Marseille, l’élection municipale et son contexte (vidéo)

Mohammed (à 7mn40s) : « les quartiers nord c’est vrai, on était mélangé, c’était très cosmopolite, il y avait de tout, il y avait du Français de souche, de l’Italien, de l’Espagnol, de l’Arabe »


source : compilation de l’émission – Marseille - 13h15, le dimanche – France 2 – 16 02 2014

Municipales : Valls va-t-il plomber les comptes des candidats ?

Steeve Briois (FN) et Jean-Claude Gaudin (UMP) ont tous deux annoncé qu’ils allaient saisir la Commission des comptes de campagne. En cause : les déplacements de Manuel Valls à Henin-Beaumont et Marseille. Que peuvent-ils en attendre ? [...]

Hebergeur d'image

  • Manuel Valls peut-il pénaliser les candidats socialistes ?

Il est désormais acquis qu’un représentant d’une formation politique venant soutenir un candidat ne nécessite pas, pour ce dernier, d’inscrire le déplacement en question dans ses comptes de campagne. Dès lors, il s’agit de savoir si un ministre en exercice, comme Manuel Valls, est un représentant d’une formation politique.

Pour répondre à cette question, il est nécessaire de se référer à la jurisprudence du Conseil Constitutionnel, datant d’octobre 2009. Yves Foulon (UMP) avait vu ses comptes rejetés par la Commission, au motif d’un dépassement du plafond dû à une visite de soutien de François Fillon, alors Premier ministre. Mais les Sages en ont décidé autrement, estimant que le chef du gouvernement était bien un représentant d’une formation politique. A priori, les requêtes de l’UMP et du FN devraient donc aboutir à une décision similaire. Avec tout de même un bémol : il ne s’agit que d’une jurisprudence, et pas une règle inscrite dans le marbre.

BFMTV

Marseille. Un homme jeté du 2e étage d’un immeuble, son pronostic vital engagé (MàJ + vidéo)

C’est une riveraine qui avait donné le signalement de ces trois personnes qu’elle aurait vu suspendre la victime dans le vide en la tenant par les pieds avant de la lâcher.

La Provence

_________________

Un homme a été jeté du 2ème étage d’un immeuble dans la nuit de mercredi à jeudi à Marseille (1er). Son pronostic vital est engagé. Il aurait été défenestré par plusieurs personnes. Un bâtiment qui est squatté au 46 rue du petit Saint-Jean dans le 1er arrondissement. 3 ou 4 hommes ont été interpellés.

(…) france 3 Provence

Pape Diouf candidat à la mairie de Marseille selon Le Monde (MàJ)

Addendum 24.05.2013 : Pape Diouf, candidat à la mairie de Marseille (selon le Monde).

Selon des informations du Monde, Pape Diouf, ancien président de l’Olympique de Marseille (2005-2009) aurait annoncé sa décision de présenter en mars 2014 des listes sans étiquette, regroupant des personnalités de la société civile et des «symboles de la diversité», pour la mairie de Marseille.

Les listes Pape Diouf veulent rallier à elles « les Marseillais qui demandent une meilleure représentation de la diversité dans la vie politique » mais aussi « ceux qui ne croient plus aux partis ».

Soutien de François Hollande lors de la présidentielle, Pape Diouf, 62 ans, n’aurait pas voulu rejoindre le candidat PS, Patrick Mennucci malgré divers sollicitations.

Le Figaro ; Le Monde


L’ex-président de l’Olympique de Marseille pourrait annoncer sa candidature au poste de Jean-Claude Gaudin, actuel maire de Marseille. Pour Pascal Boniface, Directeur de l’IRIS, la deuxième ville de France a besoin d’un homme qui pourrait bouleverser la classe politique locale.

Cela serait un formidable message d’espoir pour notre pays, de fraternité triomphante. Cela aurait un effet énergisant sur l’ensemble de la société française.

Cela peut être une très bonne nouvelle non seulement pour Marseille mais également pour la France. […] S’il confirmait sa candidature, l’élection de Marseille serait au cœur de la campagne des municipales. Pas seulement pour l’éventuelle alternance politique dans la seconde ville de France, mais surtout pour l’impact que cela pourrait avoir sur la société.
Pape Diouf serait le premier maire noir d’une grande métropole française. Ce qu’a fait Kofi Yamgnane à Saint-Coulitz, il le ferait dans la seconde ville de France. Tous les médias étrangers et nationaux suivraient cette élection.

Le problème des discriminations raciales est l’un des plus douloureux en France. Pape Diouf ne verse pas dans le communautarisme, il assume son identité, mais il ne la résume pas à sa couleur de peau. Après avoir été le seul président noir d’un grand club européen, il serait le premier maire noir d’une grande métropole européenne. Cela donnerait une formidable image positive de la France à l’étranger.

Ce serait la meilleure façon de clore la douloureuse affaire Dieudonné, dont l’épisode judiciaire semble terminé mais qui a laissé des traces dans la société. […]

Alors oui, vas-y Pape fonce, ça risque d’être fantastique !

Le Nouvel Obs

L’absentéisme scolaire bat des records à Marseille

Selon une étude de l’Union départementale des associations familiales (Udaf 13), réalisée sur la base de chiffres fournis par l’Inspection académique, à Marseille, l’absentéisme scolaire touche 10% des élèves, un taux quatre fois supérieur à la moyenne nationale. Ce très mauvais chiffre est particulièrement lié aux zones sensibles où se cumulent handicaps socio-économiques et culturels.

Sur l’ensemble des Bouches-du-Rhône, 6,1% des jeunes inscrits dans les établissements publics du second degré entre 2004 et 2010 ont manqué les cours plus de quatre demi-journées par mois. Dans la cité phocéenne, ce taux s’élève à 10% (3% sur le reste du département). Les collèges y sont les plus touchés (13,2%, contre 2,3% dans l’Hexagone), devant les lycées professionnels (8,4%) et les lycées généraux et technologiques (4,6%).

Les quartiers Nord de la ville affichent des records dont Marseille se passerait bien : plus d’un élève sur cinq manque d’assiduité dans les 15e et 16e arrondissements. Dans les collèges, le taux grimpe à près d’un sur quatre (24,1%) dans le 16e, et plus d’un sur trois (34,4%) dans le 15e.

Les raisons de cet échec ? Les variables scolaires tout d’abord : accumulation des difficultés d’apprentissage, exclusions à répétition, stigmatisation, rejet de certains enseignements, relations conflictuelles prof/élève. Le contexte familial et social ensuite: défaut d’autorité parentale, précarité (logements insalubres, promiscuité…), « mise en responsabilité précoce de l’enfant », pratiques culturelles… Enfin, viennent les raisons personnelles (état de santé, principalement psychologique).

La Provence

Marseille (13) : Farid projette un chat contre un immeuble et diffuse les vidéos sur Facebook (Vidéo très choquante). MàJ L’homme interpellé par la police

Addendum :

Ce matin, la police a interpellé un jeune homme âgé de 25 ans après avoir torturé un chat. Celui qui se présentait sur Facebook comme « Farid de la Morlette » avait publié sur son profil le 22 janvier deux vidéos où on le voyait jeter violemment dans les airs et contre un mur un chat. La mobilisation sur internet ne s’est pas fait attendre, avec notamment des groupes Facebook qui se sont créés pour dénoncer ces faits.

Alertée à de nombreuses reprise, la police a donc procédé à l’interpellation de l’homme qui est actuellement en garde à vue au commissariat du 15e arrondissement de Marseille.

La Provence, merci à Thierry

Un jeune homme qui se fait appeler sur Facebook « Farid de la Morlette » s’amuse à jeter un chaton contre un immeuble… sous les rires de ses amis qui filment la scène…

Il semblerait habiter Résidence la Maurlette dans le XVème arrondissement de Marseille.

trashlogo

Le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende.

Rappel: Analyse d’Aldo Stérone datant du 15 février 2013, à propos de la cruauté de certaines personnes envers les animaux:

(Merci à martin)

Marseille : Medjou Lakhdar tué à la Kalachnikov au lendemain de la visite de Valls

Marseille est une nouvelle fois secouée par la violence. Mardi, un homme a été tué d’une rafale de kalachnikov dans les quartiers Nord de de la ville. La victime a été prise pour cible dans l’après-midi alors qu’elle se trouvait au volant d’une voiture de location dans le quartier sensible de Val Plan, dans le 13e arrondissement. Le véhicule des tireurs, une Twingo volée, a été retrouvé incendié peu après les faits à proximité des lieux du crime.

La victime a été identifiée comme étant Medjou Lakhdar, 41 ans, connu des services de police pour trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs, a détaillé le procureur. Présenté par un enquêteur comme le chef présumé du réseau de stupéfiants de la cité, il aurait été condamné à neuf ans de prison pour avoir tenté de faire évader de la prison de Villefranche-sur-Saône (Rhône) le « roi de la belle » Pascal Payet en 2005.

Le Parisien

Marseille: un homme retrouvé mort chez lui tué d’une balle dans la tête

Un homme de 47 ans, connu des services de police, a été retrouvé mort à son domicile, ce matin à Marseille, tué d’une balle dans la tête. Il a été découvert « par une infirmière qui venait donner des soins dans l’immeuble et a vu une porte entrebâillée. » Le décès de cet homme, Thierry S., pourrait remonter à vendredi, le sang ayant séché, a ajouté le magistrat, précisant que « cinq ogives de 9 mm » ont été retrouvés sur les lieux. Né en mai 1966, il avait notamment été condamné en 2006 à un an de prison ferme dans une affaire de machines à sous.

La police, chargée de nombreux dossiers de règlements de comptes, a été saisie de l’affaire, n’excluant aucune piste à ce stade. Selon une source proche de l’enquête, la victime était un « touche-à-tout du milieu » qui avait débuté dans le proxénétisme avant de s’orienter vers les machines à sous.

(…) Le Figaro

Marseille : une septuagénaire ligotée et violée par des cambrioleurs. Un mineur arrêté pour homicide suspecté (MàJ)

Addendum 20.01.2014 :

Un garçon de 16 ans a été arrêté ce matin vers 1h place Sadi-Carnot (2e) à Marseille pour un homicide commis le 20 décembre dernier dans le quartier d’Endoume, rue Chaix (7e) contre un octogénaire retrouvé mort, sans doute après un cambriolage.

L’adolescent est également soupçonné d’avoir participé au viol de la septuagénaire, chez elle boulevard Baille, dimanche matin, après un vol avec effraction, puis une séquestration, commis avec deux complices.

La Provence (Merci à natacha3 )

Les malfaiteurs ont attaché les pieds et les mains de leur victime avec un câble électrique

Une femme de 77 ans a vécu des minutes d’horreur dimanche matin vers 6 h lorsqu’elle a été réveillée, ligotée, dépouillée, puis violée par trois hommes qui l’ont surprise à son domicile du boulevard Baille (6e) à Marseille. (…)

La Provence

Aubagne (13) : un homme tué d’une rafale de kalachnikov

Un homme d’une trentaine d’années a été abattu d’une rafale de kalachnikov, dimanche vers 21h30 à Aubagne, près de Marseille, alors qu’il se trouvait au volant d’une voiture. Atteinte de plusieurs balles, notamment à la tête, la victime, originaire d’Aubagne et connue des services de police, est décédée sur place.

L’homme se trouvait, cagoulé, sur une avenue périphérique de la ville, au volant d’une voiture BMW volée et porteuse de fausses plaques d’immatriculation, quand il a été pris pour cible. Une kalachnikov a été retrouvée sur ses genoux.

(…) Le Parisien

Les Comoriens de Marseille exigent une place dans la vie politique locale

Les Comoriens de Marseille exigent une place dans la vie politique locale. Les élections municipales approchant, un millier de personnes, majoritairement issues de cette communauté estimée au nombre de 70 000, se sont réunies pour réclamer une meilleure représentation des minorités visibles.

« Ce que l’on veut, c’est que les minorités visibles soient représentées dignement sur les listes de droite comme de gauche. La politique marseillaise a oublié la communauté comorienne alors qu’elle représente 10 % de la population marseillaise. « 

Notre dénominateur commun est la lutte contre les discriminations et l’injustice sociale. Les chemins qu’on empruntera seront sans doute différentes, à droite ou à gauche, mais nous aurons pour raison commune la lutte contre le racisme et les discriminations.

Saphir

Europride: L’exposition évaporée

Les œuvres de l’exposition « Corps et histoire » organisée pour la LGP en juillet ont disparu. Les rémunérations des artistes et les responsables de l’association aussi. Une plainte est déposée.

Tout semblait bien sur les rails pour l’exposition « Corps et histoire » commandée par l’association Lesbian and Gay Pride (LGP) à l’occasion de l’Europride. Une vingtaine d’artistes nationaux et internationaux, deux commissaires d’exposition de renom : Julien Blaine et Marc-Antoine Serra, un lieu de création reconnu : la Friche Belle de Mai, et un soutien financier de la Ville, du conseil général et de la Région.

Et pourtant, dès l’ouverture, les problèmes s’accumulent. « Le catalogue de l’exposition et les affiches n’étaient pas tirés », rapporte Marc-Antoine Serra. De quoi mécontenter les participants qui ne se doutent pas encore de la suite.

Après le 19 juillet, date de clôture de l’Europride dont les événements se sont déroulés dans une ambiance de désordre général, les artistes locaux récupèrent leurs oeuvres. Tous les autres ne les reverront plus. « Suzanne Ketchian, la présidente de la LGP, et son adjoint ont disparus depuis lors. Locaux fermés, changement de numéros de téléphone, plus aucune réponse aux mails. Impossible de les joindre », poursuit Marc-Antoine Serra.

En plus des œuvres volatilisées, « personne n’a été payé : commissaires, régisseurs, artistes, fournisseurs… Pire, le transporteur qui a acheminé les œuvres se retourne aujourd’hui contre les artistes ! », s’étrangle-t-il.

Chez Orgatrans, une société basée à Lyon, on confirme la démarche, assurant que « plusieurs recommandés adressés à la LGP n’ont même pas été retirés. »

Furieux, Marc-Antoine Serra a écrit au procureur de la République sans avoir pour l’heure de réponse.

De son côté, Julien Blaine se récrie : « C’est une escroquerie incroyable, du vol ! »

« L’exposition était magnifique et elle est passée presque inaperçue puisque aucun matériel de communication n’avait été sorti. Aujourd’hui, on ne sait même pas où la plupart des œuvres sont passées », s’indigne Julien Blaine. Pour lui, « elles sont peut-être dans les locaux de la LGP ». Mais le rideau de fer du 11, rue Moustier est invariablement baissé depuis plusieurs mois sans que les deux commissaires n’aient pu le faire ouvrir par le propriétaire des lieux.

« J’ai porté plainte au commissariat de la Canebière pour escroquerie et vol il y a plus d’un mois et demi. Je suis sans nouvelle depuis. Je vais me rapprocher d’un avocat pour changer de style », prévient Julien Blaine.

L’ampleur de l’affaire pourrait largement dépasser le scandale de l’exposition évaporée. L’association LGP présidée par Suzanne Ketchian a en effet reçu près de 260 000 euros de subventions des collectivités dont 100 000 euros accordés en mars par la Ville de Marseille.

Un état de fait qui entretient une image déplorable de la cité phocéenne et pourrait pénaliser l’ensemble du tissu associatif LGBT pourtant composé quasi exclusivement de bénévoles.

La Marseillaise, merci à Stormisbrewing