Fdesouche

13/10/20

Après 96 heures de garde à vue, Lyes S., 28 ans, soupçonné d’être complice dans l’agression armée de deux enquêteurs de la police judiciaire attaqués dans la zone industrielle de Herblay (95), mercredi soir, a été mis hors de cause pour les tirs qui ont blessé les deux fonctionnaires de police, laissant l’un d’eux pour mort. Sa participation active a néanmoins été décrite par le policier blessé, mais conscient au moment de l’agression. Il aurait incité ses complices à s’en prendre physiquement aux enquêteurs de la PJ en mission sur le secteur. […] L’état de santé du brigadier de police le plus gravement blessé reste stable. […]

lepoint.fr


09/10/2020


09/10/2020

INFO BFMTV – Trois individus étaient en fuite et activement recherchés depuis la violente agression de deux polciiers à Herblay mercredi soir.

L’un des hommes suspectés d’avoir violemment agressé deux policiers mercredi soir à Herblay, dans le Val-d’Oise, s’est rendu ce vendredi matin.

BFMTV


08/10/2020



Selon le récit effectué par l’une des deux victimes, consciente, qui a elle-même joint ses collègues du centre d’information et de commandement du secteur, trois individus se sont présentés à eux en pensant qu’ils appartenaient à la communauté des gens du voyage. Après avoir décliné leur qualité, les deux policiers ont été extraits de leur véhicule banalisé et roués de coups. Au cours de la lutte, les agresseurs ont dérobé les armes de service des fonctionnaires et en ont fait usage à plusieurs reprises sur les agents.

Le Point


Une enquête de flagrance a été ouverte par le parquet de Pontoise pour “tentative d’homicide sur agents de la force publique en bande organisée”. La brigade criminelle de la police judiciaire de Versailles est chargée de l’enquête. 

Un des agents entre la vie et la mort

Un des policiers était inconscient à l’arrivée des secours. Conduit à l’hôpital Beaujon à Clichy (Hauts-de-Seine), l’agent de 30 ans a reçu quatre balles dans l’abdomen, une dans le genou et dans les cuisses. Il souffre aussi d’une fracture du crâne. Son pronostic vital est engagé. 

La seconde victime, âgée de 45 ans, a été transportée au centre hospitalier de Pontoise. L’agent a été touché par des balles au niveau d’un genou et à une cuisse et présente un traumatisme crânien. Son pronostic vital n’est pas engagé. 

RTL


« Ce sont des actes de grande sauvagerie, (…) une sauvagerie qui est devenue quotidienne, contre des policiers, dont personne ne pouvait manifestement ignorer qu’ils étaient policiers », a poursuivi Gérald Darmanin. « J’ai une pensée pour ce policier qui, à 30 ans, se bat contre la mort ».


Déjà bannies de nombreux quartiers du territoire, les forces de l’ordre sont désormais dépouillées, violemment agressées et blessées dans l’exercice de leurs fonctions : mercredi 7 octobre au soir, à Herblay, dans le Val d’Oise, deux policiers ont été blessés par balle, selon nos informations. Les agresseurs seraient « trois individus » : l’un « de type africain », un autre « de type métis aux cheveux frisés » et un dernier « de type nord-africain au crâne rasé », précise une source policière à Valeurs actuelles

Valeurs



Deux policiers ont été blessés par balle ce mercredi soir à Herblay, dans le Val-d’Oise, a appris BFMTV de source policière. Les agresseurs ont dérobé leurs armes aux deux agents et leur ont tiré dessus, poursuit cette même source. Le pronostic vital d’un deux policiers est engagé, trois personnes sont recherchées.

Invité de BFMTV, le maire d’Herblay a dénoncé “une violence inouïe“. “Les policiers étaient en planque et en civil“, “je ne suis pas sûr que les agresseurs savaient que c’était des policiers“, a-t-il expliqué

BFMTV


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux