Fdesouche

Signaler les agressions, les tentatives de vol ou encore les faits de harcèlement… Pour lutter contre l’insécurité à Rouen (Seine-Maritime), plusieurs particuliers ont lancé de leur propre chef des pages Facebook, comme « Vigilance Rouennaise » ou encore « Rouen des habitants en sécurité ». Ces pages permettent d’échanger et de prévenir la population en cas d’agression, via des systèmes d’alertes et d’abonnements. Mais l’activité de ces citoyens n’entre-t-elle pas en conflit avec les prérogatives de la police ?

Prise de conscience après un meurtre à Rouen

C’est suite au meurtre d’un homme dans les jardins de l’hôtel de ville de Rouen, en septembre 2019, que Jean* a décidé de mettre en place « Vigilance rouennaise » en mai dernier, sa nouvelle page Facebook qui comptabilise à ce jour près de 3 000 abonnés. Des alertes et notifications sont envoyées aux abonnés de la page lorsqu’une agression est remontée sur internet, sur le modèle de ce qui a été mis en place sur Facebook à la suite des attentats du Bataclan ou de l’application « StopCovid »

L’idée est en partant d’une soirée, de jeter un coup d’oeil et de « checker » le téléphone, son Facebook et ses mails afin de voir s’il n’y a pas une notification qui me dit : ‘Attention, il se passe quelque chose dans tel secteur !’

Plus récemment, début septembre, un autre jeune, Baptiste, a lancé sa propre page Facebook « Rouen, des habitants en sécurité » afin « d’échanger des conseils, de l’aide, des expériences, et discuter sur ce que nous pouvons faire ensemble pour changer les choses. »

Il a également mis en ligne une pétition, qui a pour objectif d’atteindre 500 signatures. « La pétition sera présentée aux élus locaux pour faire pression et demander plus de sécurité dans [nos] villes », indique son auteur. Jeudi 10 septembre 2020, elle réunissait près de 183 signataires.

[…]

Actu.fr


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux