Fdesouche

D’où viendra la prochaine crise ? La question resurgit à chaque fois. Et, d’une certaine façon, on n’est jamais déçu car il y a toujours une prochaine crise. L’abondance des épisodes aigus est telle qu’il est même aujourd’hui possible de se doter d’une boussole. Les événements européens de ces deux dernières années dessinent une « rose des quatre crises ». Un instrument qui ne permet pas de prévoir, mais de savoir où l’on se situe.

Publicité

Par les temps qui courent, c’est déjà beaucoup. Quatre crises donc, une à chaque point cardinal. A l’est, la Lettonie. Au nord, l’Islande. A l’ouest, l’Irlande. Et au sud, la Grèce. Ces quatre pays ont tous vécu des traumatismes profonds. Avec des points communs, bien sûr : excès de la dette, craquements financiers, délires de la pierre, salaires dopés. Mais aussi des spécificités instructives.

Tous les pays peuvent être positionnés avec cette rose des quatre crises. Les Américains sont complètement à l’ouest (délire immobilier) et un peu au nord, les Britanniques au nord-ouest (immobilier et banques), les Espagnols pourraient glisser de l’ouest au sud, les Français risquent de tomber plein sud et les Allemands en ont tellement peur qu’ils pourraient basculer au nord islandais (beaucoup de leurs banques sont fragiles).

Suite et commentaires sur Fortune


Fdesouche sur les réseaux sociaux