Fdesouche

Un mois de prison ferme a été requis mardi à Paris par le ministère public à l’encontre du fondateur de la Tribu Ka, le groupuscule noir ultra-radical et antisémite dissous en juillet 2006 par décret présidentiel, jugé pour diffamation raciale. Regrettant des “propos antisémites sous couvert d’antisionisme”, le procureur de la République, Béatrice Bossard, a requis à l’audience une “sanction particulièrement sévère”.

 

Les propos poursuivis par le ministère public remontent au 21 octobre 2006. Sur son site internet canalblog.com, Kemi Seba traitait notamment SOS Racisme et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) d'”officines sionistes” et qualifiait la France de “camp de concentration asphyxiant la dignité raciale de chaque peuple”. Le parquet avait alors porté l’affaire en justice. Silencieuses jusqu’ici, SOS Racisme et l’UEFJ se sont constituées parties civiles à l’audience.

“Mettre fin à ce barnum raciste”

Les avocats des deux associations, Mes Patrick Klugman et Stéphane Lilti, ont demandé mardi au tribunal de “mettre fin à ce barnum raciste”, organisé par un prévenu qui ne cherche dans ces procès qu'”une nouvelle tribune” pour ses idées.

La 17e chambre rendra sa décision le 7 octobre. Un autre procès se tiendra le 3 octobre devant la cour d’appel de Paris, M. Capochichi ayant fait appel de sa condamnation à deux mois de prison ferme pour avoir reconstitué la Tribu Ka.

source


Fdesouche sur les réseaux sociaux