Fdesouche

Gérard Bramoullé est professeur d’économie à l’Université d’Aix Marseille III. C’est un libéral, proche d’Alain Madelin, qui a fait toute sa carrière dans la fonction publique (Université, CNRS). Dans un texte intitulé Hommage aux clandestins, il estime que, loin d’être un fléau, l’immigré clandestin présente des avantages en matière de flexibilité, de baisse des coûts de main-d’oeuvre et freine le processus de délocalisation. Et surtout, qualité suprême du point de vue libéral, il échappe à la tutelle étatique.

L’immigré clandestin pèse moins que l’immigré régulier sur les comptes de la Sécurité Sociale, et il n’alimente pas les arguments de ceux qui fondent leur xénophobie sur le prélèvement qu’opèrent les étrangers sur les moyens et les services du “Club” France, tout simplement parce qu’il ne dispose pas des papiers nécessaires pour accéder à la plupart des faveurs de l’État-Providence. (…)
En premier lieu, pour son travail au noir, l’immigré clandestin abaisse les coûts monétaires et non monétaires de la main d’oeuvre. II renforce la compétitivité de l’appareil de production et freine le processus de délocalisation des entreprises qui trouvent sur place ce qu’elles sont incitées à chercher à l’extérieur. Il facilite les adaptations de l’emploi aux variations conjoncturelles et augmente la souplesse du processus productif. (…).
Enfin, dans un monde où la puissance tutélaire de l’État se fait de plus en plus étouffante, ce clandestin inconnu nous montre le chemin de l’indépendance et réveille notre sens anesthésié dé la liberté individuelle. A ce titre, il valait bien cet hommage qui n’a du paradoxe que la forme. (source)


Fdesouche sur les réseaux sociaux