Fdesouche

21/10/2020


19/10/2020

Didier Cornara, dont le frère avait été assassiné en juin 2015, revit son traumatisme après la mort de Samuel Paty, l’enseignant tué vendredi. Et il exhorte les politiques à combattre l’islamisme radical.

(…) C’était le 26 juin 2015, à Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Yassin Salhi, 35 ans, chauffeur-livreur de la société de transport d’Hervé Cornara, avait assassiné son employeur, âgé de 54 ans, puis accroché la tête de sa victime à un grillage, entourée par deux drapeaux de la Chahada, la profession de foi islamique. L’auteur de ce crime barbare avait ensuite tenté de faire exploser une entreprise classée Seveso.

(…) Le frère d’Hervé Cornara raconte que l’attentat du 26 juin 2015 a brisé sa famille. « La femme d’Hervé et son fils Kevin ont eu des problèmes de santé à cause de ça. Ils ont déménagé. Nous n’avons plus de contact avec eux. L’entreprise de mon frère a fait faillite », énumère Didier, qui vivait à l’époque en Asie avec sa femme.

(…) Le frère d’Hervé Cornara se demande quand « nos politiques vont-ils sortir les mains de leurs poches et mettre dehors ces imams, ces prédicateurs et tous ces gens qui prêchent et attisent la haine ? » Il assume et précise : « Quand je dis ça, ce n’est pas du racisme. On est juste en guerre. Et il faut combattre l’ennemi. Lorsqu’on décapite un professeur sur un trottoir, si ce n’est pas une guerre, c’est quoi alors ? »

(…) Le Parisien


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux