Fdesouche

Le Dalaï-Lama a déclaré mercredi dernier à Malmø en Suède que « l’Europe appartient aux Européens » et qu’à terme il était souhaitable que les réfugiés retournent chez eux « pour reconstruire leur propre pays ».

Tribune de l’essayiste britannique Douglas Murray :

(…) Des sociétés fondamentalement modifiées sans le consentement de leurs peuples auront du mal à rester ordonnées et harmonieuses.

Bien sûr, les sondages montrent que la plupart des Européens sont d’accord avec le Dalaï Lama. Pourtant, peu de personnes ont la chance d’être le Dalaï Lama. Ainsi, ce qui est toléré venant d’une personne particulière ne sera pas toléré venant d’une autre.

Au cours des dernières décennies, la Gauche a développé l’idée extraordinairement destructrice selon laquelle l’identité d’un locuteur compte plus que le contenu de ses paroles. «Qui est-ce qu’il dit ?» compte plus que «Qu’est-ce qu’il dit ?».

Aujourd’hui, la chose la plus importante est devenue non pas la vérité d’un propos mais le profil de celui qui le tient. Le Dalaï-Lama a la robe, la religion, la pigmentation, la coupe de cheveux et l’histoire pour s’immuniser des pires accusations.

Mais l’Européen moyen n’a pas cette chance. Nous sommes obligés de mentir ou de garder le silence, de peur d’être insultés, si nous voulons dire des vérités fondamentales. Et pas seulement sur la question de l’immigration, mais sur un nombre conséquent de questions jugées taboues par la Gauche.

(…)

The Telegraph


Fdesouche sur les réseaux sociaux