Régulariser un clandestin coûte 1 million d’euros (rediff)

[rediff 2009]
Selon l’institut anglais Migrationwatch, le coût total pour le contribuable à chaque fois qu’un seul immigré clandestin est régularisé est de 893 000 livres sterling, soit 1 044 000 euros. Ce chiffre représente la somme des diverses prestations sociales reçues (moins les impôts payés) par un immigré moyen de 25 ans qui se mariera, aura 2 enfants, prendra sa retraite à 65 ans et mourra à 80 ans.

Migrationwatch est un institut indépendant fondé par Sir Andrew Green, un diplomate à la retraite qui a été ambassadeur de Grande Bretagne en Arabie Saoudite. Cet institut jouit d’une grande crédibilité et d’un bon écho dans les médias. Même un courrier électronique interne et confidentiel du Ministère de l’Intérieur a admis que ses chiffres étaient corrects, voire sous-évalués.

Au cours de sa vie, l’immigré clandestin moyen recevra un total de 1 106 000 euros en prestations sociales s’il est régularisé. Ceci inclut son HLM subventionné par l’État, l’éducation de ses enfants, les traitements médicaux, les allocations familiales, la retraite qu’il touchera après 65 ans, etc. En contrepartie, il paiera 62 000 euros d’impôts et de cotisations sociales. La différence est donc de 1 106 000 – 62 000 = 1 044 000 euros.

Boris Johnson, le maire de Londres veut régulariser tous les clandestins

Ce coût est entièrement à la charge du contribuable. Ce nouveau rapport a été publié au moment où le maire de Londres, Boris Johnson, un conservateur, a dit que ce serait « moralement correct » de régulariser les 725 000 immigrés clandestins de la capitale.

Migrationwatch ajoute que le coût réel pourrait bien dépasser le million, jusqu’à 1 273 000 euros si l’immigré s’installe près de la capitale, où les subventions pour le logement sont encore plus onéreuses. Le coût de l’immigré sera encore plus grand si celui-ci se retrouve au chômage.

Le coût de chaque demandeur d’asile dont le dossier est accepté est aussi d’un million d’euros minimum.

Toujours selon Migrationwatch, un million d’euros, c’est aussi le coût de chaque immigré venant d’un pays sous-développé entré légalement dans le pays sans qualification, par exemple dans le cadre du regroupement familial.

« La caravane de la Diversité » à Bruxelles : «Tout est gratuit !»

Dans le cadre de la commémoration des 50 ans de l’immigration marocaine et turque, « La caravane de la Diversité » a posé ses valises à Bruxelles. Elle parcourra la Belgique francophone à la rencontre de citoyens jusqu’en mai 2014. L’initiative culturelle permet au public de s’ouvrir à d’autres cultures.

Jamal Yousfi est directeur artistique de l’évènement, il explique ce que « La caravane de la Diversité » propose: « C’est vraiment des tentes berbères, des petites roulottes, un grand chapiteau, des scènes extérieures, des spectacles de danses, des animations, des concerts extérieurs, du théâtre… Et tout est gratuit ! « 

RTBF

Complément : concernant la « gratuité », ce sont les contribuables Belges qui payent. Extrait du programme (PDF complet ici)

Quelques extraits du programme
Capture d?écran 2014-03-21 à 16.58.42.pngCapture d?écran 2014-03-21 à 16.58.32.png
Capture d?écran 2014-03-21 à 16.58.49.png

Ces maires qui jettent votre argent à la poubelle

Voyages aux frais de la princesse, palais somptueux, communication tous azimuts, politiques foncières aberrantes, art officiel… Les maires gaspillent, nous payons !

Car crise ou pas crise, l’inventivité des barons locaux demeure sans limite lorsqu’il s’agit de financer sur le dos du citoyen des dépenses de prestige et d’image ou de recruter à tour de bras pour se fabriquer une clientèle.

Conséquence : depuis 1999, les impôts locaux ont augmenté de plus de 10 milliards, et un grand nombre de collectivités sont endettées jusqu’aux yeux pour avoir succombé au doux parfum des emprunts, toxiques ou pas…

Sans compter qu’avec l’intercommunalité, les élus commettent des bêtises… en plus grand. Loin de réaliser des économies d’échelle, les regroupements communaux se sont traduits par une explosion des dépenses !

Pour saisir tous les enjeux de la dépenses publique locale à quelques semaines des élections municipales, procurez-vous notre enquête spéciale !

« Ces maires qui jettent votre argent à la poubelle », Les Enquêtes du contribuable février/ mars 2014 – 68 pages, 3€50.

EDC3 Ces maires qui jettent votre argent à la poubelle

Observatoire des subventions

Subvention exceptionnelle du gouvernement : 4 485 000 euros pour la Seine-Saint-Denis

Journal Officiel du 29 décembre 2013 – Arrêté du 27 décembre 2013

Il est attribué au département de la Seine-Saint-Denis une subvention exceptionnelle de 4 485 000 euros.

Fait le 27 décembre 2013.

Le ministre de l’économie et des finances, Pierre Moscovici
Le ministre de l’intérieur, Manuel Valls
etc

LegiFrance - merci Marino

La ville d’Orange prive les restos du coeur d’une subvention

Alors que les Restos du cœur viennent de passer le million d’inscrits, la mairie d’Orange va supprimer une subvention de 1000 euros. Le maire de la ville Jacques Bompard (Ligue du Sud) et les élus de la majorité ont adopté jeudi en conseil municipal la suppression de cette subvention car l’association ne participait plus aux réunions mensuelles au cours desquelles étaient exposées les listes des bénéficiaires, a-t-on appris de sources concordantes. [...]

Hebergeur d'image« Depuis le mois de février 2013, Les Restos du coeur ne sont plus représentés à ces réunions et ont signifié leur refus de travailler avec les associations caritatives et avec le CCAS« , Centre communal d’action sociale, est-il écrit dans la délibération pour motiver la rétractation de la municipalité.

« Cette rencontre permet à ces acteurs sociaux de vérifier ensemble les répartitions de l’aide alimentaire afin que les bénéficiaires puissent être servis, selon leur demande et dans leur intérêt« , précise la délibération.

L’antenne orangeoise des Restos du coeur ne participait pas à ces rendez-vous car elle refuse de divulguer la liste de ses bénéficiaires, mais a continué à collaborer avec le CCAS, a expliqué le responsable départemental de l’association, Gérard Gouin.

« Nous tenons à tout prix à conserver l’anonymat des personnes que nous accueillons et notre indépendance, c’est la déontologie au niveau national des Restos du coeur », a-t-il indiqué. [...]

RMC

Seine-Saint-Denis : Les emplois francs contre la discrimination, c’est parti !

Le ministère de la Ville veut en faire son outil de lutte contre les discriminations. L’expérimentation des « emplois francs » va démarrer courant juillet. L’objectif est d’en créer 2 000 d’ici la fin 2013. L’idée est d’encourager financièrement les entreprises embauchant de jeunes diplômés habitant dans des quartiers frappés par le chômage. L’aide versée atteindra 5 000 € sur deux ans, pour le recrutement d’un jeune en CDI.

L’expérience doit être menée dans quelques villes, dont le ministère refuse pour l’heure de donner la liste intégrale. Marseille, Amiens et Grenoble en font partie. En Ile-de-France, les emplois francs seront testés dans le Val-d’Oise (Villiers-le-Bel, Garges-lès-Gonesse, Gonesse, Sarcelles) et en Seine-Saint-Denis (Clichy-sous-Bois et Montfermeil).


Uploaded with ImageShack.us

(…) Le Parisien

Québec : des subventions pour le recrutement de jeunes « issus de la diversité culturelle »

Il semble qu’il faille un petit coup de pouce aux employeurs pour les amener à embaucher davantage de jeunes issus de minorités culturelles. Québec, la Ville de Montréal et le Forum Jeunesse verseront 600 000$ en subventions aux entreprises qui leur offriront une première expérience de travail.

Des entreprises recevront environ 1 800$ pour chaque jeune de 16 à 18 ans engagés, en vertu du programme.

En échange, elles devront les former à la culture de travail d’ici.

«Le programme permet aussi d’ouvrir l’esprit des employeurs à la diversité culturelle. Ils ont des préjugés, mais c’est surtout de l’ignorance, en fait»

Le programme a donné de bons résultats par le passé. «Un jeune, Mohammed, a gagné le prix du meilleur vendeur du passeport Juste pour rire l’an dernier»

journalmetro.com

Toulouse : « Festi’couleurs, le festival de la mixité » organisé par Kirikou Evènement avec le soutien de la mairie (+vidéo)

L’Association Kirikou Evènement (AKE) organise Festi’couleurs, le festival de la mixité, avec le soutien, entre autres, de la Mairie de Toulouse. 

Le collectif de jeunes AKE met sur le devant de la scène régionale la diversité culturelle ainsi que la riche mixité sociale des quartiers dits « sensibles ». 

Pour lutter contre les discriminations, ils ont décidé d’organiser des rencontres citoyennes intitulées : «Opinions croisées, comment vivez-vous la diversité au quotidien ?».

Ils donnent ainsi la parole à différents acteurs : citoyens, sociologues, écrivains, chefs d’entreprise, politiques, représentants associatifs…, pour croiser leurs opinions et trouver des solutions.

Toulouse Infos - Voir le site

——————–

L’action de FESTI’COULEURS est basée sur cinq axes fondamentaux :

  • Sensibiliser aux cultures d’ailleurs,
  • Lutter contre le racisme et toutes les formes de discriminations,
  • Valoriser l’art et la culture sous toutes ses formes,
  • Rassembler toutes les origines dans une ambiance festive,
  • Agir solidaire.

FESTI’COULEURS permet aussi de collecter des dons et des médicaments pour des actions humanitaires au Congo



ITW Pierre Cohen Maire de Toulouse

Merci Mathias pour la vidéo

Marseille : Une subvention de 400 000 € pour un concert payant de David Guetta (MàJ concert déplacé sans subvention)

Pour mettre fin aux polémiques entourant la subvention de 400 000 euros pour le concert de David Guetta à Marseille, le célèbre DJ a décidé d’annuler son concert du 23 juin.

David Guetta ne jouera donc pas au concert payant prévu le 23 juin au parc Borély de Marseille, mais assurera néanmoins seul son concert au Dôme de Marseille, sans aucun subvention de la ville.

Observatoire des subventions

—————————

La mairie à répondu par un message sur sa page Facebook, repris sur le profil de Jean-Claude Gaudin et sur son fil Twitter : « David Guetta : contrairement à ce qui est affirmé, le sujet sera inscrit à l’ordre du jour du prochain Conseil municipal »

« C’est incroyable et encourageant de voir l’impact que peut avoir une mobilisation citoyenne sur le processus politique » a déclaré Laurent Barelier, initateur de la pétition sur Change.org et membre du Commando Anti-23 juin. « Nous attendons maintenant avec impatience le conseil que nous suivrons avec attention, et nous comptons sur les élus municipaux pour s’opposer à cette subvention injuste » poursuivait-il.

StéphaneLarue

—————————

La pétition anti-Guetta dont parle tout Marseille :

À Marseille, ces derniers jours, tout le monde en parle. La mauvaise passe de l’OM ? Le premier règlement de comptes de l’année ? Les premières expositions de MP2013 ? Pas du tout !

Les Marseillais se sont pris d’affection pour le “commando anti-23 juin”, à l’origine d’une pétition devenue cause nationale en réunissant hier, sur le coup de 16 h, 63 469 signataires dans tout le pays. Le motif de la mobilisation concerne la subvention de 400 000 € accordée par la mairie de Marseille à un concert du célèbre DJ David Guetta dans le cadre de la capitale culturelle, le 23 juin au Parc Borély.

Le problème soulevé est que le concert de la méga-star des platines, qui plus est associée pour le concert au chanteur de pop Mika, est payant ! Les billets ont déjà été mis en vente avec des prix allant de 44 à 59 €. Ce qui fait beaucoup pour un concert subventionné, donc financé par les contribuables marseillais. « Ce genre de concerts, avec de telles têtes d’affiche, sont en plus très rentables ! » explique Sarah Durieux, chargé des campagnes sur la plate-forme de pétitions “change.org “, le site qui héberge le mouvement anti-Guetta. « Le DJ n’a pas encore parlé du sujet, poursuit-elle. Mais il est évident que son nom a été très porteur dans le succès de la pétition. » Jeudi, en début d’après-midi, les instigateurs marseillais du “commando”, mené par un DJ, aussi, mais plus local, Lionel Corsini, sont allés remettre directement le document présentant 16 652 signatures, toutes marseillaises, dans les mains de l’adjoint à la culture, Daniel Hermann, à l’Hôtel de Ville. Ils voulaient voir le maire, bien évidemment pas disponible.

Le combat est d’obliger le conseil municipal à effectuer un nouveau vote sur l’attribution de la subvention. Un règlement du conseil municipal oblige ce dernier à mettre à l’ordre du jour une question précise à partir du moment où 10 000 concitoyens le lui demandent.

—————————

400 000 € : c’est le montant d’une subvention accordée, dans le cadre de Marseille-Provence 2013, par la mairie de la cité phocéenne, à un concert payant de David Guetta prévu le 23 juin.

Le groupe EELV s’insurge contre la décision de la mairie d’accorder une subvention de 400.000 euros à ce concert payant tout en mettant gratuitement le parc à disposition de David Guetta.

« Subventionner un concert payant, inaccessible dans ces temps de crise à la majorité de nos concitoyens scandalise beaucoup de Marseillais« , écrivent les élus dans ce courrier dont l’AFP a eu copie, soulignant que les places coûteront entre 44 et 59€.

Le Point (Merci à Mielrubis)

Création d’«emplois francs» et subvention de 5000 euros pour 2000 «jeunes issus d’un quartier populaire»

Le gouvernement a annoncé aujourd’hui la création en 2013 de 2000 «emplois francs», qui prévoient une subvention de 5000 euros pour l’embauche d’un jeune issu d’un quartier populaire. Ils seront notamment testés à Clichy-Montfermeil, à Marseille, Grenoble et Amiens.

Francois Lamy estime que ce dispositif est un moyen de lutter contre les discriminations. Pour lui, il s’agit de faire émerger «des exemples de réussite dans les quartiers qui ne soient pas celles de petits dealers».

L’État offrira une subvention de 5000 euros pour l’embauche en CDI d’un jeune de 18 a 30 ans qui habite en zone urbaine sensible et est inscrit depuis un certain temps au chômage, selon le ministre.

«On pourra expérimenter sur une dizaine de sites (…) le dispositif des emplois francs», a déclaré Francois Lamy ministre délégué à la Ville lors d’un déplacement avec le premier ministre Jean-Marc Ayrault à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) à la veille d’un comité interministériel des villes. […]

Le Figaro