Fdesouche

Discours intégral


« Ce à quoi nous devons nous attaquer, c’est le séparatisme islamiste », qui « se traduit souvent par la constitution d’une contre-société », a annoncé le président de la République après quelques minutes de discours. « Ne nous laissons pas entraîner dans le piège de l’amalgame tendu par les polémistes et par les extrêmes qui consisterait à stigmatiser tous les musulmans », a-t-il toutefois tempéré (…)

(…) Au niveau éducatif, Emmanuel Macron a annoncé que l’instruction scolaire à domicile sera, à partir de la rentrée 2021, «strictement limitée, notamment aux impératifs de santé», et qu’elle deviendra donc obligatoire au sein de l’école dès l’âge de 3 ans. « C’est une nécessité. J’ai pris une décision sans doute l’une des plus radicales depuis les lois de 1882 et celles assurant la mixité scolaire entre garçons et filles en 1969 », a souligné le chef de l’État, ajoutant par ailleurs que « les écoles hors contrat feront l’objet d’un contrôle renforcé».

(…) Il a aussi plaidé pour « enseigner davantage la langue arabe à l’école » ou « dans un périscolaire que nous maîtrisons »,car « notre jeunesse est aussi riche de cette culture plurielle . L’État doit également « s’engager et soutenir ce qui doit, dans notre pays, permettre de faire émerger une meilleure compréhension de l’islam », a ajouté le chef de l’État en annonçant la création d’un « institut scientifique d’islamologie » et de « postes supplémentaires dans l’enseignement supérieur ».

Le Point


Emmanuel Macron veut “enseigner davantage la langue arabe à l’école ou dans un périscolaire que nous maîtrisons”. Le chef de l’État veut en finir avec les jeunes qui “vont l’apprendre dans des associations qui leur proposent le pire et qui sont manipulés”. […]

“Nous soutiendrons à hauteur de 10 millions d’euros les initiatives qui seront prises par la Fondation pour l’islam de France en matière de culture, d’histoire et de sciences“, a annoncé le chef de l’Etat. “Je pense en particulier au développement des d’études islamiques de haut niveau à l’université. J’ai décidé que nous allons créer un institut scientifique d’islamologie. Nous créerons des postes supplémentaires dans l’enseignement supérieur pour continuer le travail en matière de recherche sur la civilisation musulmane, mais aussi sur le bassin méditerranéen et l’Afrique.” […]

Lire l’article complet sur Le Figaro


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux