Fdesouche

D’importants désaccords internes secouent le Vatican. Le mot « schisme » refait surface.

Il flotte en cet automne romain saturé d’humidité une atmosphère assez délétère sur l’une des sept collines de la capitale italienne, le Vatican. Ce lieu sacré du catholicisme où saint Pierre repose, selon la tradition, n’a jamais été tranquille. Mais le mot « schisme » y refait surface. Un schisme est une rupture dans la communion de l’Église où une partie de la communauté prend le large, à la suite d’un désaccord doctrinal. Le dernier en date, même si les auteurs récusent le terme « schisme », remonte à l’ordination de quatre évêques, contre l’avis de Rome, par Mgr Marcel Lefebvre, en juin 1988. Le grief portait sur le concile Vatican II (1962-1965) et la réforme de la liturgie.

Les désaccords internes portent cette fois sur le train de réformes que le pape François, 266e successeur de Pierre, entend mener à bien. La plus spectaculaire sera accomplie d’ici à la fin octobre via un « synode sur l’Amazonie » …

(…) Le Figaro


Fdesouche sur les réseaux sociaux