Fdesouche

Le service archéologie de la Ville de Chartres a procédé, ce mardi 20 mars, à l’ouverture d’un sarcophage mérovingien. Le 21e découvert sur le site de fouilles de l’église Saint-Martin-au-Val, mais seulement le troisième à n’avoir jamais été ouvert auparavant.

« Cela permet d’avoir beaucoup plus d’éléments sur les gestes d’inhumation et de présentation du corps », détaille Bruno Bazin. Des informations qui permettront de déterminer, entre autres, le rang social de l’enfant, ses conditions de vie, son environnement.

L’autre particularité de ce sarcophage est qu’il renferme un enfant, enterré au milieu d’un groupe d’adultes. « Cela montre la volonté des inhumants de le mettre en valeur », précise Émilie Portat, archéo-antropologue.

Les ossements les mieux conservés sont ceux des jambes : fémurs, tibias et péronés. Le reste a été abîmé par la bruschite. Une réaction chimique qui se produit dans les espaces clos et humides et qui, en créant des cristaux, fait éclater os et objets. Un moindre mal pour Émilie Portat : « Cela permet de préserver les composés organiques. »

L’écho républicain

Merci à Jesse James


Fdesouche sur les réseaux sociaux