Fdesouche

Addendum 12/01 :
L’Egypte dénonce
L’Egypte a vivement condamné la chasse à l’homme dont ont été victimes la semaine dernière dans le sud de l’Italie des travailleurs africains, estimant qu’elle ne représente qu’une “facette” des violences auxquelles sont confrontés les immigrés dans ce pays.(source)
Le MRAP appelle à l’organisation de rassemblements
Le MRAP appelle à l’organisation de rassemblements devant les ambassades d’Italie en Europe et ailleurs. (Source)

(

Upload images

Addendum du 11 janvier :

Les immigrés clandestins impliqués dans les émeutes de Rosarno seront expulsés
Le calme est revenu à Rosarno, en Calabre (sud), où de violents affrontements entre ramasseurs de fruits africains, sans papiers et exploités, et producteurs agricoles ont eu lieu les 8 et 9 janvier, faisant 67 blessés. Le ministre de l’Intérieur, Roberto Maroni (Ligue du Nord), a annoncé l’expulsion des immigrés impliqués. Source
Selon la préfecture de police de Reggio de Calabre, 1128 immigrés ont quitté la région. Plus de 800 d’entre eux ont été transférés dans des centres d’accueil à Crotone ou à Bari, deux autres villes du sud de l’Italie.
source

Les bulldozers entrent en action
Depuis dimanche, des bulldozers sont entrés en action pour démolir les squats des clandestins
source

La Mafia montrée du doigt
«Ce sont sûrement les hommes de la Ndrangheta qui ont tiré sur les Africains pour montrer qu’ils contrôlent le territoire», déclare pour sa part Alberto Cisterna, procureur de la direction générale antimafia.
source

Addendum 9 janvier : Rosarno se vide de ses immigrés, transférés par bus vers Crotone et Bari.
Environ 700 étrangers ont déjà quitté samedi la ville de Rosarno après des violences, notamment une “chasse à l’homme” contre des immigrés, qui ont fait 67 blessés dans cette localité de Calabre (sud de l’Italie), tandis que 200 autres se préparent au départ. Suite

Les émeutes de clandestins dégénèrent en Calabre : la population italienne s’en prend désormais aux manifestants et aux émeutiers africains.
[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xbsi16_des-africains-agresses-en-italie_news[/dailymotion] Neuf immigrés ont été blessés vendredi dans le cadre de manifestations ayant tourné en affrontements contre la police et la population à Rosarno (sud). Un homme a dû être opéré d’urgence. Cet immigré, ainsi qu’un deuxième, ont été frappés à coups de barre de fer. Cinq autres ont été percutés par des automobilistes italiens et les deux derniers ont été touchés par des tirs de fusil. Les heurts ont débuté jeudi soir, quand des immigrés, employés comme ouvriers agricoles et maintenus dans des conditions de vie précaires, ont provoqué des émeutes à Rosarno en réaction à une agression de jeunes de la région.

A Rosarno (Calabre), la protestation des immigrés africains (apparemment due à l’agression de deux extra-communautaires) a recommencé  après les affrontements d’hier contre les forces de police. Un homme est monté sur le toit de sa maison et a tiré des coups de feu en l’air pour défendre sa femme et ses filles qui ont été victimes de jets de pierres par un groupe d’immigrés. Pour le ministre de l’intérieur Maroni les incidents sont dus à l’immigration clandestine.

Peur et tension à Rosarno, petite ville du sud de l’Italie de 16 000 habitants. Roberto Maroni (ministre de l’intérieur), a organisé une réunion après les affrontements de Rosarno. La décision de constituer un groupe de forces spéciales a alors été prise de façon à affronter la question d’un point de vue de l’ordre public mais aussi en ce qui concerne le travail au noir et l’assistance sanitaire.
La manifestation des immigrés devant la mairie de Rosarno semble se finir dans le calme, au moins pendant un petit moment. La situation va ensuite rapidement évoluer vers une vraie guérilla urbaine. Les routes, surtout celles qui relient la partie où sont logés les immigrés avec le centre ville, sont envahies par les déchets, par les poubelles renversées,  par les éclats de verre des voitures détruites, et par tout  ce que les immigrés ont pu trouver le long du cortège de la manifestation.
Le chef des forces de l’ordre reste vigilant, aussi bien pour contrôler les nouvelles manifestations d’immigrés que pour contenir la réaction des citoyens qui, souvent, sont épuisés par ces scènes de guérilla urbaine. Les citoyens sont terrorisés : un homme est monté sur le toit de sa maison et a tiré des coups de feu en l’air pour défendre sa femme et ses filles qui ont été victimes de jets de pierres de la part d’un groupe d’immigrés du cortège de la manifestation. Ce groupe est même rentré dans leur maison.
Pour le ministre de l’intérieur, Maroni, les incidents sont dus à l’immigration clandestine : “C’est une situation difficile car pendant de nombreuses années, on a toléré une immigration clandestine qui a alimenté la criminalité et qui a généré des tensions comme à Rosarno.
source : Il giornale


Fdesouche sur les réseaux sociaux