Et pourquoi ne pas autoriser les chrétiens à brûler les feux rouges à Noël ?

Sur Rue89, Noël Mamère a posé une question qui me sidère :

« Pourquoi interpeller en plein ramadan une jeune femme voilée, sachant que durant cette période, un tel geste peut être interprété comme une provocation à l’égard des populations musulmanes ? »

Et pourquoi pas ? Est–ce à dire que les chrétiens peuvent brûler le feu rouge et voler leur voisin en toute quiétude parce que c’est Noël ?

Je me croyais dans un pays laïque et voilà maintenant que la France devrait moduler ses décrets et nuancer son jugement en fonction du ramadan ? Au nom de quoi ?

La loi est la même pour tous. Ramadan ou pas, les musulmans sont des citoyens de ce pays avec ce que statut suppose comme droits et devoirs. Le respect de la loi est un devoir qui ne souffre d’aucune circonstance « exonérante ». Certainement pas celle d’une religion qui ne regarde qu’une minorité de citoyens.

Des femmes emmurées vivantes

Monsieur Mamère demande aussi :

« La loi sur le voile intégral est-elle pertinente ? »

Mais oui ! Ne serait ce que parce que 70% des Français – dont des musulmans – déclaraient en 2010 ne pas vouloir de cette tenue dans leur pays (Observatoire de l’opinion LH2-NouvelObs.com). La loi sur le voile intégral est aussi indispensable que l’a été celle du voile à l’école.

Les musulmans sont en majorité des gens paisibles. Mais la minorité agissante, cette minorité qui revendique le droit à ce que les femmes soient emmurées vivantes, cette minorité-là ne fait pas dans la nuance.

Elle se croit soumise à la volonté de son Dieu et respectueuse de son message contrairement à ces juifs et chrétiens qui, je les cite, ont complètement dénaturé leur religion.

Le jour où ils auront le pouvoir, on pourra dire adieu à la liberté de culte, la liberté de penser ou juste celle de respirer.[...]

Rue89

Rue89 : « Comment l’extrême droite a pénétré la communauté de Polytechnique »

« Que la semence jaillisse. Ne l’enfermez pas dans le caoutchouc spermicide ! » La revue des anciens de l’Ecole accueille une militante FN déguisée en démographe.

La Jaune et la Rouge est la revue des anciens étudiants de l’Ecole polytechnique. Dans son numéro de mai, figure un gros dossier sur la démographie.

Parmi les auteurs des dix articles, on trouve des chercheurs en démographie comme Alain Blum, des experts comme Olivier Thévenon de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement), mais aussi une certaine Catherine Rouvier, présentée comme enseignante en droit à l’université Paris-XI Orsay.

Dans son papier « Pourquoi les Européennes ont-elles si peu d’enfants ? » (depuis retiré du site web de la revue, mais encore disponible en cache), Catherine Rouvier part de ce qui pour elle est un constat ; l’image de la maternité est victime d’un dénigrement et celui-ci est une des causes majeures du faible taux de natalité en Europe. [...]

Rue89

BHL vs Rue89 : « La Libye, les juifs et vous » (MàJ : Rue89 maintient ses informations)

Addendum 30/03/13 : Réponse de Pierre Haski (Rue89)

Bernard-Henri Lévy a de drôles d’indignations. Il s’en prend violemment dans son bloc-notes du Point (repris sur son propre site La Règle du jeu) à l’article de Rue89 qui rapportait qu’il avait été écarté du voyage de Nicolas Sarkozy à Tripoli en raison des objections des responsables de la mairie de la capitale libyenne dues à son origine juive. Au lieu de s’en prendre aux faits eux-mêmes, autrement plus accablants mais embarrassants. [...]

Cet article a été rédigé par Maryline Dumas, une journaliste basée sur place à Tripoli et qui a fait un travail professionnel dont nous maintenons à 100% les informations. [...]

Qu’y avait-il d’insupportable dans notre article à part le fait que lui, Bernard-Henri Lévy, le libérateur de la Libye, soit écarté aujourd’hui par certains de ceux qu’il a contribué à libérer, et cela pour la pire des raisons qui soit : son origine.

Sans rancune, et c’est signé du juif Pierre Haski.

Rue89
_____________________________________
28/03/13

BHL est-il indésirable à Tripoli parce que juif ? Le réalisateur du « Serment de Tobrouk » ne veut pas le croire. Mais certains signes l’inquiètent.

Par Bernard-Henri Lévy

Au début, ça fait un choc.

Vous tombez, dans Rue89, sur un article titré :  » BHL, le juif, ne fera pas le voyage de Tripoli avec Sarkozy « .

Vous vous dites que ce n’est pas possible, que vous rêvez, qu’on ne vous a jamais appelé, comme cela, avec ou sans guillemets,  » le  » juif.

Vous écrivez au directeur.

Vous lui dites que son article est bidon (ce voyage n’était pas prévu) et que son titre, surtout, est indigne (ou digne, plus exactement, d’un moderne  » Je suis partout « ).

Le directeur présente ses excuses.

Change le titre, qui devient :  » BHL n’ira pas à Tripoli avec Sarkozy, car « il est juif » « .

Mais il maintient son information fondée sur les mêmes propos vagues, mal vérifiés, mal sourcés.

Vous notez, au passage, que le premier titre, le plus blessant, celui qui fait de vous  » le juif  » et qui est resté de longues heures en ligne, n’a provoqué aucune réaction, aucune protestation, aucun signe, nulle part, d’étonnement ni d’indignation. [...]

Le Point

Le CRIF accusé par Rue89 de diffuser un documentaire islamophobe sur son site

La semaine dernière, le Crif a mis en ligne un documentaire sur son site, sous le titre « Juifs d’Europe en danger : un documentaire édifiant ». Une façon de souscrire sans réserve ni recul au message de ce documentaire réalisé par un Israélien, et qui avait été, lors de sa diffusion en Israël à l’automne 2012, dénoncé par de nombreuses voix.

Le journaliste et député israélien Daniel Bensimon avait même dénoncé une « incitation à la haine ». Le Crif ne peut pas ne pas ignorer cette controverse. Le documentaire s’appelle « Allah Islam, la conquête de l’Europe par l’Islam ». De courtes séquences introduisent le générique :

« J’espère que nous n’allons pas vers la guerre civile », s’inquiète le journaliste danois Lars Hedegaard, sur fond d’images d’émeutes urbaines. « C’était juste un avant-goût du pire scénario », ponctue la voix de l’un des deux auteurs du film, le journaliste israélien Zvi Yehezkely qui, sans transition, invite le spectateur à « un tour d’Europe où la rage des immigrants musulmans a déjà éclaté ». [...]

Rue89

NB : Ce documentaire de la télévision israélienne avait initialement été évoqué dès le 11 octobre 2012 par Fdesouche.com et diffusé en VOSTF le 24 octobre 2012.

Vincent Crouzet : «la cohabitation SUBIE d’ethnies et de cultures différentes… » (màj)

Ajout du 8 février 2013
Vincent Crouzet, dans un article publié par le blog de slate Afrique « Le Maligraphe » se rectifie :

Je pense avoir été maladroit en écrivant « la cohabitation d’ethnies et de cultures différentes n’a jamais généré que des tensions considérables sur le continent ». J’aurais du préciser évidemment, dans le contexte : « la cohabitation subie d’ethnies et de cultures différentes… » (source)

————-ci dessous : extrait d’une tribune de Vincent Crouzet parue sur Rue 89 le 31/01/13 ————

« La violence est partie intégrante de l’Afrique. Les exactions, massacres et charniers ne sont pas un apanage africain, mais le non-respect des droits des prisonniers, la liquidation ethnique, le viol et le pillage restent des constantes des guerres africaines. »

« Par ailleurs, la cohabitation d’ethnies et de cultures différentes n’a jamais généré que des tensions considérables sur le continent. »

Source

Un chroniqueur de Rue89 reconnaît « troller » sur Fdesouche

Amusant quand on pense aux leçons de déontologie que Rue89 donnait à ses lecteurs il y a deux jours et aux « trolls dépêchés par Fdesouche et consorts » (dixit Pierre Haski) lors de l’affaire de l’ophtalmo « raciste »…

« Je suis d’une malhonnêteté intellectuelle assumée »
Charles Mouloud, alias Pierre-Henri Brochard, alias Jean Cullesfafs

Extrait du DVD consacré à Rue89 « La Rue est à eux » d’Isabelle Regnier, journaliste, critique de cinéma au Monde et réalisatrice.

Charles Mouloud ou Pierre-Henri Brochard, « Fidèle à une certaine idée de la France et de la Patrie »

En argot Internet, un « troll » est une personne qui participe à une discussion ou un débat (par exemple sur un forum) dans le but de susciter ou nourrir artificiellement une polémique, et plus généralement de perturber l’équilibre de la communauté concernée.

Wikipedia

« La rue est à eux », partie 1 :

Lire la suite

Rue89 : « Pourquoi abattre Jérémie Louis-Sidney ? »

Lors de l’opération antiterroriste menée à Strasbourg, Nice, Cannes et Torcy samedi matin, un homme a été abattu par la police et dix autres placés en garde à vue. Ils y sont toujours, en vertu de lois d’exception qui la portent à 96 heures dans les dossiers classés terrorisme. Dimanche, un douzième suspect a été arrêté à Cannes.

Plusieurs questions se posent sur ce déploiement de force et sa médiatisation immédiate. Elles restent pour l’instant sans réponse.

1 – Pourquoi abattre Jérémie Louis-Sidney ?

