Fdesouche

Une triste affaire illustre le cas de ces salariés dont les revenus sont insuffisants pour trouver un logement et qui, le soir venu, vivent dans la rue. Une employée de la mairie de Paris vit ainsi depuis 11 mois comme une SDF avec son bébé. La ville de Paris lui a bien proposé plusieurs logements mais elle a les refusés pour cause d’insalubrité.

Publicité

Marie, 42 ans, travaille à la Mairie de Paris pour un salaire net de 1056 euros. Depuis l’effondrement de son appartement en février 2007, elle est sdf et toute aide lui a été refusée.

«Ma petite va avoir un an dans 15 jours, mais elle n’a connu que la rue. Toutes les formes d’hébergement étant refusées, je me suis retrouvé dans la rue avec un enfant de 20 jours dans les bras. Ensuite en décembre, elle est tombée malade, et je n’avais rien pour elle, rien, rien, rien. J’étais complètement sans ressources car je ne touchais pas mes congés maternité. Donc là j’ai rencontré l’assistante sociale de la mission d’urgence. Jamais je n’oublierai ce que cette femme m’a dit: « Mais la mairie de Paris n’est pas là pour payer le trousseau de votre enfant.»

En décembre, la mairie du 11e lui attribue un F2 – au 5e étage sans ascenseur – rue Guénot (11e). « Un taudis!» s’insurge Marie, en exhibant les photos prises le jour de la visite. «Il n’y avait qu’une cuisine crasseuse, une salle d’eau immonde et une chambre de bonne de 5,8 m². Le plafond, comme les papiers peints, était dégoulinant d’humidité.» Elle refuse l’appartement. Sept mois plus tard, en juillet 2008, la mairie du 20e lui propose un logement de l’Opac de 44 m². Elle le juge aussi insalubre et décline l’offre. «Je demande juste un appartement décent.»

Marie pense être victime d’un «acharnement». On lui aurait reproché d’être une «catho de droite». Elle affirme aussi expier son militantisme passé au RPR.

(Le Post, Le JDD)

En 2007, 112 935 demandes de logement social ont été déposées à Paris. Il y a eu la même année 12 500 attributions. (source)


Fdesouche sur les réseaux sociaux