Fdesouche

Mais pourquoi ?


1. Dans les zones concernées, il y a plus de Noirs et d’Arabes

2. Les Noirs et les Arabes sont plus souvent contrôlés
3. L’origine sociale reste prépondérante
4. Un sociologue à contre-courant sur le critère ethnique
Toutefois, un sociologue brasse à contre-courant : Sebastian Roché. Contrairement à la plupart de ses pairs, il a décidé de réinvestir une lecture qu’il juge « taboue » en France, celle de l’origine ethnique.
Durant vingt ans, il a épluché les condamnations prononcées en Isère contre des mineurs. En consignant notamment l’origine des parents des condamnés. Or il affirme que ceux dont au moins un des deux parents est né dans un pays étranger sont davantage délinquants. Vu l’âge des condamnés (des mineurs), la plupart de ces parents sont en réalité issus d’Afrique ou du Maghreb, conséquence des flux migratoires récents.
Le sociologue, qui affirme aujourd’hui avoir été « lynché » par ses pairs et ne plus publier pratiquement qu’en anglais sur le sujet, ne nie pas totalement le critère de l’origine sociale. Mais il attire notre attention sur un point intéressant : même chez les enfants de cadres supérieurs sans enjeu de précarité, il y a davantage de comportements délictueux chez ceux dont un parent serait né sur le continent africain par exemple.
5. Des pistes d’explication
Taoufik Adohane. Psychologue en Seine-Saint-Denis : “Face à un tel rabâchage de la différence, la seule manière de survivre psychiquement, c’est de refouler. Le passage à l’acte, c’est le retour du refoulé. ”
Rue 89


Fdesouche sur les réseaux sociaux