L’immigration est la première préoccupation des Suisses

[extraits] L’immigration est le thème de préoccupation numéro un des Suisses, selon un sondage annuel dévoilé lundi.

La thématique de l’immigration se détache clairement en tête des préoccupations des Suisses.  34% des participants au sondage en ligne annuel perçoivent un grand besoin d’agir, contre 20% en 2011. (…)

Source

Suisse / Canton de Vaud : priorité absolue à l’expulsion des criminels étrangers

(extrait) Le canton de Vaud a renvoyé en 2012 quelque 250 étrangers ayant commis des délits pénaux et accorde « une priorité absolue » aux renvois des requérants d’asile condamnés par la justice pénale.

Parmi eux, 93 étaient des requérants d’asile, 168 des clandestins et 83 ont vu leur permis de séjour révoqué. Le permis de séjour ne protège pas du renvoi.

Source

Suisse : Ursula, 83 ans, odieusement volée

Une octogénaire lausannoise qui vient de subir une grave opération a été harcelée puis dévalisée par une bande de jeunes originaires d’un pays de l’Est. [...]

«Je rentrais de chez le médecin mercredi à 17 h 15. Je venais de composer le code d’entrée de la porte de l’immeuble. Elle est assez lourde d’habitude. Mais cette fois je l’ai sentie très légère.» Normal : derrière Ursula, trois individus dans la vingtaine, dont deux femmes, aident celle qui vient de subir l’opération d’une tumeur et la pose d’un pacemaker à franchir le seuil. [...]

«Je leur ai dit, ça suffit. Sortez maintenant !» Quand les trois malandrins ont enfin disparu, elle se rend compte que son sac contenant son porte-monnaie a pris le même chemin.

«Il y avait une loupe dans mon sac, une lampe de poche et 80 francs dans mon porte-monnaie, mais aussi la carte qui accompagne mon pacemaker, celle de mon assurance et une de mon médecin. Heureusement que je n’ai pas laissé entrer ces voyous chez moi.» [...]

Ces événements n’étonnent guère Jean-Philippe Pittet, porte-parole de la police lausannoise. «Des bandes originaires des pays de l’Est utilisant le même mode opératoire sévissent de cette façon à Lausanne depuis six mois : ils choisissent toujours des personnes âgées et les suivent avant de les détrousser.» [...]

Le Matin

Merci à chris3818919

Des centaines de recrues à risques exclues de l’armée suisse

Depuis l’été 2011, toutes les recrues sont soumises à un examen de sécurité. L’an dernier, sur 38’407 conscrits, 626 ont été reconnus à risques et ont été exclus avant le début de l’école de recrue.

Cet examen des risques se penche notamment sur les dossiers pénaux et les dossiers relatifs à l’exécution des peines. Il est ressorti de l’analyse qu’environ 10% des conscrits ont un casier judiciaire, a indiqué le porte-parole de l’armée Daniel Reist lundi, confirmant une information du « Tages-Anzeiger » et du « Bund ». [...]

L’examen de sécurité vise à garantir que les personnes qui représentent un danger pour la sécurité publique ne reçoivent pas de formation militaire ni d’arme d’ordonnance. [...]

Romandie

Merci à MadeInCH

La Suisse, l’autre pays des armes

“Étranger, si tu es lent à dégainer, passe vite ton chemin”. Certes les villages de l’Oberland bernois n’ont pas encore affiché la devise des saloons de Lucky Luke. Et dans la très chic Gstaad, lorsque l’on met la main à la poche, c’est plutôt pour dégainer son carnet de chèque, voire son forfait fiscal…

N’empêche que la neutre et rassurante Suisse, est aussi un très grand pays d’armes. Le troisième au monde même, derrière les États-Unis et le Yémen pour le nombre de pétoires par habitant. “Il y en a approximativement 3,4 millions en circulation”, estime l’ONG Small Arms Survey basée à Genève. Ce qui fait beaucoup pour un pays de 8 millions d’âmes. [...]

Ainsi, il était d’usage, une fois le service militaire régulier achevé, que les hommes emportent avec eux leur fusils d’ordonnance, à glisser sous l’oreiller…

Pour l’État, il s’agissait d’avoir une milice pour défendre le pays en cas d’attaque. “Pour nous, il s’agit aussi d’un souvenir et d’un certain attachement sentimental”, explique Georg Stämplsi, un ancien conscrit. Mais voilà, aujourd’hui, une bonne partie de l’opinion publique ne juge plus vraiment nécessaire ce système, particulièrement dans les villes et en Suisse romande. [...]

Le Dauphiné Libré

Merci à antibarbare

Un braqueur guinéen recherché en Espagne est arrêté au centre de requérants d’asile de Perreux

Suisse – La police neuchâteloise a arrêté mercredi un Guinéen de 26 ans qui était recherché par les autorités espagnoles. Il avait déposé une demande d’asile en 2012 et avait été placé au centre de requérants d’asile de Perreux.

La demande des autorités espagnoles a été relayée par l’Office fédéral de la Justice. La Police neuchâteloise n’a pas eu de difficultés pour arrêter le suspect qui a été entendu par le procureur.

Il aurait commis des brigandages à main armée dans des agences bancaires.

Source

A 73 ans, Tina Turner est sur le point de devenir suisse

Vingt ans après son installation en Suisse, Tina Turner va devenir citoyenne helvétique. A 73 ans, la rockeuse américaine a obtenu la citoyenneté de Küsnacht, la commune près de Zurich où elle réside, selon un avis publié vendredi par la municipalité dans la Zürichsee-Zeitung.

Si le canton de Zurich et la Confédération doivent encore donner leur feu vert à sa naturalisation, elle a déjà obtenu un avis favorable. (…)

20 Minutes

Suisse : il braque un banquier à Collonge-Bellerive

Le procureur réclame sept ans de prison à l’encontre de ce récidiviste qui s’est enfui avec montres et bijoux. [...]

Athlétique, le crâne rasé, il a 33 ans, qu’il a passés pour la plupart derrière les barreaux. Dernière condamnation en 2008 à Bourg-en-Bresse, là aussi pour un brigandage. Lorsqu’il est sorti de prison, «il devait demander à nos parents de l’argent pour s’acheter des cigarettes, explique sa sœur. Et quand ses employeurs lui demandaient ce qu’il avait fait durant toutes ces années, que pouvait-il répondre ? Puisqu’il avait été incarcéré. Ce n’était pas facile de se réinsérer à son âge et avec son passé.» [...]

Moins optimiste, le procureur réclame une peine de sept ans pour ce qu’il considère comme un brigandage aggravé conduit avec minutie et préméditation. Selon la défense, au contraire, il s’agit d’un hold-up banal. Le prévenu l’a commis pour venir au secours de sa grand-mère, en Tunisie, qui devait subir une opération. [...]

Tribune de Genève

Merci à chris3818919

Suisse : «Les étrangers doivent payer plus d’impôts»

[extraits] L’immigration en Suisse est trop élevée, estime Reiner Eichenberger, de l’Université de Fribourg. Pour la maîtriser, l’économiste propose de taxer davantage les étrangers. Au profit des Suisses. (…)

«Nous avons vraiment besoin de certaines capacités de main-d’oeuvre étrangères. Mais pas, comme aujourd’hui, d’un accroissement net de 80’000 personnes par an», explique Reiner Eichenberger

Pour contenir le flux d’étrangers désireux de s’établir et de travailler en Suisse, Reiner Eichenberger juge préférable de définir une solution libérale et non-discriminatoire. Les contingents et autres mesures de planification, telles celles proposées par l’UDC et le PS, «manqueront à coup sûr leur but». (…)

Faire payer plus d’impôts aux étrangers et réduire leurs droits aux prestations sociales ne seraient pas discriminatoire, à ses yeux. (…)

La réduction du volume de l’immigration qui en résulterait soulagerait les problèmes de la hausse des loyers, de la limitation de l’espace habitable et de la charge environnementale.

L’impôt prélevé générerait en outre des gains importants à redistribuer entre les nationaux.

Tribune de Genève

Suisse : les réfugiés maghrébins «pourrissent la vie des citoyens»

Le Printemps arabe a jeté dans des bateaux des milliers de réfugiés d’origine maghrébine qui sont venus tenter leur chance en Europe. En Suisse, les Tunisiens sont en première ligne.

Une partie de ces requérants déboutés commettent des petits délits qui «pourrissent la vie des citoyens».

Une partie de ces requérants déboutés commettent des petits délits qui «pourrissent la vie des citoyens». Ainsi que le relevait le chef de la police judiciaire lausannoise, le nombre de vols à la tire et dans les voitures a connu une progression inquiétante.

Le nombre de vols à la tire et dans les voitures a connu une progression inquiétante.

Le canton de Vaud participe au programme d’aide au retour (…) Pour l’ensemble de la Suisse, l’Office fédéral des migrations (ODM) annonce que 236 Tunisiens «ont d’ores et déjà quitté le pays, dont 162 directement des centres d’enregistrement et 74 des différents cantons».

(…) Mais ces chiffres paraissent bien faibles si on les compare aux 475 interpellations de délinquants d’origine maghrébine recensées à Lausanne de janvier à septembre 2012.

Source

L’avenir de la race de chevaux franches-montagnes

L’avenir de l’unique race de chevaux indigènes de Suisse se présente vendredi et samedi à Glovelier, au carrefour des trois districts du canton du Jura. C’est là que se joue en partie l’avenir de la race (…)

Le berceau de la race (Jura et Jura bernois) continue de proposer près des deux tiers des candidats.
Les meilleurs chevaux feront l’objet de toute une série d’examens sanitaires. Ce n’est qu’ensuite que ces jeunes mâles recevront officiellement le droit de procréer pour perpétuer la race. Quelque 3000 juments poulinières, dont le tiers dans le berceau de la race, attendent leur semence.

Source

L’organisateur d’un réseau de blanchiment d’argent arrêté à Roissy

Alors que le réseau de blanchiment d’argent entre la Suisse, la France et le Maroc avait été démantelé en octobre 2012, son organisateur était encore en liberté. Simon Pérez, qui était visé par un mandat d’arrêt international, a été arrêté à son arrivée en provenance d’Israël, mis en examen et incarcéré, a-t-on précisé, confirmant une information du journal Le Monde. Il est soupçonné d’avoir joué le rôle d’interface entre les trafiquants de stupéfiants et le réseau de blanchisseurs.

Voir : « Une élue parisienne écolo mise en cause pour blanchiment d’argent de la drogue« (Fdesouche)

La somme blanchie est estimée à 100 millions d’euros.

A l’origine de cette affaire, une enquête lancée à Nanterre en février et transférée à Paris, a mis au jour un réseau d’importation de cannabis entre le Maroc, l’Espagne et la région parisienne.

Ami d’enfance de Meyer El-Maleh, 48 ans, un gestionnaire de fortune installé à Genève et incarcéré depuis octobre 2012, Simon Pérez, 47 an,s est suspecté d’être l’une des pièces maîtresses de cette organisation démantelée il y a deux mois et demi par les polices française et suisse. Selon les enquêteurs, il aurait, en quelques années, amassé un butin de plusieurs millions d’euros.

Ce groupe serait notamment composé d’équipes de trafiquants de cannabis installées en région parisienne, dont l’un des chefs serait Sofiane Nedjam, et d’une fratrie franco-marocaine dispersée entre Paris, Genève et Casablanca, composée de Meyer, Mardoché, Freha et Nessim El-Maleh, tous désormais sous les verrous. […]
Mise au jour à la mi-octobre 2012, l’affaire a fait grand bruit. Le démantèlement de ce réseau a permis aux enquêteurs d’interpeller des notables parisiens qui tentaient d’échapper au fisc en dissimulant des fortunes sur des comptes en Suisse.

Une élue verte du 13e arrondissement, un avocat d’affaires, un marchand d’art ou encore un entrepreneur, tous demeurant à Paris, figuraient parmi cet aréopage de fraudeurs suspectés. Ils ont tous été mis en examen pour « blanchiment en bande organisée » et placés sous contrôle judiciaire . […]

TDG ; Le Monde