Fdesouche

Dans une tribune au « Monde », l’ancien député Verts européen Daniel Cohn-Bendit et l’universitaire Claus Leggewie plaident pour une fédération franco-allemande, qui permettrait de relancer une Union européenne essoufflée. « En Europe, personne ne doit avoir peur de 150 millions de Franco-Allemands ayant une double nationalité » affirment-ils.

L’Europe risque actuellement de se scinder en plusieurs composantes : les traqueurs de bonnes affaires que sont les « cinq frugaux » [les pays du Nord, Pays-Bas en tête, défenseurs de la rigueur budgétaire], les nationalistes du groupe de Visegrad [Pologne, Hongrie et autres pays de l’ex-Est], le super-endetté « Club Med » [pays de l’Europe du Sud]. La prétendue supériorité de l’Allemagne et de la France, exposée au feu de la critique autant à La Haye qu’à Rome et Varsovie, constitue le vecteur commun de ces forces centrifuges. Mais l’axe Paris-Berlin existe-t-il toujours ?

Au lieu d’aggraver la dépression européenne, nous devrions oser le grand saut en développant les plans avancés et les véritables progrès réalisés en 2019 et 2020, qui s’inscrivent dans le contexte du traité d’Aix-la-Chapelle et du plan de crise de l’Union européenne (UE) proposé par Angela Merkel et Emmanuel Macron. Une fédération progressive franco-allemande, tel est l’objectif.  […]

Alors qu’en 1955 ou 1970, on assistait à deux mondes très différents, aujourd’hui, les Français et les Allemands se sont fortement rapprochés, sans tomber dans l’uniformité. […]

Le Monde


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux