Fdesouche

Lors de l’élection du bureau, les « constructifs » LR ont placé l’un des leurs à un poste réservé à l’opposition, paralysant longuement l’institution.

Le groupe des « constructifs », rassemblant des élus de droite et de l’UDI plutôt favorables au président de la République Emmanuel Macron, avait intrigué en annonçant qu’il se déclarerait « dans l’opposition » au sein du Palais-Bourbon. Il a abattu son jeu, mercredi 28 juin, dans un coup de poker à incidences multiples et qui a longuement paralysé l’institution dans la soirée.

Les députés devaient se prononcer à 15 heures sur les nominations au bureau de l’Assemblée nationale. En jeu, six postes de vice-présidents, douze de secrétaires et trois de questeurs, ces derniers étant chargés de la gestion administrative et financière de l’institution. Des nominations qui, en règle générale, sont discutées et négociées par les présidents de groupe, qui tombent d’accord pour répartir les postes entre la majorité et l’opposition. Deux postes de vice-président et un poste de questeur devaient ainsi être attribués à cette dernière. La séance du jour s’annonçait une simple formalité, les présidents devant présenter autant de candidats que de postes, et éviter ainsi un vote.

Sauf qu’à 14 h 45, coup de théâtre. Thierry Solère, député Les Républicains (LR) « constructif », qui n’avait pas encore pris de poste à responsabilités, a annoncé sa candidature à celui de questeur, au mépris de l’usage le réservant au groupe d’opposition le plus important (le groupe LR, donc). Objectif affiché : ouvrir la questure « à tous les groupes de l’opposition, les groupes minoritaires », a justifié le coprésident des « constructifs », Franck Riester. Un vote était donc nécessaire pour départager les quatre candidats : Florian Bachelier et Laurianne Rossi, du groupe La République en marche (LRM), M. Solère et Eric Ciotti, désigné dans la matinée pour être le candidat du groupe LR.

Christian Jacob s’emporte après la victoire de Thierry Solère (LR dissident dit “constructif”) face à Eric Ciotti comme Questeur : “La majorité choisit son opposition !”

La bataille de postes s’est donc muée en nouveau règlement de comptes d’une droite fracturée, dont M. Solère a remporté le premier round. A 17 heures, le président de l’Assemblée, François de Rugy, annonçait au « perchoir » que le député des Hauts-de-Seine était, à l’instar des deux députés LRM, élu questeur, avec les voix de la majorité. Dans un communiqué, Eric Ciotti, député (LR) des Alpes-Maritimes, qualifiait la manœuvre de « scandale démocratique » et de « hold-up institutionnel ». « Les jeunes, ce qu’ils veulent, c’est la peau de Ciotti », commentait, pour justifier le vote en faveur du député « constructif », un vieux connaisseur de l’Assemblée, membre de la majorité. (…)

Le Monde


Fdesouche sur les réseaux sociaux