Fdesouche

Vendredi soir, lors d’une soirée avec l’un de mes meilleurs amis, je suis tombé nez à nez avec ce que je reproche le plus à mes concitoyens. La Réunion est une île multiculturelle. Elle s’est peuplée au fil des années, grâce aux arrivées successives de migrants venus de tous pays. D’ailleurs, le premier vrai Réunionnais était un métropolitain du nom de “Louis Payen“, venu à La Réunion avec une douzaine de malgaches. D’autre part, le métissage qui caractérise notre île ne nous permet pas de laisser place au racisme dans nos cœurs.
Or, le problème, c’est, justement, que ce racisme existe bel et bien. Et il est bien plus fort que ce que l’on croit. Nous sommes tous coupable, car d’une certaine façon, en nous taisant, nous cautionnons ce qui se passe. Combien de murs, combien de trottoirs, combien de bâtiments sont maculés de ces horreurs « malgache dehors », « comore dehors », « zoreil dehors », « zarab dehors »…. ?
Déjà révoltant dans le quotidien, ce genre de propos devient carrément insupportable lorsque cela prend vie devant vos yeux.
Un de mes meilleurs amis, à La Réunion depuis l’âge de cinq ans, ayant fait toute sa scolarité ici, et qui travaille ici s’est fait injurier d’une manière inacceptable. Sans aucune raison, deux personnes sont venus l’injurier. Très grossiers, ils lui demandaient, en fait, de quitter La Réunion, leur pays.
Mon ami a subi cela de plein fouet. Déjà, il y a deux ans, il avait quitté La Réunion parce qu’il ne pouvait plus supporter ce genre de phrase et de discours. Mais l’amour qu’il a pour cette île l’a fait revenir. Et là, il recommence à en avoir assez. Vous allez me dire que c’est son problème !!!! Sauf que sur une île où soi-disant tout le monde vit en harmonie, qu’il n’y en ait ne serait-ce qu’un seul à se plaindre de racisme, c’est déjà beaucoup trop. Et là, mon ami parle de repartir, de s’enfuir de cette île qui l’a vu grandir et s’épanouir. Aux cris de « zoreil la touille », ou alors de « rentre out pays », les sinistres imbéciles se sont évertués à le mettre hors de lui.
suite


Fdesouche sur les réseaux sociaux