Fdesouche

Combattre le Front national semble être «une lutte de bon sens» pour Philippe Sage, «sympathisant d’extrême gauche et radioteur». Il appelle cependant à discuter avec les électeurs du Front national, ces «humiliés, déclassés, gueules cassées».

Allons-nous persister dans cette attitude persuadés que nous sommes des gens biens et eux, des «gros cons» ?

Oui, je veux vous parler des électeurs du Front national, ceux que Sophie Aram, stupidement, traite de «gros cons». Elle qui vit correctement, qui ne sait pas grand-chose de la misère, de la souffrance. Plus précisément : elle n’en sait rien. Elle fait partie des confortables. Et son avis, sa saillie, imbécile, ne fait qu’aggraver la situation. […]

Oui, j’en connais, et mieux : je parle avec eux. Et je me heurte, c’est vrai, à un problème. Il est difficile : comment les convaincre alors qu’ils ont fait confiance, hier, à la gauche, à la droite, et qu’ils n’ont pas vu leur vie changer, s’améliorer, au contraire ? Comment les convaincre, alors que depuis des années, ils ont vu leurs vies se rétrécir, leurs illusions mourir ? Le désespoir, ce n’est pas un mot. C’est un gouffre.

La colère, quoi qu’on en dise, est légitime. Le dégoût est compréhensible. Mais ce vote est une impasse. Un leurre. Certains en ont conscience. Ils disent que ce qu’ils veulent, c’est le chaos. Qu’il n’y a que comme ça qu’il pourrait, alors, se passer quelque chose. Une prise de conscience. A tous les niveaux. Ils croient à ça. […]

Le Nouvel Obs (Merci à pierrelermite)


Fdesouche sur les réseaux sociaux