Le jet-setteur accusé du meurtre du Mozart des échecs

Qui a tué le champion d’échec Gilles Andruet en août 1995 ? La cour d’assises de l’Essonne juge aujourd’hui une de ses anciennes connaissances extradée du Maroc où il s’était réfugié. Près de vingt ans après l’assassinat du génial joueur d’échecs Gilles Andruet, Sacha Rhoul, longtemps en cavale, comparaît aujourd’hui devant les assises de l’Essonne. En filigrane, le monde des jeux et une spirale de dettes pour la victime, fils du pilote automobile Jean-Claude Andruet. Et un univers de luxe et de paillettes pour l’accusé, fils de l’ancien secrétaire particulier de Johnny Hallyday.

Pendant neuf ans, Sacha Rhoul, en fuite au Maroc, a échappé à la justice française. Durant cette période, dans le palais qui porte son nom à Marrakech, ce jet-setteur organise pourtant des fêtes pour le footballeur Nicolas Anelka. « Il ne se cachait pas vraiment », estime un magistrat en charge du dossier. En 2006, le quadragénaire est condamné par contumace et arrêté en 2010. La loi oblige à ce que le condamné soit alors rejugé. Sacha Rhoul est extradé en France et incarcéré dans l’attente du procès. L’audience qui s’ouvre aujourd’hui devra déterminer son éventuelle participation dans l’assassinat le 22 août 1995 du Mozart des échecs, retrouvé roué de coups de batte de base-ball au bord d’une rivière à Saulx-les-Chartreux (Essonne).

(…) Le Parisien

Maroc: création d’un conseil économique pour renforcer la présence française

L’ambassadeur de France à Rabat Charles Fries vient de mettre en place un conseil économique destiné à renforcer la présence française au Maroc.

Composé d’une douzaine de personnes parmi lesquelles des chefs d’entreprise, ce conseil se réunit trois à quatre fois par an pour aplanir les obstacles au développement de la présence française dans le royaume chérifien, selon une information rapportée par le quotidien Le Monde….

Grâce à un coup de pouce du conseil économique, qui constitue désormais le fer de lance de la diplomatie économique française au Maroc, l’entrepreneur français Jean-Claude Bouveur, qui avait rencontré des difficultés pour lancer une usine de fabrication de grosses pièces métalliques, a pu obtenir une autorisation en moins de 24 heures.

« Les chefs d’entreprise qui veulent accéder au marché marocain savent que je suis le seul à être reçu au palais et par les ministres dès que cela est nécessaire», indique M. Fries…

Ecofin

Ribéry : «Le peuple algérien est le plus proche de mon cœur»

Dans des déclarations faites à la chaîne égyptienne Al Hayat, l’international français Franck Ribéry a réitéré son attachement à sa religion, l’islam, et au pays de son épouse, l’Algérie.

«Je suis un musulman convaincu. Mon épouse est une musulmane d’Algérie, ainsi que toute ma famille. Beaucoup de gens m’appellent Franck, mais dans ma vie privée, on m’appelle Bilal car je suis musulman», a-t-il affirmé.

Il a ajouté qu’il «respecte beaucoup tous les peuples musulmans. Naturellement, le peuple algérien est le plus proche de mon cœur. Il y a aussi les peuples marocain et tunisien et les peuples musulmans africains. J’ai appris beaucoup de choses en découvrant tous ces peuples. Beaucoup de gens trouvent cela bizarre, y voyant même une forme de racisme, mais ce n’est pas mon avis. Pour moi, il n’y a aucune différence entre les Européens et les Africains».

Ribéry a révélé qu’il aime être proche des démunis et qu’il est heureux quand il leur procure un peu de bonheur à travers le football. «Je passe beaucoup de temps avec ces gens. Il m’arrive même parfois de visiter des pays musulmans ou africains. Une fois, j’ai été en Algérie avec mon épouse et ça a été une expérience inoubliable pour moi. Le peuple algérien est très hospitalier et généreux. Je me suis senti comme chez moi. C’était un sentiment indescriptible», a-t-il expliqué. […]

lebuteur.com (Merci à NightsWind )

Espagne : Les Marocains, première population carcérale étrangère

L’administration des prisons en Espagne vient de publier son rapport 2012 sur l’état des centres pénitenciers et les étrangers qui y sont incarcérés. Les Marocains représentent presque le quart de cette population. Un pourcentage en hausse alors que la tendance chez les Espagnols est à la baisse.

