Fdesouche

Selon le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, plus de 8 000 personnes sont surveillées pour radicalisation à caractère terroriste sur le territoire.

Plus de 8 000 personnes (8 132) sont à ce jour inscrites au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), a annoncé lundi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

En déplacement au siège de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Gérald Darmanin a souligné que la menace terroriste “demeurait extrêmement élevée sur le territoire”, en précisant que le “risque terroriste d’origine sunnite demeurait la principale menace à laquelle est confronté notre pays”.

[…]

C’est “la menace endogène (projets d’actes terroristes élaborés sur le territoire, NDLR) qui est “la plus prégnante et la plus forte”. “Elle est nourrie par la propagande des groupes terroristes, inspirée des vétérans du Jihad mais également par l’emprise que les tenants d’un islam radical s’efforcent d’avoir dans certains de nos quartiers”, a-t-il ajouté.

Le ministre a estimé que “la menace représentée par des individus adeptes de l’islam radical (…) deven(ait) un défi croissant pour les services de renseignement qui assurent aujourd’hui le suivi de 8 132 individus inscrits au FSPRT”.

[…]

Abordant la question de la libération prochaine des “505 détenus terroristes islamistes en lien avec la mouvance islamiste”, auxquels il a ajouté “702 détenus de droit commun susceptibles de radicalisation”, il a fait valoir qu’il s’agissait d’un “défi sécuritaire majeur”. “En 2020, a-t-il dit, les prévisions de libération sont évaluées à 45 détenus pour des faits d’association de malfaiteurs terroristes”, et en 2021 à “63 terroristes islamistes condamnés”.

[…]

SudOuest


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux