Stage de rupture au Maroc ? La « terreur de Limoges » s’est encore encore échappée (MàJ)

Addendum 07/03/14

Il devait normalement être envoyé en « séjour de rupture » au Maroc. Il en a décidé autrement… Nul ne sait pour l’instant où il se trouve.

 

Le Populaire

Addendum 05.03.2014 :

Il a 14 ans et son casier judicaire est déjà bien garni. Ce jeune multirécidiviste français, surnommé « La terreur de Limoges » par la presse locale, a une nouvelle fois été arrêté samedi dernier, à Paris pour un vol de téléphone portable. Pour tenter de le remettre sur le droit chemin, la justice française a décidé de le renvoyer au Maroc en « stage de rupture ».

Lire la suite

Marne : un Roumain en excès de vitesse, sans permis et avec un bracelet électronique

Belle prise, vendredi vers 15 heures, des gendarmes du peloton motorisé de Châlons-en-Champagne, sur la D3 au niveau de Courtisols.

Ils ont, en effet, arrêté un véhicule qui circulait à vitesse grand V avec quatre personnes à son bord. Le compteur indiquait une vitesse de 143 km/h, 135 km/h étant finalement retenus pour une limitation à 90 km/h. Un sacré excès de vitesse auquel vont s’ajouter d’autres découvertes.

Car, après vérifications, il s’est également avéré que le conducteur, un ressortissant roumain domicilié dans la région lyonnaise, circulait en état de récidive, sans permis de conduire et portant à son pied, un bracelet électronique.

[...] Samedi après-midi, le juge des libertés a décidé de le placer en détention, dans l’attente de sa comparution, lundi après-midi, devant le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne.

L’Union

Lille : Dimitriu M, trop chétif pour la tonne de métal ?

Effectivement, Dimitriu M., 47 ans, n’est pas très épais. L’homme a été interpellé dans la nuit de mardi à mercredi à Fives après une alerte des voisins d’un chantier.

Les habitants trouvaient que l’homme et un compagnon s’intéressaient d’un peu trop près à de très grosses bobines de câbles métalliques. « Quand les policiers sont arrivés, ils vous ont trouvés en train de pousser un rouleau », note le président Lemaire. Poids de l’objet du délit : une bonne tonne.

L’exploit peut sembler étonnant au vu de la corpulence du suspect, mais celui-ci préfère adopter une autre stratégie. L’amnésie.

« J’ai trouvé un sac avec de l’alcool, plaide le Roumain arrivé en France il y a deux semaines. Je bois beaucoup. Là, je cherchais un endroit pour dormir. » « À quel moment la mémoire vous est-elle revenue ? », interroge le président. « Au réveil », jure l’homme dans le box.

Lorsque les policiers appréhendent le suspect, celui-ci est particulièrement éméché. Au petit matin, un premier test d’alcoolémie montre un taux très important. Un autre dépistage aura lieu six heures vingt plus tard.

Un temps trop long aux yeux du tribunal qui annulera une partie de la garde à vue du Roumain, titulaire, dans son pays, d’un diplôme d’ingénieur en métallurgie.

Cela ne changera pas grand chose au dossier. Dimitriu M. sera tout de même reconnu coupable d’avoir tenté de voler le métal et condamné à deux mois de prison avec sursis.

Il faut dire qu’en cours d’audience, le greffe est parvenu à retrouver un autre délit reproché au prévenu. Des faits commis et sanctionnés… la semaine précédente.

La Voix du Nord
(Merci à Bitume8)

Belgique : Deux ans de prison ferme pour attentats à la pudeur et tentative de viol

Le tribunal correctionnel de Nivelles a condamné jeudi Bilal E., un habitant d’Ottignies né en 1985, a deux ans de prison ferme. Le jeune homme s’est rendu coupable, en 2011 et 2012 à Louvain-la-Neuve, de plusieurs attentats à la pudeur et d’une tentative de viol sur des jeunes filles croisées dans la rue. Bilal E., déjà été condamné pour des faits semblables, n’avait plus droit au sursis.

Le 27 octobre 2011, le prévenu a empoigné une fille de 16 ans qui se rendait à l’école, l’a plaquée contre un mur et a voulu l’embrasser de force. Interrogé, Bilal E. a précisé qu’il était ivre et qu’il n’agissait pas comme cela lorsqu’il était à jeun. La police le connaît pourtant pour des faits semblables, et il a été condamné à 200 heures de travail, en mai 2012, pour des agissements identiques.

A l’automne 2012, il a d’ailleurs commis trois nouveaux attentats à la pudeur en rue et dans un magasin. Lors d’une de ces agressions, il a tenté de violer une jeune fille portant une jupe, tentant de la pénétrer avec un doigt après l’avoir coincée contre une façade.

Lavenir.net

Cannes : Tout juste sorti de prison, il frappe deux passantes

Il était sorti de prison le matin-même et a voulu fêter l’événement dans un bar de Cannes. Parce qu’il avait trop bu ce 23 février, il a agressé deux passantes.

Ces faits lui ont valu une comparution devant le tribunal correctionnel de Grasse et une condamnation à 2 ans de prison ferme. Peine qu’il est retourné purger à la maison d’arrêt de Grasse qu’il avait quitté l’avant-veille.

Nice Matin

Récidive : finir sa peine à l’extérieur, « ça change tout »

(court extrait)

S’ils sont là, c’est qu’ils l’ont voulu. Là, ce n’est pas la prison, mais le placement à l’extérieur. Mehdi (le prénom a été changé) et Anthony ont été condamnés à huit et deux ans d’incarcération pour de multiples faits de petite délinquance.

Aujourd’hui, ils font partie de la vingtaine de détenus accueillis par l’association Aprémis pour purger la fin de leur peine.

La palette des aménagements est large : libération conditionnelle, semi-liberté, placement sous surveillance électronique, placement à l’extérieur… (…)

Souvent perçues comme une faveur, les alternatives à l’incarcération ont fait la preuve, dans plusieurs études, de leur efficacité contre la récidive.

(…) L’administration pénitentiaire verse 37 euros chaque jour par détenu, alors que « le coût de notre accompagnement est de 60 euros, sans compter le coût de nos chantiers d’insertion ».

Lire

Récidive : 3 mineurs sur 4 recondamnés dans les 5 ans

La récidive n’a cessé d’augmenter ces dernières années en France. Focus sur les statistiques, à l’occasion de la conférence de consensus de prévention de la récidive. [...]

La garde des Sceaux, convaincue que « l’enfermement mal conçu produit de la récidive », a chargé la conférence de consensus sur la récidive de bâtir « un nouveau régime de peines » basé sur des alternatives à la prison qui ne soient pas des « sous-peines ». [...]

Le taux de récidive varie selon la nature de la peine. Selon une étude sur les sortants de prison en 2011, ceux qui récidivent le plus sont ceux condamnés pour vol ou coups et blessures volontaires.

Ainsi, les trois quarts des condamnés pour vol (74%) ou coups et blessures volontaires (76%) écopent d’une nouvelle condamnation dans les cinq ans contre 19% des auteurs de viol sur mineur. [...]

BFMTV

Merci à chris3818919

Mulhouse (68). Une 37e condamnation pour Abdel, voleur récidiviste

L’affaire, qui a été jugée hier avait, pour la présidente, un air de mauvaises retrouvailles. « Vous faites une carrière en parallèle des magistrats du tribunal, avec cette 37e condamnation. Depuis 1988, vous ne vous êtes jamais arrêté », lance-t-elle au prévenu.

L’homme, Abdel Hadi Boukhenini, se présente à la barre, la tête basse et le regard fuyant. Et l’intitulé en dit long sur les faits qui se sont déroulés le 20 novembre dernier : cambriolage chez un particulier, port d’une arme catégorie 6 (une bombe lacrymogène), outrages et menaces de mort sur des policiers. « Vous aviez été convoqué la semaine dernière, mais il a fallu reporter après votre transfert aux urgences. On vous a convoqué ce matin, alors que vous êtes déjà détenu pour des faits similaires », fait remarquer la présidente qui rappelle que le prévenu était sorti de prison le 24 février dernier, avant d’y retourner dès le 20 juin pour des faits similaires.

(…) L’Alsace

Merci à chris3818919

Paris : interpellation d’un violeur très recherché, suspecté de récidive

L’homme était activement recherché. Selon  RTL, la police a interpellé jeudi un homme soupçonné d’avoir séquestré et violé une étudiante d’une vingtaine d’années à Paris, en juin dernier.

 La station de la rue Bayard précise que les policiers ont retrouvé avec le suspect, déjà condamné pour viol par le passé, un couteau et des cordelettes similaires à celles qui avaient servi à ligoter sa victime.

Le 30 juin dernier, il avait surpris une jeune étudiante en sonnant à sa porte à 5 heures du matin, muni d’un cutter.

Il l’avait alors ligotée et violée à plusieurs reprises avant de la faire monter dans un bus en direction de la Seine-Saint-Denis, duquel elle avait réussi à s’échapper. (…)

Le Parisien

Taubira veut faire de la prison l’exception

Face à la surpopulation carcérale, la garde des Sceaux veut développer le suivi social du délinquant en milieu ouvert.

Les 4 000 conseillers d’insertion et de probation en France, qui gèrent déjà chacun des dizaines de dossiers, n’y suffiront pas. Ils arrivent à peine à vérifier que tous les anciens détenus pointent au commissariat et remboursent les victimes. Au reste, où la justice trouvera-t-elle les crédits?

Pour rendre plus effective une recommandation du Conseil de l’Europe qui rappelait en 2006 que l’incarcération ne peut être que le dernier recours. Une «conférence de consensus» sur les questions de récidive a donc été convoquée pour le 18 septembre à Paris. L’idée est de mettre autour de la table des experts, des magistrats, des acteurs de terrain pour faire vivre ce projet généreux qui parie sur la réhabilitation du délinquant. Le concept de probation constitue la pierre angulaire de cette politique de suivi social pour la réinsertion. Avec une loi à la clé donc, sans doute pour 2013.

La ministre s’en est expliquée en juin dernier: «Les politiques pénales de ces cinq dernières années ont aggravé la récidive, prétend-t-elle. Notre but n’est pas tant de lutter contre la surpopulation en prison, parce que c’est la politique pénale qui régule la population carcérale, mais bien de lutter contre la récidive.» […]

Le rapport du député UMP Éric Ciotti, qui portait en germe les réformes de la droite si Nicolas Sarkozy avait été réélu, ne reposait pas sur le tout-carcéral. Des solutions plus douces y étaient envisagées, parmi lesquelles le développement des travaux d’intérêt général et des parcours de réinsertion. Mais, c’est bien la victime qui était placée au centre de la politique pénale.

La méthode Taubira se concentre davantage sur le délinquant. Après avoir émis des doutes sur les centres éducatifs fermés, dont le candidat Hollande promettait pourtant de doubler le nombre, la ministre de la Justice veut bouleverser le système en vidant les prisons, en aménageant les peines, en proposant un accompagnement à la carte pour les individus exposés à la récidive.

Le Figaro (Merci à Bourgmestre)

Christiane Taubira lance une réflexion sur la récidive

Le gouvernement décidera de la politique de lutte contre la récidive au vu des travaux d’une «conférence de consensus» prévue le 18 septembre.

À la suite des déclarations de François Hollande sur sa volonté de lutter contre la récidive, le ministère de la Justice va installer le 18 septembre prochain une «conférence de consensus» sur le sujet. En vogue en Scandinavie, ce concept se veut différent d’un groupe de travail.

Un large ensemble d’experts, de professionnels et de représentants de l’ensemble des courants politiques devra élire un jury lui-même chargé d’établir une synthèse sur la question de la dangerosité et de la récidive pour la fin de l’année.

C’est à partir de ce travail que le gouvernement décidera de sa politique vis-à-vis des criminels les plus dangereux, et notamment l’avenir du centre de rétention de sûreté de Fresnes, destiné à accueillir les condamnés encore dangereux une fois leur peine purgée, un centre actuellement vide. (…)

Le Figaro