Lille : le procès de trois voleurs de moto se termine en bagarre, 6 policiers blessés au tribunal

Au départ, c’est une affaire de voleurs apparemment semi-professionnels. Le 27 août, vers 4 h 20, une patrouille de la brigade anti-criminalité tombe, rue des Canonniers à Lille, sur cinq hommes gantés qui s’affairent près d’une camionnette Volkswagen toutes portes ouvertes.

Les policiers observent : les cinq jeunes, très baraqués, sont en train d’emmener une moto cross KTM fraîchement volée dans la cour intérieure d’une résidence. Malgré les précautions des voleurs, l’alarme de la moto se déclenche, les policiers foncent. Trois jeunes gens sont arrêtés, deux prennent la poudre d’escampette. Le fourgon était lui-même volé.

Hier, en comparution immédiate, c’est chaud devant la présidente Nourith Reliquet. Deux des trois prévenus affirment être là par hasard et n’avoir rien vu. Seul Yoann Dorsasmy, un Lillois âgé de 28 ans et défendu par Me Alexia Navarro, admet avoir participé au vol. Il a été interpellé les mains sur la moto. « Les autres n’ont rien à voir avec tout ça », ajoute-t-il chevaleresque.

Pendant tout le procès, Jamal Bendjema, 28 ans, et Yamine Ziouche, un Tourquennois âgé de 19 ans, nient [...]

André Lourdelle. Dorsamy et Ziouche, notamment, affichent un gros casier judiciaire mais le procureur ne requiert contre eux que seize mois de prison sans invoquer la peine plancher.[...]

Avec les sursis qui sautent, Dorsasmy est condamné à 33 mois de prison. Ziouche à 24 mois de prison.

La présidente Nourith Reliquet n’a pas le temps de prononcer le mandat de dépôt du troisième : de vifs incidents éclatent avec les deux condamnés, une partie des proches dans la salle, d’autres personnes dans la salle des pas perdus. Les coups pleuvent. Six policiers blessés dont quatre hospitalisés.

Des renforts sont appelés. Bien plus tard, vers 20 h 15, on pourra prononcer la troisième condamnation : huit mois et un mandat de dépôt pour Bendjema.

La Voix du Nord
(Merci à BobbyW)

Yvelines : une policière municipale tabassée pour un pv majoré

Une policière municipale du Mesnil-Saint-Denis (Yvelines) a été tabassée avec une barre de fer mardi matin dans son bureau par un homme venu contester une amende majorée.

C’est vers 8 h 30 que l’agresseur a fait irruption dans le local avant de bousculer et frapper cette fonctionnaire de 32 ans d’un coup de barre de fer porté dans le ventre alors qu’elle était au sol. Elle a alors perdu connaissance. Lorsqu’elle a repris ses esprits, son agresseur avait pris la fuite.

(…) Le Parisien

Avion/violences : Johnny B., Johnny C. et Dimitri S. condamnés à des travaux d’intéret général (màj)

Addendum 28/08/13

Ce mardi, le tribunal correctionnel d’Arras jugeait trois individus interpellés lors de heurts avec la police à Avion (Pas-de-Calais) qui ont eu lieu du 13 au 16 août après un accident où un jeune pilote de scooter avait été grièvement blessé. Les prévenus devront effectuer des travaux d’intérêt général.

Hebergeur d'image

Ce ne sont «pas des incendiaires, ni des émeutiers», comme le souligne la procureur Élise Bozzolo, qui étaient jugés, ce mardi soir, par le tribunal correctionnel d’Arras (Pas-de-Calais). Les trois prévenus sont plutôt des individus lambda qui, par effet d’entraînement ou par défi, ont participé aux heurts qui ont agité la ville d’Avion durant trois nuits de la mi-août. C’est lors de la deuxième que Johnny B., 20 ans, Johnny C., 30 ans, et Dimitri S., 19 ans, ont été interpellés par les forces de l’ordre, au cœur de «faits qui ont fait grand bruit», estime encore la procureur. [...]

Aux deux premiers, dont les casiers sont vierges, c’est la «participation armée à un attroupement après sommation de se disperser». Pour le troisième, c’est «sans arme» qu’il a refusé de se disperser, mais avec un laser bleu pointé vers les forces de l’ordre pour les aveugler. [...]

Le Figaro

________________________________

16 août 2013 : A l’origine, des propos racistes d’un policier ?

Tout commence peu après l’accident de scooter. Un bus passe à proximité et selon plusieurs jeunes habitants du quartier demande aux policiers ce qu’il s’est passé. « Un de moins » répond un policier toujours selon plusieurs témoignages de personnes présentes sur les lieux à ce moment. Des propos qu’ils jugent clairement racistes et qui déclenchent de la colère. Des personnes racontent que le policier se serait ensuite réfugié dans sa voiture. Voiture bousculée par plusieurs jeunes. La tension monte. Un autre policier tente de calmer le jeu : « C’est un bleu. Il est nouveau… » Devant la colère des jeunes, un policier aurait même conseillé de porter plainte.

Voilà ce que racontent depuis 3 jours de nombreux habitants du quartier. Une rumeur trop vite répandue ? Un malentendu ? Ou une histoire qui mérite qu’on s’y attarde ? Plusieurs jeunes habitants répètent en tout cas inlassablement que ces propos jugés racistes ont tout déclenché et provoqué les tensions des nuits suivantes. Une façon de « justifier leurs actes » délictueux.

(…) France 3 Nord Pas-de-Calais

——————————————–

Addendum 16.08.2013: 

La ville d’Avion a connu de nouveaux incendies criminels dans la nuit de jeudi à vendredi, mais hors du quartier République, sous surveillance policière après deux nuits de violences urbaines, et quatre personnes ont été interpellées, a-t-on appris auprès de la préfecture.

(…) Le Point


Addendum 15.08.2013: 
Avion (Pas-de-Calais) a connu entre mercredi et jeudi sa deuxième nuit consécutive de tensions entre jeunes et policiers, visés par des pierres dans un quartier sensible. Quatre personnes ont été arrêtées.

La nuit dernière n’a pas été aussi chaotique que la précédente, mais une centaine de jeunes ont à nouveau provoqué les forces de l’ordre dans le quartier République à Avion.

Le maire, Jean-Marc Tellier, espérait mercredi matin avoir rétabli le dialogue avec les habitants de ce quartier sensible mais « calme depuis plusieurs années ». Malheureusement, ils avaient décidé d’aller à nouveau à l’affrontement avec les policiers. [...]

LCI/TF1 / La Voix du Nord

—————–

Un quartier sensible d’Avion (Pas-de-Calais), près de Lens, a connu dans la nuit de mardi à mercredi des tensions entre jeunes et policiers.

A 0’46: « Y’a un policier qui l’a parlé, il a dit comme ça, mot pour mot, un arabe en moins, un de moins [..] c’est des propos racials ! c’est des propos racials ! [...] « 

Les tensions ont débuté mardi en fin d’après-midi alors que des policiers se rendaient sur les lieux d’un accident, dans lequel un jeune, qui habiterait le quartier, a été grièvement blessé après avoir percuté un véhicule en stationnement alors qu’il roulait à vive allure, a indiqué Georges Bos, directeur adjoint du cabinet du préfet du Pas-de-Calais.

Les policiers ont été pris à partie par des jeunes présents sur place, dans le quartier République, et la situation « a commencé à dégénérer », a-t-on ajouté de même source.

Une cinquantaine de jeunes, organisés en petits groupes, ont dans la nuit brûlé quatre poubelles, deux véhicules de particuliers et ont mis le feu à une friterie, où une bouteille de gaz a explosé, ainsi qu’à la réserve d’un magasin Leader Price, selon M. Bos. Les pompiers, arrivés sur place une première fois, ont dû appeler les forces de l’ordre en renfort pour intervenir, ont-ils expliqué. Une trentaine de policiers ont été envoyés en renfort dans la nuit, mais il n’y a pas eu « d’affrontements directs entre les jeunes et les forces de l’ordre », ni « de jets de quoi que ce soit », a déclaré M. Bos.

(…) Le Parisien

Merci à Antibarbare et Marino

Allemagne : La police recrute dans les mosquées

A Mayence, le « responsable du groupe de travail publicité » de la police de Rhénanie-Palatinat, appelle cela « poser des jalons pour l’évolution démographique ».

Dans cette région aussi, le grand remplacement de population va bon train du fait de l’immigration et de la dénatalité des Allemands. La solution ? Augmenter la proportion des immigrés parmi les policiers (…)

Article à lire sur Novopress

Bavure ? (vidéo). MàJ : Manifestation de soutien aux deux femmes interpellées

Addendum 26 août : Manifestation de soutien aux deux femmes interpellées.

Une cinquantaine de personnes a manifesté pacifiquement ce samedi matin à Joué-les-Tours, en soutien aux deux femmes « victimes » présumées d’une interpellation musclée dimanche dernier par la police dans le quartier de La Rabière.

————————————————

Addendum 23 août : Témoignage de Sophie.

Sophie était dans la voiture avec le conducteur qui a été interpellé à Joué-les-Tours dimanche dernier. Cette jeune femme avait menacé le policier avec une de ses chaussures. Elle a reçu un jet de gaz lacrimogène dans le visage. Elle a décidé de porter plainte contre le policier. Elle témoigne.

(…) France 3 Centre avec d’autres vidéos de l’interview de Sophie

————————————————–

22/08/13

Les jeunes de Joué-lès-Tours sont allés à la mairie, mercredi 21 août, pour demander le départ du policier, filmé d’un balcon lors d’une interpellation musclée. Après environ une heure d’attente, une délégation de six personnes a été reçue par le maire, Philippe Le Breton.

21/08/13

Joué-les-Tours: une nouvelle vidéo jette le trouble sur la version policière

Mediapart publie une nouvelle vidéo faite par Sélim, 18 ans, qui avait mis en ligne dimanche un film montrant la violente interpellation  de deux personnes, le 19 août à 7 heures du matin, dans le quartier sensible de la Rabière, à Joué-les-Tours (Indre-et-Loire). « Je voulais faire voir qui était ce personnage (le policier – ndlr) aux gens du quartier », explique Sélim. Une enquête préliminaire a été ouverte mardi à Tours.


19/08/13

Filmée et postée sur YouTube, une vidéo d’interpellation violente à Joué-les-Tours, a été vue près de 20.000 fois. Elle montre la violence du policier, pas le début de l’interpellation.

Filmée dimanche 18 août au matin d’un balcon du quartier sensible de la Rabière, àJoué-les-Tours, près de Tours, la vidéo d’une interpellation violente suscite de nombreuses réactions. Titrée « Honte à la police française », postée sur YouTube, elle montre les coups portés sur une femme par un policier armé de sa matraque. A plusieurs reprises, il utilise aussi contre elle du gaz lacrymogène.

A l’origine la police voulait interpeller une voiture qui zizaguait, avec sept personnes à son bord. Le conducteur, qui présentait des signes d’ivresse, a refusé de se soumettre au test d’alcoolémie. Il était, selon les forces de l’ordre contactées par la Nouvelle République, très énervé. L’une de ses passagères s’est montrée elle aussi très agacée contre les policiers. Elle aurait alors essayé de voler la radio portable du policier, qui serait tombée à terre, empêchant le fonctionnaire de demander des renforts.

Alors qu’il essayait avec son collègue de maîtriser cette femme, elle les a mordus plusieurs fois. C’est ensuite que le policier a utilisé sa matraque, et aspergé la jeune femme de gaz lacrymogène. […]

La Nouvelle République (Merci à Neuneu.)

« La Porsche Cayenne, je l’ai achetée 1 000 € à un gars, je ne savais pas qu’elle était volée », assure sans rire Abdelkarim B.

« La Porsche Cayenne, je l’ai achetée 1 000 € à un gars, je ne savais pas qu’elle était volée », assure sans rire Abdelkarim B., 21 ans, un Lillois jamais condamné. Comme cette Porsche, affichant 64 000 km au compteur, vaut, neuve, plusieurs dizaines de milliers d’euros, le président Lemaire reste sceptique. Toutefois, ce qu’on reproche au jeune homme se passe après.

[...]

La voiture fonce à travers La Madeleine, commet de multiples infractions, refuse d’obtempérer, reprend l’autoroute de Dunkerque, avant de revenir à Lille. « Il roulait parfois à 200 km/h », assure un policier. Au final, la voiture tente de sortir vers la porte d’Arras. C’est là que le conducteur se fait bloquer : des barrières de sécurité sont percutées, une herse hérissée de clous n’empêche pas le conducteur de foncer vers un policier qui évite l’engin de peu.

« Qu’est-ce qui vous est passé par la tête ce jour-là ? », s’inquiète le président. Le prévenu explique « qu’il était en panique ». Me Benmouffok assure qu’on ne verra jamais plus son client devant le tribunal. Bilan : douze mois de prison dont huit avec sursis et mise à l’épreuve. Pas de mandat de dépôt.

La Voix du Nord

Octogénaire massacrée en Seine-et-Marne : le meurtrier franco-béninois arrêté (MàJ)

Ce mineur franco-béninois, en villégiature dans de la famille à Nice, qui a eu 18 ans deux mois après les faits, a été inscrit au fichier national des empreintes génétiques (FNAEG) par la Sûreté départementale des Alpes-Maritimes lorsqu’elle l’a arrêtée pour le cambriolage. Or, les experts de la police scientifique avaient prélevé son ADN sur la scène de crime. Placé en garde à vue à Nice, il a reconnu s’être rendu chez l’octogénaire pour la voler. Celle-ci a été tuée à coups de poings, de pied et a reçu un coup de casserole sur la tête.

Le corps de Monique avait été retrouvé dans une mare de sang par des amis de sa fille venus chercher des affaires.
Nice Matin

—————-

L’auteur présumé du meurtre d’une octogénaire le 3 mai dernier dans son pavillon à Lieusaint, en Seine-et-Marne, a été localisé à Nice où il était déjà incarcéré pour vol. Agé aujourd’hui de 18 ans, il était mineur au moment des faits.

« Il a été confondu par son ADN, retrouvé dans des traces de sang sur la scène du crime », a indiqué une source policière à l’AFP, confirmant une information du Parisien. « Il a reconnu les faits et va être très prochainement transféré devant un juge d’instruction de Melun pour être mis en examen ».
TF1

Metz: attaque à la machette en sortie de discothèque (Maj – 2 ans ferme pour les agresseurs algériens)

Maj 24-08-2013
Lahcen BANABBOU et Hocine SADOUKI ont été condamnés à 3 ans dont 2 ferme pour l’agression à la machette contre Nicolas et Cyril.


Maj 23-08-2013

Les auteurs présumés d’une agression à la machette, le week-end dernier, à Metz, ont été arrêtés. Ils devraient être jugés aujourd’hui.

L’enquête, rondement menée par les hommes de la brigade des violences urbaines de la sûreté départementale, a rapidement permis d’identifier les auteurs. Des investigations étayées par l’exploitation de la vidéosurveillance.
Résidents au foyer en Nexirue de Metz, ces deux ressortissants algériens, âgés de 19 et 22 ans, ont été interpellés et placés en garde à vue mercredi. Si l’un a avoué avoir pris part à l’altercation tout en niant les coups de machette, le second n’a rien reconnu. De plus, la machette n’a pas été retrouvée.

Article complet sur Le Républicain Lorrain

——————————————————————————————————————–

[...] Les faits ont eu lieu samedi matin, probablement sur les coups de 4 h. Deux groupes commencent à s’apostropher devant un snack. Les échanges deviennent vite plus virils. A deux contre deux, la violence monte d’un cran.

Un duo bat en retraite mais aurait retrouvé, un peu plus tard, ses adversaires du côté de la rue Lasalle et de la place Saint-Nicolas.

La bagarre prend une autre dimension quand l’un des assaillants dégaine une lame impressionnante. L’une des victimes est touchée au flanc, puis à la main.

Elle s’écroule un peu plus loin. Hospitalisé à Mercy, le jeune homme a été opéré en urgence de tendons sectionnés. Ses jours ne sont pas en danger.

Son compère ne s’est rendu à la police que samedi soir pour signaler les faits.

Une enquête a démarré pour identifier l’auteur des coups porté avec l’arme blanche et son complice. Les éléments manquent, pour le moment.

Le Républicain Lorrain
(Merci à Bitume8)

Marseille, meurtres et renforts de police : le déjà-vu (Vidéo)

Lundi 19 août, un jeune homme a été tué par balle à Marseille, dans le quartier de l’Estaque, probablement victime d’un règlement de comptes. Quelques heures plus tôt, un jeune homme mourrait à la suite de blessures au couteau, reçues dans une rixe au sortir d’une boîte de nuit.
La réaction politique n’a pas tardé avec l’arrivée dans la ville du premier ministre accompagné de cinq ministres. Le déplacement paraît exceptionnel et l’annonce d’ampleur : 24 policiers d’investigation et une compagnie de CRS sont promis pour rétablir l’ordre et la sécurité. Mais la mesure a un goût de déjà-vu.


Marseille, meurtres et renforts : le déjà-vu

Les mots sont les mêmes qu’un an plus tôt quand, le 29 août 2012, un homme de 25 ans avait été tué par une rafale de Kalachnikov. C’était déjà Jean-Marc Ayrault qui réagissait. En mai 2011, c’était Claude Guéant. Et en novembre 2010, Brice Hortefeux. Le Monde

USA : Un vétéran de 88 ans battu à mort sans raison par 2 jeunes Noirs

Un vétéran de la Seconde Guerre mondiale âgé de 88 ans a été battu et laissé pour mort par deux adolescents à l’extérieur d’un saloon de Spokane (Etat de Washington) où il aimait aller jouer au billard.

Le motif de cette agression? La police n’en a pas à ce jour. Les adolescents semblent avoir choisi cet homme au hasard affirment les autorités.

Delbert Belton,  ouvrier d’une compagnie d’aluminium à la retraite,  a combattu dans le Pacifique. Ses amis disent de lui qu’il a pris une balle dans la jambe lors de la bataille d’Okinawa mais qu’il a survécu à cette attaque.

Mais mercredi soir, Belton affectueusement surnommé «Shorty» par ses amis en raison de sa petite  taille, s’est rendu vers le « Eagles Lodge » où il était un habitué des lieues.

La police l’a retrouvé gisant sur le parking avec de graves blessures à la tête. Il est décédé jeudi. [...]

La police recherche deux suspects. Des témoins les ont décrit comme des «jeunes hommes afro-américains de taille moyenne» d’après le communiqué de la police. [...]

CNN
(Merci à C_pas_vrai/Anargyre et Zebulon pour la traduction)

En complement USA:
Des « adolescents » noirs tuent un sportif australien « pour s’amuser » (21.08.13)
USA/Clayton : 2 Noirs admettent avoir battu, étranglé, et jeté le corps d’une ado de 12 ans dans un conteneur à déchets (14.08.13)
3 Noirs agressent sauvagement un collégien dans un bus (08.08.13)
Un bébé abattu d’une balle dans la tête dans sa poussette, 2 ados afro-américains arrêtés (23.03.2013)

Valenciennes: un policier coupable de « violences illégitimes » sur un « scootériste » qui lui aurait foncé dessus ?

Les faits remontent à la nuit du dimanche 11 au lundi 12 août. Un équipage de trois policiers voit passer deux hommes non casqués sur un scooter qui fonce à toute allure dans les rues de Valenciennes.

Ils prennent donc le deux-roues en chasse et somment le conducteur de s’arrêter. Mais ce dernier n’obtempère pas.

Celui-ci, un homme âgé de 39 ans, est archi-connu de la justice. Il a été condamné à 21 reprises (pour vols, violences, etc.) et est sorti de prison il y a tout juste dix jours.

Et ce soir-là, en plus de ne pas porter de casque, il est ivre. « J’avais bu. Quand j’ai vu les policiers j’ai pris peur, je ne voulais pas retourner en prison… » Il décide donc de prendre la fuite, sème la voiture de police et dépose entre-temps son passager.

Passé le pont Jacob, il emprunte une étroite rue mais là, surprise, au bout de la ruelle l’attend un policier, à pied, et bien déterminé à l’interpeller. C’est là que les versions divergent.

Pour le policer, le scootériste aurait tenté de forcer le passage, lui fonçant dessus à toute vitesse. Il se serait alors protégé avec son tonfa, touchant sans le vouloir le Valenciennois au niveau de l’œil gauche.

Le scootériste explique lui qu’il aurait bien tenté de passer par cette rue malgré la présence du policier sur la voie, certes, mais qu’il n’a jamais voulu lui foncer dessus. Il aurait juste souhaité passer à côté de lui pour s’enfuir, sans le toucher.

Et selon lui, le gardien de la paix lui aurait à ce moment-là asséné un coup de tonfa au visage, usant d’un mouvement circulaire.

Ce que l’avocate du prévenu présente comme un « usage illégitime de la violence »…

L’Observateur du Valenciennois
(Merci à BobbyW)