Dès samedi, un policier racontait sur Rue89 l’opération menée à Strasbourg. L’interpellation de Jérémie Louis-Sidney dans son appartement a tourné à la fusillade, se terminant par la mort du suspect :

« L’homme n’a rien dit et tiré tout de suite : nous avons riposté, en nous abritant derrière nos boucliers. »

Deux fonctionnaires ont été blessés par les tirs de Jérémie Louis-Sidney. Ils se seraient donc trouvés en état de légitime défense, au sens de l’article 122-5 du code pénal. Celui-ci s’applique aux policiers comme aux citoyens, en cas de danger immédiat :

« N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte. »

Dans les commentaires de notre article, le riverain Faded Yasser a pourtant soulevé une interrogation :

« Est-ce normal qu’une dizaine de flics d’élite doivent tuer un homme armé d’un pistolet pour l’arrêter ? »

C’est-à-dire n’ont-ils par la capacité de le neutraliser sans l’abattre ? La même question s’était posée dans l’affaire Merah. Plusieurs moyens existent pour interpeller un suspect sans le tuer, notamment le gaz lacrymogène. Mais il peut gêner la progression des policiers et avait été écarté, pour cette raison, lors de l’assaut de l’appartement de Mohamed Merah. [...]

Rue89

Affaire de l’ophtalmo « raciste » : Mohamed Mazoir et les directeurs de Rue89 et Match mis en examen pour diffamation

C’est l’arroseur arrosé. Et le patient qui a dénoncé à la police, puis devant la justice pour racisme et violence, en 2010, un ophtalmologue d’Aix-en-Provence (13) qui l’aurait insulté et jeté hors de son cabinet, vient de se voir rattraper par ses allégations. Selon l’enquête de police, le médecin n’aurait jamais dit : “sale Arabe, dégage, tu salis mon cabinet !”, mais au contraire, aurait été agressé par lui…

Mis en examen, le patient accusateur devra répondre de ses allégations devant le tribunal correctionnel, pour des faits présumés de “dénonciation de faits totalement ou partiellement inexacts auprès des fonctionnaires de police et de dénonciation mensongère à l’autorité judiciaire, d’injures publiques à caractère racial et de violences mensongères”. Quant aux deux sites Internet, Rue 89 et Match, qui avaient relayé les faits et les propos supposés relatés par le patient accusateur, ils se voient accusés en la personne de leurs directeurs de publication, Pierre Haski et Emmanuel Vacher – tous deux mis en examen – de délit de diffamation publique à l’encontre du médecin blanchi. Et ils se retrouveront également devant le tribunal correctionnel.

Cette histoire avait fait la une, en octobre 2010. Et ils ont été nombreux, ceux qui ont montré du doigt l’horrible Dr Jean-Christophe Pinelli, un ophtalmologue d’Aix-en-Provence, qualifié de raciste et violent, qui se serait rendu coupable d’avoir jeté hors de son cabinet un patient et sa fille qui s’impatientaient en attendant leurs tours, leur lançant: “sale Arabe, dégage, tu salis mon cabinet !”… Lire la suite

Rue89 offre une tribune au PIR : « Nous ne serons pas sauvés par l’antiracisme blanc »

Sadri Khiari et Houria Bouteldja

Coup sur coup, à quelques jours d’intervalle, Rue89 a mis en ligne deux contributions importantes, un article de Jérémy Robine, intitulé « Pour dépasser la question raciale, il faut s’y attaquer », et un entretien avec Eric Fassin au titre non moins explicite : « La politique d’identité nationale a construit une France blanche ». Textes d’intervention, nous supposons que leurs auteurs y auront inscrit ce qui leur semble le plus judicieux dans leurs réflexions politiques (nous nous abstiendrons par conséquent de commenter leurs autres publications).

A la première lecture, on est saisi par la proximité – jusque dans les formulations – de certaines des analyses proposées par ces auteurs et celles que défendent les Indigènes de la République depuis plusieurs années. Nous ajouterons, sans fausse modestie, que c’est avec une grande satisfaction que nous en avons fait le constat.

Déjà sensible dans le débat public depuis un certain temps, une double prise en compte de la question coloniale et de la question raciale a émergé d’abord dans le champ académique puis, plus récemment, dans les controverses politiques. Les interventions de Robine et Fassin nous apparaissent d’autant plus précieuses qu’elles s’expriment d’une manière désormais décomplexée sur les colonnes de grands médias. [...]

Rue89

Rue89 :  » (…) les cafés ont disparu et les voisins se sont mis à se détester. Un climat fertile pour le FN (…) »

Flammerécourt, où règne Bouly, est une petite commune de l’est de la France, en Haute-Marne. A 3 km, sa voisine, Brachay. Le FN réalise là-bas des scores historiques. Alors qu’à deux pas, à Blécourt, les habitants votent de façon plus traditionnelle. La différence s’explique, en partie, par l’intensité des rapports de voisinage, comme l’expliquent les chercheurs Hervé Le Bras et Emmanuel Todd dans un livre (…)

Rue89