Fdesouche


Tout commence en 2005 : excédé par les “rodéos” à scooter incessants qui ont lieu devant chez lui, Bernard demande à un jeune d’arrêter le tapage. Ce sera le début de l’enfer pour le retraité.
Bernard est insulté, menacé, sa voiture est saccagée. Les persécutions de la bande ne font qu’empirer jusqu’au 27 mars dernier, où la maison de Bernard est détruite par le feu [photo ci-dessus] : un incendie criminel dont deux des jeunes reconnaissent être les auteurs lorsqu’ils sont entendus par la police. «  Quinze jours plus tôt, ils m’avaient dit qu’ils allaient me cramer », raconte Bernard.
Mais les deux auteurs de l’incendie criminel sont remis en liberté au bout de 24 heures de garde à vue, en attendant une éventuelle convocation en Justice. La trêve a été bien courte pour Bernard, qui a déjà déposé deux nouvelles plaintes depuis, restées lettre morte.
« Depuis cinq ans, ces gamins me font vivre un enfer. Ils ont mis le feu à ma maison, ils ont saccagé ma voiture et ils continuent à me harceler. Aujourd’hui, je n’ai plus de chez moi et eux… ils sont dehors, encore là à me narguer », se désole le retraité. Son avocate, elle, s’étonne du peu d’empressement des autorités judiciaires à mettre un terme aux persécutions incessantes dont Bernard est la victime. Lire l’article de Nice.maville.com
• Rappel des lois relatives aux incendies volontaires


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux