Fdesouche

La capitale gardoise voit se développer des règlements de comptes qui rappellent ceux de la grande voisine marseillaise.

Depuis début 2020, les armes ont parlé à douze reprises à Nîmes (Gard), dont sept fois avec des fusils d’assaut. Des rafales tirées le plus souvent dans les quartiers sensibles de la ville, la ZUP, à l’ouest, et les quartiers sensibles du Chemin bas et du Mas de Mingue, au sud. Le motif? Des conflits entre équipes rivales sur fond de trafic de stupéfiants…

[…]

L’article dans son intégralité sur Le Parisien


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux