Fdesouche

Aux Ulis, de violents affrontements ont opposé  200 jeunes à la police. Un coup de feu aurait été tiré contre un fonctionnaire. L’interpellation d’un “jeune” ayant viré au drame pourrait être la cause de ces affrontements.

Hier matin, le centre des Ulis était encore sous le choc, après les violents affrontements qui ont opposé dans la nuit près de 200 jeunes à la police. Un tir aurait visé les fonctionnaires, sans les atteindre. Cinq personnes de 18 à 23 ans, soupçonnées de caillassages, étaient hier soir en garde à vue.

Tout démarre lundi, vers 23 heures, aux Amonts. Huit voitures sont incendiées. La vitrine d’un bar-tabac part en éclats. Puis c’est le distributeur automatique de la poste qui est pillé et le bureau endommagé par des cocktails Molotov.

Dans le même temps, le commissariat est caillassé. Des pavés sont aussi jetés sur la façade en verre de la mairie. Durant la nuit, les policiers ont aperçu « une arme épaulée, avec une flamme », a précisé le procureur.

Ces débordements sont liés, selon les riverains, à l’interpellation d’Oussama, jeudi dernier à la gare de Massy, qui a fini à l’hôpital, dans le coma. Ivre et menotté, ce jeune de 21 ans aurait donné un coup de pied à une fonctionnaire. Perdant l’équilibre, sa tête aurait heurté un muret. (Le Parisien)
• Vidéos éventuelles demandées


Fdesouche sur les réseaux sociaux