Fdesouche

Depuis le 3 septembre, le prestataire n’assure plus, sur décision du maire, la livraison de repas sans viande aux enfants comme c’était le cas auparavant.

“Comment une décision aussi importante pour nous et pour nos enfants, qui risque de les perturber dans la mesure où en faisant ça, on les pousse à se sentir différents des autres, peut être prise de façon aussi unilatérale ?”, interroge Jihad Irhzo, le papa d’une petite fille. “Lorsque des lasagnes ou du hachis sont proposés aux enfants, tous ceux qui ne mangent pas de viande sont pénalisés”.

Nous ne sommes pas ici dans des considérations communautaires ou de laïcité, mais dans une logique d’équilibre alimentaire et de partage des valeurs du vivre ensemble“, alerte Djamel Mousli.

“Nous n’allons pas glisser sur un système qui n’est pas le nôtre et augmenter le coût de la cantine pour une minorité de familles. On est dans une cantine, pas dans un restaurant où chacun choisirait ses plats à la carte, au gré de ses envies”, justifie Claude Vitry, le maire. “Cela pose problème aux enfants qui ne mangent pas de viande et que l’on retrouve en train de piquer dans les assiettes des autres, ne comprenant pas pourquoi les autres peuvent en manger et pas eux. Certains disent même qu’ils aiment bien le jambon, mais ça, on n’a pas le droit de le dire…”

Le courrier picard


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux