Emprunts toxiques : Dexia assigné en justice par la ville d’Angoulême

Le maire d’Angoulême, Philippe Lavaud (PS), a annoncé hier avoir assigné la banque franco-belge Dexia devant le tribunal de grande instance de Nanterre pour obtenir l’annulation d’un emprunt toxique de 16 millions d’euros souscrit par la précédente municipalité.

L’action de la mairie d’Angoulême argue notamment du « défaut de conseil » de Dexia. La municipalité charentaise lui reproche de n’avoir fourni « aucune information sur les risques et sur les clauses de sortie du contrat » de cet emprunt, qui court sur dix-sept ans.

Selon Philippe Lavaud, depuis le 1 er juillet 2011, le taux d’intérêt de cet emprunt, fixé pendant cinq ans à 4,8 %, est passé à plus de 7 %, son évolution étant basée sur la parité dollar-yen. « Nous allons payer cette année 350.000 euros d’intérêts en plus », indique l’élu, dont la ville a souscrit auprès de la banque franco-belge trois emprunts d’un total de 38 millions d’euros, soit 51 % de son endettement. [...]

Les Echos

La discrimination positive à l’origine de la crise des subprimes ?

Krachs : Une histoire des crises boursières (2009) – Infrarouge – France 2

Le départ des subprimes, c’est le Community Reinvestment Act : c’est l’administration démocrate qui dit qu’il n’est pas normal que 70% des Blancs soient propriétaires de leur maison et seulement 45% des Noirs, donc on va forcer les banques à prêter aux Noirs. »
Patrick Artus (Natixis)

Pour en savoir plus, relire : Crise des subprimes : la discrimination positive en cause

L’affaire des assignats… et les subprimes

Dans ces moments de détresse financière, nombreux sont ceux qui attribuent à l’État des vertus de morale financière. Or ce n’est pas toujours le cas. Les dévaluations monétaires et créations d’inflation sont épisodiquement des escroqueries régaliennes. L’impôt, lui aussi, peut s’avérer confiscatoire.

Parfois, les événements prennent une tournure économiquement délictueuse. Comparable au rognage des pièces d’or, l’affaire des assignats de la Révolution française en est un exemple édifiant. L’histoire mérite un détour car elle a donné naissance à l’expression de la « planche à billets ».

Au moment de la Révolution française, la France est au bord de la faillite, car la moitié du budget de l’État sert à éponger des dettes. En 1789, Talleyrand propose une nationalisation des biens de l’Église, dont le montant est évalué à 2 à 3 milliards de livres de l’époque. L’Assemblée nationale décide alors de mettre les biens du clergé à la disposition de la Nation.»

Le problème est que la vente des biens ecclésiastiques prend du temps et interdit des recettes budgétaires rapides. Les autorités françaises décident alors de créer une « Caisse de l’Extraordinaire » destinée à émettre du papier-monnaie qui représente la valeur des biens cléricaux. Cette Caisse émet 400 millions de billets, divisés en coupures de 1.000 livres et portant intérêt à 5 % : les assignats.

Suite et commentaires sur Fortune

Le Moyen Âge et l’argent

Le Moyen Âge n’a pas inventé le capitalisme. C’est un univers exotique dans lequel le don l’emporte sur le gain, le salut sur l’enrichissement, rappelle Jacques Le Goff dans un ouvrage lumineux.

Le Moyen Âge et l’argent, de Jacques Le Goff, est né d’une conversation entre notre grand médiéviste et un autre historien, Laurent Theis, son ancien élève et éditeur. Alors que celui-ci lui demandait, en pleine crise des subprimes, si l’argent avait une place comparable dans le déclenchement des crises au Moyen Âge, Le Goff se lança dans un de ces grands dégagements, clairs, précis, savants, dont il a le secret.

L’argent au Moyen Âge, expliqua-t-il, n’a pas le sens englobant actuel de richesse. Le terme désignait alors le métal. Quant à la monnaie, elle mesurait la valeur des choses avant d’être un instrument d’échange.

Dans le système féodal, son usage est limité. Les biens sont distribués sous la forme de redevances en nature. La monnaie est donc rare jusqu’au XVIIIème siècle, même si elle est plus abondante entre les XIIIème et XVème siècles – période d’essor commercial et urbain – qu’aux siècles précédents. Dans la conscience d’un homme du Moyen Âge, la richesse se mesure en terres, en hommes, en pouvoir, pas en argent monétisé.

Le clivage est entre le faible et le puissant (humiles/potentes), pas encore entre le pauvre et le riche (pauper/dives). L’enrichissement terrestre n’est d’ailleurs pas concevable. Le plus bel « investissement » est dans le salut, par l’aumône. Dans l’échelle des valeurs, le don l’emporte sur le gain, la charité sur le profit…

Suite et commentaires sur Fortune

Le krach de 2010 : la crise systémique

Par Paul Bara (ancien trader, économiste de marché puis directeur financier, il a parallèlement enseigné l’économie et la finance à Paris X et à l’ENA)

Hokusai, La grande vague de Kanagawa (1831)

La crise actuelle n’est pas une crise comme celles que nous avons connues depuis 1945. La croissance au quatrième trimestre 2009, en France et aux États-Unis, n’est due (en partie) qu’à un facteur technique transitoire, le moindre déstockage des entreprises. Nous ne sommes pas dans un enchaînement cyclique normal.

Suite et commentaires sur Fortune

Wall Street a aidé la Grèce à dissimuler ses dettes…

… et a attisé la crise européenne.

Voilà la traduction du fameux article du New York Times, qui a lancé la polémique il y a un mois.

Par des tactiques analogues à celles qui ont favorisé les subprimes aux USA, Wall Street a aggravé la crise financière qui ébranle la Grèce et sapé la solidité de l’euro, en permettant aux gouvernements européens de dissimuler la croissance de leur endettement.

Tandis que les soucis causés par la Grèce ébranlaient les marchés financiers, des interviews et articles montraient que, durant une décennie, ce pays avait, avec l’aide de Wall Street, tenté de contourner l’endettement maximum imposé par l’UE (Critères de convergence européens relatifs à la dette publique). Un «deal» créé par Goldman Sachs a aidé à faire échapper des milliards de dettes à la surveillance du budget à Bruxelles.

Suite et commentaires sur Fortune

Le fabuleux lobbying de la finance américaine

Par Hélène Rey, professeur à la London Business School

Le lobby (vestibule, couloir) de la Chambre des Communes (Angleterre), 1886

Les universitaires commencent à se pencher attentivement sur le lobbying des institutions financières aux Etats-Unis. Un récent article de recherche pose une question importante : pourquoi la régulation du marché des prêts immobiliers a-t-elle été si défaillante avant la crise ?

La réponse des auteurs est simple et riche d’enseignements : les principales institutions impliquées dans les excès des marchés des « subprimes » sont également celles qui ont dépensé le plus d’argent dans le lobbying des députés américains. Entre 2000 et 2006, les institutions financières américaines ont investi de 60 à 100 millions de dollars par an pour faire du lobbying.

Il ne paraît pas exagéré de penser que ces institutions ont influé sur la qualité de la régulation mise en place sur ces marchés. La puissance de feu des institutions financières américaines en termes de lobbying est énorme. Dans la dernière décennie, le profit du secteur financier a constitué environ 40 % des profits totaux de l’industrie américaine, alors qu’il n’avait jamais excédé 16 % de 1973 à 1985.

Le secteur financier est engagé à présent dans un lobbying forcené pour limiter la réglementation sur les produits dérivés, et sur le marché des « credit default swaps » en particulier, au coeur de bien des stratégies spéculatives.

Durant les neuf premiers mois de 2009, les institutions financières ont dépensé aux Etats-Unis 126 millions de dollars pour influencer le Congrès.

Suite et commentaires sur Fortune

Goldman Sachs ou le « terrorisme financier »

Un débat sur France 24 entre Max Keiser et Moncef Cheikh Rouhou le 14 juillet 2009.

L’ancien analyste financier Max Keiser n’y va pas de main morte : il traite de « fumiers » et de « terroristes » les dirigeants de Goldman Sachs et les accuse de contrôler le Gouvernement américain…
http://www.dailymotion.com/video/xah8uu Lire la suite

Après la crise des subprimes, la bombe des LBO

De futures faillites menacent derrière les schémas financiers complexes des «leveraged buy-out» (LBO) , un système de rachat d’entreprise par endettement. Les spécialistes du secteur s’attendent à des faillites, qui rejailliraient sur les banques.

Comme avec les subprimes, les établissements financiers qui ont financé les LBO n’ont bien souvent pas été très regardants sur les schémas financiers. A l’origine, le LBO est une technique utilisée par les fonds d’investissement pour dégager le maximum de profit.

Ce système financier, inventé aux Etats-Unis, a été largement utilisé en France. Jusque dans les PME. On comptait 1 500 sociétés achetées avec cette technique en 2008. En cas de retournement économique, les entreprises ne gagnent plus assez, et les difficultés deviennent vite insurmontables. Lire la suite

Crise des subprimes : la discrimination positive en cause

L’audio-vidéo ci-contre permet d’entendre un extrait du discours de G.W. Bush de 2002, qui déclare à peu de choses près :

« 2/3 des Américains sont propriétaires, mais l’Amérique connaît une fracture immobilière qui touche les minorités. Moins de la moitié des Hispaniques et des Afro-américains sont propriétaires. Nous allons la réduire ensemble et d’ici 2010, au moins cinq millions et demi de ces familles accéderont à la propriété. [Applaudissements]

L’obstacle principal reste le financement. Fanny May et Freddie Mac** se sont engagées à prêter davantage d’argent pour ces gens. Freddie Mac vient de créer 25 nouvelles conditions d’accession à la propriété […] visant en premier les familles méritantes. Vous n’êtes pas obligés d’emménager dans une maison minable pour votre premier achat […] si vous avez de petits revenus. Vous pourrez en avoir une aussi belle que n’importe qui. »

* Fanny May et Freddie Mac sont les deux mastodontes du prêt hypothécaire, à l’origine de la technique des subprimes, à l’époque où cela apparaissait comme une aubaine. Ces sociétés ont été nationalisées en catastrophe au début du mois de septembre pour éviter leur faillite.

(lien vidéo) (trad+vidéo via Zingueur)


Le vrai scandale, par Stan Liebowitz**
(article publié en anglais dans le New York Post le 5 février 2008)

Ce qui est peut-être le scandale le plus important de la crise des prêts hypothécaires, c’est qu’elle résulte directement d’un assouplissement délibéré des critères d’émission de crédit – réalisé au nom de la lutte contre les discriminations, en dépit d’avertissements soulignant que cela pourrait mener à de nombreux défauts de paiement.

Au coeur de la crise, se trouvent des crédits ayant été accordés virtuellement sans la moindre vérification habituelle lors de leur souscription – pas de vérification des revenus ni du patrimoine, peu de considération pour la capacité du souscripteur à rembourser, pas d’acomptes. (…) Source

**Stan Liebowitz est professeur d’économie au sein de la Business School de l’Université du Texas, à Dallas.


La loi antidiscriminatoire fut renforcée en 1995 pour rendre plus ardu le refus de crédit aux minorités par les banques, sous peine de sanctions renforcées. Celles-ci durent donc abandonner partiellement le rôle prudentiel qu’elles jouent habituellement lorsqu’elles refusent un prêt à une personne objectivement peu solvable.

Ainsi la crise financière a deux causes idéologiques : au sommet, la dérégulation mondiale des places financières ; à la base, la discrimination positive obligeant d’accorder des prêts à des personnes insolvables pour peu qu’elles appartiennent aux minorités ethniques. Source

L’antiracisme et la discrimination positive à l’origine de la crise financière ?

Interview sur la chaîne Arte de Georges GLOUKOVIEZOFF, doctorant en Economie au Laboratoire d’Économie de la Firme et des Institutions (LEFI), Université Lumière Lyon 2 :

Relire également ICI l’article que nous avions consacré aux causes de la crise des « subprimes ».

Merci à Nicos