Valls ira au Vatican pour la canonisation de Jean-Paul II

Le nouveau Premier ministre Manuel Valls se rendra au Vatican le 27 avril pour assister à la double canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II, selon une information de l’Opinion.

Le nouveau locataire de Matignon « s’était déjà rendu au Vatican le 21 octobre 2012, pour la canonisation d’un missionnaire jésuite » rappelle le quotidien. Mais à l’époque, il occupait la place Beauvau, en tant que ministre de l’Intérieur… et des cultes.

(…) Lorsque François Fillon avait assisté à la béatification de Jean-Paul II le 1er mai 2011, le Parti socialiste avait jugé cette présence « particulièrement choquante », faisant valoir que la France était une « République indivisible, laïque, démocratique et sociale ».

(…) Le Parisien

«Monsieur le président de la République, supprimez ce timbre à l’effigie d’une Femen»

Julie Graziani, porte parole du collectif «Ensemble pour le bien commun» demande dans une lettre ouverte à François Hollande de ne plus tolérer le scandale que représente l’existence d’un timbre à l’effigie d’Inna Shevchenko, la fondatrice des Femen.

«Ces profanations ont profondément heurté des millions de Français dans leur conscience religieuse mais aussi dans leur simple attachement à la France, à ses valeurs et à son patrimoine.»

Monsieur le Président,

Près de 125 000 personnes ont signé en quelques jours la supplique au Pape que nous avions mise en ligne à l’occasion de votre visite du 24 janvier 2014 au Vatican. Cette supplique avait pour objet de faire part au Pape François du profond malaise et de l’inquiétude grandissante de beaucoup de catholiques de France face à la promotion par votre gouvernement de ce qu’ils jugent être des atteintes majeures à la dignité humaine, et face aux attaques dont ils sont l’objet.

Le grand succès rencontré par cette supplique, qui n’était soutenue par aucun parti politique, aucune organisation, aucun leader, mais qui émanait simplement de quelques amis chrétiens inquiets de la situation en France, est la preuve que ce malaise est réel et partagé. […]

Lors de votre conférence de presse du 14 janvier 2014, vous aviez dénoncé, sans les citer, les actions des Femen en indiquant: «Il y a des actes antichrétiens avec des personnes qui pensent qu’on peut s’exhiber dans une église et faire des gestes qui touchent profondément les consciences des croyants. Aucun de ces actes ne peut être accepté.» […]

Le Figaro

Les écoles catholiques appelées à favoriser le dialogue interreligieux

L’Eglise catholique a appelé, jeudi 19 décembre, toutes les écoles catholiques du monde à œuvrer pour le dialogue entre les cultures et avec les autres religions.

Lu sur Infocatho.be :

Le monde change. Nos sociétés modernes sont devenues multiculturelles et c’est une bonne chose.

Aujourd’hui, l’école catholique, souvent reconnue pour la qualité de son enseignement, accueillent aussi des élèves issus d’autres horizons philosophiques ou d’autres religions. C’est la raison pour laquelle le Vatican invite ces établissements scolaires catholiques à éduquer au dialogue interculturel.

Dans un document de la Congrégation pour l’éducation catholique du Vatican intitulé «Éduquer au dialogue interculturel à l’Ecole catholique. Vivre ensemble pour une civilisation de l’amour», il est constaté que les écoles catholiques accueillent de plus en plus d’élèves d’autres confessions ou athées et il devient nécessaire de promouvoir le dialogue interreligieux et interculturel pour les autorités catholiques.

Soulignant le fait que, de nos jours, le phénomène migratoire et la globalisation du monde ont accentué le problème, le cardinal Grocholewski préfet de la Congrégation pour l’éducation catholique a jugé nécessaire des adaptations capables d’offrir aux nouvelles générations une vision interculturelle de l’éducation et du monde de vie communautaire. […]

Entre 2008 et 2011, les écoles catholiques ont augmenté de plus de 6 000, en particulier en Afrique et sur le continent américain, pour s’établir à un total de 209 670 établissements dans le monde.

Marek Halter veut être reçu par le pape entouré d’imams

Marek Halter, «juif polonais d’origine», a demandé à être reçu au Vatican avec… des imams de France. Fidèle au titre de son essai Faites-le !. Il veut aider au dialogue entre les religions «en ces temps où l’islam a le mauvais rôle».

Nous avons besoin d’une image forte : le pape entouré d’imams, emmenés au Vatican par un juif polonais… Ce symbole puissant va faire le tour du monde. »

Assis dans son salon parisien du Marais, l’auteur, attentif, explique sa démarche et son espérance, qui parcourent son dernier livre Faites-le !.

«Indignez-vous !, comme le prônait Stéphane Hessel, cela ne suffit pas. Il faut joindre les actes à la parole», s’anime l’intellectuel français, qui a rencontré les plus grands de ce monde pour faire avancer la paix. […]

Le Pélerin

Un responsable d’Al-Azhar suggère au pape de dire que «l’islam est pacifique»

Entre le Vatican et l’université cairote d’Al-Azhar, centre spirituel de l’islam sunnite et interlocuteur musulman important aux yeux de Rome, «les portes sont ouvertes» mais le dialogue encore apparemment difficile. Deux ans après la rupture de leurs relations à l’initiative des musulmans, les deux parties se parlent toujours par médias interposés.

Ce serait un peu difficile à avaler pour les chrétiens du Nigeria ou du Pakistan [en butte aux attaques de groupes musulmans] », juge un spécialiste des relations islamo-chrétiennes, qui ne voit pas le pape répondre à une telle « injonction ».