Les Marocains occupent la première position des populations étrangères incarcérées. Ils devancent les Colombiens (2272), les Roumains (2028), les Equatoriens (997), les Dominicains (886), les Algériens (590) et les Boliviens (478) détenus.

A l’origine de ces multiples condamnations, des accusations principalement de trafic de drogue (29,34%), vols (24,84%), agressions et blessures (10,99%) et dans une moindre mesure des assassinats, seulement (2,37%).

Plus globalement, les Marocains représentent presque le quart des détenus étrangers en Espagne. (…) Si le nombre de Marocains dans les prisons espagnoles est en hausse, celui des Espagnols a considérablement diminué. Les statistiques officielles montrent, en effet, qu’ils n’étaient que 40.797, dont 3.070 femmes, en 2012 contre 59.704 en 2011.

Yabiladi - merci antibarbare

Assaut sur l’Europe : un millier d’immigrés d’Afrique noire tentent de forcer la frontière de Melilla (video)(màj n°5)

[mise à jour du 27 decembre 2013]
Les images montrent un millier d’immigrants qui se dirigent en deux files indiennes parallèles vers la frontière qui sépare le Maroc de l’enclave espagnole de Melilla. Mi-décembre, ils ont lancé un assaut massif sur la frontière. « »La tentative démontre une fois de plus l’extrême pression migratoire.»

France-TV info (merci Ranelagh)

[mise à jour du 23 juillet]
Selon un communiqué de la préfecture espagnole de Melilla, environ 500 personnes ont participé à un assaut, lancé avant le lever du jour en deux points différents de la frontière. romandie.com

[mise à jour du 27 juin]

Au moins 300 migrants s’en ont pris aux forces de sécurité chargées de surveiller la frontière de l’enclave espagnole Melilla, séparant l’Espagne et le Maroc. Leur assaut brutal a permis à une centaine d’entre eux de passer la frontière leur permettant d’aller en Espagne.

Les attaques de migrants subsahariens contre la frontière de Melilla sont fréquentes. Ces derniers rêvent tous de la traverser pour se rendre en Europe. afrik.com

——— [mise à jour du 26 juin]
Environ 300 immigrants subsahariens ont lancé un assaut massif contre la frontière grillagée qui sépare le Maroc de l’enclave espagnole de Melilla, à la pointe nord de l’Afrique, selon les autorités locales, une centaine étant finalement parvenus à entrer. RTBF-  lavanguardia.com

———-  article du 27 avril 2013
Entre 150 et 200 migrants ont organisé un assaut massif à la frontière et 70 ont passé la barrière séparant le Maroc de l’enclave espagnole de Melilla. La vidéo contient des extraits de deux reportages en espagnol : (1) - (2)

+ article en français (> Libération)

Belgique : Plus aucune naturalisation, mais des néo-Belgo-marocains tout de même

L’information parue dans la presse belge en milieu de semaine semblait alarmante : aucune naturalisation en 2013. Si la loi a changé, les Marocains conservent, par une autre procédure, la possibilité d’obtenir, de droit, la nationalité belge.

« Pas une seule naturalisation en 2013, sous la nouvelle loi », titrait LaLibre.be, mardi 17 décembre. « Quarante fois moins de demande de naturalisations en 2013 », ajoutait le Soir. Selon la presse belge, aucune naturalisation ne sera accordée cette année par les parlementaires belges sur les 508 dossiers introduits au 30 novembre 2013, contre 4 838 naturalisation sur un total de 18 731 l’an dernier.

La nouvelle loi sur l’acquisition de la nationalité est entrée en vigueur le 1er janvier et a profondément modifié le paysage. Hors, la première communauté de nouveaux belges, chaque année, depuis longtemps est constituée par les Marocains. Ils représentent près de 20% des ceux qui obtiennent la nationalité belge. Ils devraient donc être les premiers touchés par cette réduction drastique des naturalisations, n’eût été « l’acquisition de la nationalité ».

« Il y a deux façons d’obtenir la nationalité belge : par l’acquisition de la nationalité et par la naturalisation. La réforme a touché la première procédure, pour rendre à la seconde son rôle de voie exceptionnelle pour devenir belge », explique Jean-Michel Lafleur, directeur adjoint du centre d’études de l’ethnicité et des migrations, spécialiste de la participation politique des migrants. L’acquisition de la nationalité est une procédure administrative, tandis que la naturalisation est accordée par le parlement belge lui-même.

