Fdesouche

Le premier syndicat de professionnels musulmans, le SPMF, est né entre autres de la volonté de protéger les entrepreneurs musulmans des abus de l’administration. Depuis des années, les commerçants musulmans – bouchers, restaurateurs, épiciers, boulangers, etc. – se font harceler par des agents de l’Etat particulièrement zélés, le GIR en tête.

Le GIR, ou « groupes intervention régionaux », ont été créés en mai 2002 avec pour objectif de lutter contre la délinquance sous toutes ses formes en ayant recours à une multitude de moyens. Ainsi, les actions menées par le GIR font appel tant à la répression législatives que fiscale, administrative, douanière et pénale.
Suite à une requête émanant des adhérents du SPMF, ce dernier, en collaboration avec le CCIF, propose une formation qui permettra aux professionnels musulmans de connaître leurs droits et leurs devoirs. Concrètement, ils apprendront comment réagir dans le cadre de la loi lorsqu’ils feront l’objet d’une inspection des services de l’Etat.
suite

Extrait d’un article du Figaro :

“L’axe de travail originel de ces unités, associant les compétences de toutes les administrations à pouvoir coercitif, a donc été réaffirmé avec force par l’hôte de la Place Beauvau : «Lutter contre le trafic de drogue et l’économie souterraine des quartiers, en s’attaquant prioritairement au patrimoine des voyous». Ce type de dossiers ne représentait pour les GIR, à la fin de l’année dernière, qu’une affaire sur cinq.
Les Groupes d’intervention régionaux étaient jusqu’alors réunis ponctuellement pour appuyer les classiques services d’enquête de la gendarmerie, de la PJ et de la Sécurité publique. Mais MAM a décidé d’en placer certains en veille permanente dans les grandes agglomérations, comme Lille ou Bordeaux. Elle a aussi souhaité qu’ils soient plus systématiquement sollicités quand des informations remontent sur le train de vie anormalement élevé d’une famille ou de membres d’une bande. De leur côté, les chefs de parquet ont été sensibilisés aux nouvelles incriminations pénales de la loi Perben 2 qui permettent de confisquer les biens des truands.”
source

Comme on peut le voir d’après cet article, les GIR ne s’occupent pas d’artisans un-peu-pas-en-règle- , mais de choses nettement plus graves.
(Merci à Jean)


Fdesouche sur les réseaux sociaux