Dans un entretien au quotidien italien Il Messagero du 7 juin, le conseiller de l’imam Ahmed Al-Tayeb ne mâche pas ses mots. Il assure attendre «un pas en avant» du nouveau pape François. «Les problèmes que nous avons eus n’étaient pas avec le Vatican mais avec l’ex-pape», insiste-t-il. Durant le pontificat de Benoît XVI les rapports ont de fait été chahutés. En septembre 2006, le discours de Ratisbonne du pape établissant un lien entre islam et violence avait une première fois provoqué la rupture des relations entre Vatican et Al Azhar. […]

De manière plutôt directe, le conseiller diplomatique d’Al Azhar, Mahmoud Abdel Gawad, estime donc que le pape François devrait saisir l’occasion du ramadan, qui débute le 9 juillet, pour dire que «l’islam est une religion pacifique, que les musulmans ne cherchent ni la guerre ni la violence». Jusqu’à présent, le pape François, qui s’est peu exprimé sur le sujet des relations islamo-chrétiennes, s’est attaché à ménager les musulmans. […]

Le Monde

En lavant les pieds à une musulmane, le pape a fait un geste inédit (MàJ : « l’amitié de tant de nos frères musulmans »)

Addendum :

Le pape François a salué ce soir au Colisée « l’amitié de tant de nos frères musulmans » au Moyen-Orient et exhorté les chrétiens à « répondre au mal par le bien ». [...]

Le Figaro
______________________________

CITE DU VATICAN. En lavant les pieds de deux jeunes musulmans, un garçon et une fille à la prison de Casal del Marmo, le pape François a fait un geste inédit.

Marque de fraternité et de non discrimination, sa signification ne doit cependant pas être sur-évaluée, selon les experts.

« Ce n’est pas une rupture, ce n’est pas non plus une contradiction avec la doctrine : François n’est passé au-dessus d’aucune règle car le lavement des pieds est un rite mais n’a pas une valeur sacramentelle. Cela aurait été bien différent s’il avait donné la communion à un de ces jeunes », a commenté à l’AFP l’expert du Vatican Sandro Magister, en ajoutant que par définition, les célébrations dans les Eglises « sont ouvertes à tous ».

Le pape François a reproduit un geste du Christ à ses apôtres. Il se trouvait dans une prison avec des jeunes de conditions, de nationalités et d’origines différentes, et il a voulu montrer simplement que l’amour du Christ, manifesté dans le lavement des pieds, n’avait pas de frontières. [...]

Même s’ils considèrent le Christ comme un prophète, il n’est pas dit que tous les musulmans apprécient le geste du pape, alors que les imams sont très à cheval sur toute tentative des chrétiens d’attirer des musulmans vers leur religion. L’apostasie reste sévèrement punie en islam. [...]

DH.be

Des relations paisibles entre l’Islam et le Vatican seront-elles possibles?

Après des rapports tendus avec Benoit XVI, soupçonné d’être hostile à l’Islam, le Monde musulman  espère des relations plus paisibles avec le Saint-Siège, sous le nouveau pape François 1er. L’Organisation de la coopération islamique (OCI), qui regroupe 57 pays, ainsi que l’institution d’al-Azhar au Caire, ont exprimé des vœux en ce sens au souverain Pontife.

Rappelons que le pape Benoît XVI avait prononcé un discours en 2006, à Ratisbonne (sud de l’Allemagne), dans lequel il avait associé l’Islam à la violence. Ces déclarations avaient provoqué des manifestations dans des pays musulmans et le Pape avait tenté de réparer les relations, en visitant la mosquée Sultan Ahmet à Istanbul, la deuxième visite d’un Pape à une mosquée dans l’histoire pontificale.

Le dialogue avec al-Azhar avait repris en 2009, avant d’être de nouveau rompu après un appel du Pape à protéger les minorités chrétiennes, après un attentat-suicide contre une église d’Alexandrie en Égypte, dans la nuit du 31 décembre 2010 au 1er janvier 2011. Al-Azhar avait vu dans ces déclarations sur les chrétiens d’Orient des « attaques répétées contre l’Islam ». (…)

L’Économiste maghrébin

Hervé Gattegno : «Si François est le pape des pauvres, qu’il le prouve !»

Interview d’Hervé Gattegno sur le Pape François dans Le Point. Il demande des «éclaircissements» sur son passé en Argentine et veut des preuves de sa charité envers les pauvres.

Sur le fonctionnement de l’Église, est-ce qu’on peut espérer d’autres efforts du nouveau pontife ?

De la modernité, mais c’est une qualité que même les hagiographes ne lui prêtent pas – ses discours sur l’homosexualité font froid dans le dos.

Qu’est-ce qu’il devrait faire pour cela, d’après vous ? Vous trouvez que l’Église catholique n’est plus assez charitable ?

On connaît l’adage : «Charité bien ordonnée… » Le Vatican est richissime. Son patrimoine immobilier est estimé à plusieurs milliards d’euros. Plus les recettes du tourisme religieux (4 milliards par an) et des avoirs bancaires dont on ne sait rien.

Si le pape veut secourir les pauvres, il peut faire mieux que prendre l’autobus : céder une grande part de ces biens à des États, des fondations humanitaires, ou au moins en faire des logements sociaux<, des hôpitaux, des dispensaires. Ce serait une décision politique... et historique.

Comme de renoncer aux exemptions fiscales : il a fallu attendre l’an dernier pour que le Vatican soit imposable sur ses biens – et encore, sous la pression de la Commission européenne. […]

Le Point