« C’est une évolution qui va dans le bon sens, estime Georges Dallemagne, le président de la commission des naturalisations de la Chambre belge. Ce n’est pas le rôle des parlementaires d’examiner des dizaines de milliers de demandes de naturalisation chaque année, sauf à quelques exceptions près[...] »

« La procédure administrative est un droit, si un individu rempli les critères objectifs qui lui sont demandé, l’Etat belge ne peut pas lui refuser la nationalité belge. Le parlement, comme dans l’essentiel des pays d’Europe, n’attribut la nationalité qu’à des personnalités exceptionnelles en dehors des critères officielles », comme une faveur, indique Jean-Michel Lafleur. Jusqu’en janvier 2013, la procédure administrative était si longue et si complexe, que les étrangers étaient incités à présenter plutôt leur dossier au parlement plutôt qu’à l’administration.

La nouvelle loi a revu la procédure administrative pour accueillir, désormais l’essentiel des demandes de nationalité « on devrait donc voir un report du nombre de demande de nationalité du parlement vers l’administration », conclut Jean-Michel Lafleur. Cependant, il est probable que le nombre de nouveaux Belges baisse, car la loi a aussi durci les conditions d’acquisition de la nationalité : 5 ans de résidence plutôt que 3 et la connaissance de l’une au moins des deux langues nationales sont requis. « La loi a ainsi rendu la décision finale beaucoup plus prévisible et plus juste car avant la marge de manœuvre des élus était telle que les décisions d’octroyer ou non la nationalité devenaient arbitraires », estime le chercheur.

L’une des conditions requises pour obtenir la nationalité par la procédure administrative reste cependant très floue. Un étranger qui demande la nationalité belge doit faire preuve de son intégration en Belgique. « La dessus, la loi est très floue. Elle dit simplement qu’un diplôme, une formation professionnelle, ou avoir travaillé 5 ans sont des preuves d’intégration. Un chômeur longue durée aura donc du mal à obtenir la nationalité », signale Jean-Michel Lafleur.

Yadibaldi

Vallaud Belkacem, Franco marocaine et porte parole du gouvernement, dénonce la position de l’Espagne sur l’IVG

L’Espagne est revenue le 20 décembre sur le droit à l’avortement. Une décision regrettée par la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem ce 21 décembre.

Elle rappelle dans un tweet que restreindre ce droit « c’est entraver l’autonomie des femmes » et accompagne son message du hashtag « Espagne » :

Le Lab

Pour rappel :

Maroc : la loi sur l’avortement en question

L’association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin s’inquiète face à l’augmentation des condamnations des médecins pratiquant illégalement l’avortement. Une pratique qui demeure illégale au sein du royaume chérifien. Face à l’augmentation de cas d’avortement illégaux et condamnations de médecins, les autorités vont-elles décider d’assouplir la loi ?

Les avortements demeurent de plus en plus fréquents au Maroc du fait de l’augmentation des grossesses indésirées. L’avortement étant une pratique illégale au royaume chérifien, les médecins pratiquant l’intervention prennent le risque de se faire condamner.

Afrik.com

Najat Vallaud Belkacem est Franco marocaine

Maroc : Les enfants des clandestins peuvent être scolarisés

Depuis le 9 octobre les enfants des immigrés subsahariens en situation irrégulière au Maroc ont le droit d’aller à l’école.

«Personne ne veut utiliser le mot de ‘clandestin’ ou d’’étranger en situation administrative irrégulière’ donc on utilise, comme c’est le cas dans la circulaire, le terme de Subsaharien, mais le terme est mal choisi», reconnaît Fanny Curet (Service Accueil Migrant (SAM) rattaché à Caritas Maroc).

Grâce à la circulaire, les enfants ont non seulement le droit d’aller à l’école – ce qui pouvait parfois être le cas dans le passé lorsqu’un directeur d’établissement était particulièrement compréhensif – mais ils pourront également disposer désormais d’un certificat de scolarité pour chaque année passée dans le système scolaire marocain. Il leur permettra de poursuivre leur scolarité dans d’autres pays si besoin. L’enseignement qu’ils reçoivent au Maroc a une valeur et elle est désormais reconnue. […]

«Ce qui peut être difficile également c’est le fait d’être le seul étranger, le seul noir de la classe ; le seul chrétien aussi. Il arrive que certains parents refusent que leurs enfants aillent aux leçons de Coran. Les enseignants ne comprennent pas parce qu’elles font partie intégrantes du programme, elles donnent lieu à une note», souligne la responsable du SAM. Tous les parents ne réagissent pas de même. […]

«Entre 4 et 5 ans, j’ai réussi à mettre mon petit garçon dans un groupe scolaire, mais il subissait trop de racisme.», raconte Angélique, Congolaise du Congo Brazzaville. […]

yabiladi

Manuel Valls veut un conseil musulman indépendant des pays étrangers

D’après l’Express, le ministre vient de demander à ses collaborateurs une liste de «personnalités de la société civile» susceptibles de siéger dans le nouveau conseil. Pour Manuel Valls, il s’agira d’avoir un conseil indépendant des pays d’où sont originaires les musulmans de France.

