Fdesouche

La cour d’assises de l’Isère a condamné deux Grenoblois, Karim Aouragh et Kamel Boulenouane, reconnus coupables de violences en marge d’un match de L2 au cours desquelles un supporteur stéphanois, Olivier Baraldini, avait reçu une balle dans la tête qui l’a laissé lourdement handicapé.

Dans la soirée du 2 avril 2004, juste avant une rencontre entre Grenoble et Saint-Etienne, le supporteur Olivier Baraldini, alors âgé de 20 ans, avait participé à une violente rixe opposant des Stéphanois à «des jeunes d’un quartier populaire de Grenoble». Au cours de la bagarre, l’un des accusés, Karim Aouragh, qui a affirmé s’être vu remettre un fusil de chasse par son co-accusé Kamel Boulenouane, qui a nié, avait tiré deux coups. Le second avait atteint la victime.

Olivier Baraldini, qui vit encore avec des plombs dans la tête, est très diminué. Il est sous curatelle, il vit avec une incapacité de 50 %. «Il a besoin d’être toujours stimulé» dit son avocat. Côté travail, il ne peut être employable que dans un cadre adapté car il a des difficultés pour rester concentré très longtemps.

La cour a condamné Aouragh à 5 ans de prison, dont 2 avec sursis, et Boulenouane à 3 mois d’emprisonnement pour avoir jeté des pierres dans la bagarre, ce qu’il avait reconnu..

Le Progrès1, 2


Fdesouche sur les réseaux sociaux