Fdesouche

Une étude le confirme: les réfugiés réduisent notre niveau d’éducation. L’Allemagne doit enfin être honnête maintenant – et s’attaquer au problème. Et la question de l’asile être définitivement séparée de la question du marché du travail(….)

5044375_3_443c_la-cdu-a-reelu-angela-merkel-a-sa-tete-pour_13afca286b76042006da23ecb3df337c

Tout d’abord, les réfugiés réduisent le niveau de l’éducation dans ce pays. Deuxièmement, les réfugiés augmentent la proportion de travailleurs à bas salaires.

L’étude vient de l’Institut de Cologne pour la recherche économique (IW). Plus précisément : Neuf pour cent de tous les réfugiés adultes en Allemagne n’ont jamais été à l’école, 24 pour cent ont quitté l’école sans qualification.

Les chiffres ne sont pas nouveaux. Il y a un an, l’IW avait publié des faits très similaires. Mais à ce moment-là le petit était souhaitée: Il y avait des moments où Daimler PDG Dieter Zetsche a déclaré que le grand nombre de réfugiés pourrait “être une base pour le prochain miracle économique allemand, au mieux” (….)
Les nouveaux arrivants ne sont pas les nouveaux professionnels, mais un énorme défi pour le système éducatif. Les personnes déplacées sont là et vont rester. (…)

Parce que lorsque le niveau tombe dans les écoles, souffrent tous les étudiants – et l’économie. Il faut maintenant tout simplement beaucoup d’argent à prendre la situation en main afin de rendre possible l’ajustement du système d’éducation pour l’avenir… Et la seule façon d’empêcher la concurrence dans le secteur des bas salaires.

L’Allemagne doit arrêter aussi pour l’avenir, de confondre l’évasion des zones de crise avec la solution de la pénurie de travailleurs qualifiés. La question de l’asile doit enfin être séparé de la question du marché du travail. La première est une question humanitaire, l’autre d’ordre économique.

L’écart entre les professionnels ne peut être fermé sur la politique d’asile, mais seulement par une véritable politique d’immigration – avec un système de points qui apportera à l’Allemagne, les gens nécessaires au marché du travail.

Welt.de

Merci à Rose


Fdesouche sur les réseaux sociaux