En septembre 2012, le ministre de l’Intérieur et (à sa droite) Ahmed Toufiq, ministre marocain des Habous et des Affaires islamiques, inauguraient la grande mosquée de Strasbourg. A cette occasion manuel Valls avait salué un «islam de France nourri des valeurs d’humanisme» et a rappelé que «l’islam avait tout sa place en France car l’islam de France, c’est aussi la France».

Lors des élections de juin dernier, c’est le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur (proche de l’Algérie) qui a été élu président du CFCM, l’instance qui représente actuellement les musulmans de France. Il succédait à Mohammed Moussaoui (proche du Maroc), élu en 2008.

Manuel Valls avait provoqué l’émoi lors du dernier conseil des ministres, en s’attaquant directement à l’Islam. Pour lui, «la France et l’Europe doivent démontrer que cette religion, à qui l’on demande de faire ce que d’autres ont fait en plusieurs siècles, est compatible avec la démocratie».

bladi ; CFCM

Enquête sur le racisme anti-Noirs au Maroc (Vidéo)

Les migrants Sub-sahariens sont les premières victimes de racisme au Maroc. Ils seraient près de 20.000 dans le royaume. Clandestins, une majorité d’entre eux espère rejoindre un jour les côtes européennes. Reportage France 24.

Certains migrants pensent même à rentrer chez eux.

On nous appelle des singes.

bladi

Un Tarnais emprisonné au Maroc pour une relation amoureuse

Une Audi TT, 500 000 dirams (50 000 euros) et un mariage à l’ambassade de France ! Pour Cédric 22 ans, c’est le prix de la liberté.

Ce jeune garçon dont la famille vit à Rabastens, dans le Tarn, s’est installé au Maroc voilà maintenant 18 mois pour développer une entreprise liée à l’informatique. Il dort à la prison de Casablanca depuis le 7 juin.

Voilà un an ce jeune garçon rencontre une jeune fille, Syrene, d’origine tunisienne mais née au Maroc. Ils se croisent, se recroisent et peu à peu leur relation devient plus intime. [...] Fin mai la belle histoire d’amour bascule. Cédric est arrêté par la police marocaine et accusé de viol. «L’accusation de viol n’a pas été retenue à l’issue de l’enquête mais il reste accusé d’agressions sexuelles et de défloration, une circonstance aggravante pour le code pénal marocain», précisent ses avocats.

Fin juillet lors d’un premier séjour au Maroc, ses avocats toulousains ont été confrontés à un système «particulier». «Soit on accepte la négociation et il n’y a plus de poursuite, soit Cédric risque jusqu’à 8 ans de prison», annonce Me Franck. Malgré des conditions de détention difficiles, Cédric refuse de négocier. «Il pense qu’il s’est fait piéger. Et imaginer le contraire est difficile», regrette Me Martin. [...]

La Dépêche du Midi

Suisse. Un joueur de hockey et son amie se font poignarder par un Marocain

L’homme poignardé est un jeune attaquant du club de hockey sur glace d’Ajoie. Il a reçu douze coups de couteau, mais ses jours ne sont pas en danger.

(…) Une sombre histoire de drague semble être à l’origine de l’altercation. L’agresseur, un Marocain de 24 ans, aurait tenté d’accoster la jeune femme un peu plus tôt dans la soirée en marge de la fête. La sœur de celle-ci raconte: « Elle était avec une copine légèrement à l’écart de la foule. C’est là que ce type et ses copains ont commencé à leur tripoter les seins », explique-t-elle. Les jeunes femmes se sont alors débattues vivement. « Des premiers coups ont été échangés mais les filles se sont enfuies en courant. » Insistants, les suspects les ont prises en chasse et les ont rapidement retrouvées dans la foule. Le ton est monté. L’ami hockeyeur des jeunes femmes s’est interposé.

D’après nos informations, le jeune homme est toujours hospitalisé mais serait en état de marcher. Pour son amie, la situation est plus compliquée.

(…) 20 minutes

Merci à se8