa comparution.

yabiladi


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux