Fdesouche

Ils ont des corps d’enfants, jouent comme des enfants, mais leur regard est mort. La journée, on croise ces mineurs isolés originaires du Maroc, à 80 %, et d’Algérie, à 20 %, dans le quartier de la Goutte-d’Or, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, où ils errent, au grand dam des habitants et commerçants usés par cette cohabitation forcée.

[…] « On leur a volé leur enfance, ils ont vécu des traumatismes, martèle Aurélie El Hasak-Marzorati, directrice du Casp. Ils sont partis du Maroc ou d’Algérie où ils vivaient pour la plupart dans des campagnes ou des petites villes. Ils étaient déconsidérés, par exemple, parce qu’ils étaient élevés par une mère célibataire, ou ont subi des violences. Alors ils sont allés dans des zones périurbaines à Fès, Casablanca, où ils sont tombés dans la délinquance, la drogue… pour survivre dans un monde de rue. » Et répètent la même chose ici. […]

Le Parisien


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux