Fdesouche

Malgré les opérations policières, la ville n’arrive pas à se débarrasser des mafias et des trafics.
Des voitures venues de toute la France défilent sur le parking de la cité des Beaudottes, à Sevran. Consommateurs de drogue et grossistes. Des hommes armés surveillent depuis les fenêtres. Des gamins sillonnent les allées de la cité pour signaler l’arrivée des policiers. À cinq stations de RER du centre de Paris, en Seine-Saint-Denis, la cité est aux mains d’une mafia.

Dans une note interne le bailleur 3F parle de «trafic de stupéfiants de grande ampleur»
, évoque 18 agressions physiques contre ses gardiens entre mars 2007 et mars 2008, lorsqu’ils ont exercé leur droit de retrait. 3F signale des «appartements squattés, dont une dizaine abritant des laboratoires de drogue». Et maintenant que le drame est arrivé, qu’un incendie criminel a ravagé l’immeuble en août, décimant une famille endormie, le bailleur rappelle qu’il avait alerté dès janvier 2008 le préfet de Seine-Saint-Denis sur la dérive d’un territoire devenu «hors contrôle». La Préfecture de police de Paris n’a pas souhaité répondre.
Les quelque 6 500 habitants des Beaudottes subissent, tétanisés. Et profitent parfois des bénéfices faramineux de ce supermarché de la drogue.
Suite


Fdesouche sur les réseaux sociaux