Paris (75) : deux femmes bosniaques écrouées pour des vols dans le métro

Deux jeunes femmes soupçonnées de vols dans le métro, et qui appartiendraient au « clan Hamidovic », ont été écrouées ce week-end à Paris après avoir tenté de se faire passer pour mineures pour échapper à la prison, a appris aujourd’hui l’AFP de source policière. La semaine dernière, quatre jeunes femmes ont été interpellées dans le métro parisien par des policiers de la Direction de sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), après des vols ayant visé des touristes japonaises.

Elles ont toutes déclaré être mineures et âgées de 16 ans. Deux ont cependant été confondues notamment grâce à l’aide d’un policier bosniaque en poste à Paris pour aider la DSPAP à lutter contre les vols perpétrés par des ressortissants des pays de l’Est. L’une avait en réalité au moins 18 ans et l’autre 28 ans, a établi la police, ce qui a permis de les mettre en garde à vue et de les déférer devant la justice tandis que leurs deux présumées complices, mineures, ont été remises en liberté.

Elles ont été condamnées ce week-end à huit mois de prison ferme après comparution immédiate devant un tribunal, a dit la source policière. Elles n’en étaient pas à leur coup d’essai, selon cette source: l’une des deux suspectes avait été contrôlée pour des vols similaires plus de trente fois et a fait l’objet de 22 procédures judiciaires depuis début 2014. Sa minorité déclarée lui avait permis d’échapper à une peine coercitive, a encore précisé la source.

Le « clan Hamidovic », dont se réclament les suspectes, est un gang soupçonné de forcer des jeunes filles originaires de Bosnie-Herzégovine à voler dans le métro. Le 17 mars s’est ouvert à Paris le procès en appel de membres présumés le diriger qui, en première instance, avaient été condamnés à des peines de prison de un à sept ans. Il est prévu pour durer jusqu’au 24 avril.
Le Figaro

Ces mafias étrangères qui s’implantent dans le Sud-Est

Dans le grand Sud-Est (c’est-à-dire sur un territoire couvrant les régions Rhône-Alpes et Paca), voilà plusieurs années que la situation est alarmante : les mafias russes et géorgiennes s’implantent progressivement, les Italiens sont de plus en plus présents, les Albanais investissent le nord de Rhône-Alpes, les Tchéchènes et les Moldaves tentent de détrôner les trafiquants locaux dans les villes moyennes.

Aux yeux de Thierry Colombié, l’un des spécialistes de la criminalité organisée (1), cette percée des organisations étrangères ne doit pas cacher les réalités françaises, à savoir, « le haut degré de corruption, notamment dans le Midi, et la puissance du milieu marseillais ». Voilà bien longtemps, explique l’écrivain, que les Russes travaillent avec la pègre du Sud-Est, tout simplement parce qu’elle est incontournable. [...]

Si Russes et Italiens travaillent avec les Corses, d’autres mafias étrangères ont fait leur apparition ces dernières années dans le Sud-Est. Selon un bon connaisseur du trafic de stupéfiants, la mafia bulgare serait en train de s’associer avec des Français et des Italiens dans le domaine de la cocaïne.

La mafia albanaise, après avoir exploité des centaines de filles sur les trottoirs de la région lyonnaise, a de nouveau investi dans l’héroïne. « Ils maîtrisent parfaitement cette filière. Ils l’ont privatisée pour ainsi dire ! Avec le retour en grâce de cette drogue, dont le prix a beaucoup baissé, la mafia albanaise a tout d’abord occupé la zone frontalière franco-suisse. [...]

Autre sujet de préoccupation important : la présence très prégnante de la mafia géorgienne dans tout le Sud-Est. Plusieurs règlements de comptes internes se sont produits ces dernières années sur la Côte d’Azur et la police a démantelé plusieurs équipes orginaires de ce pays de l’Est. « Il s’agit d’une criminalité multicarte, mais dont la structure est très pyramidale, qui s’appuie sur des petites mains soumises à une obligation de résultats et à une discipline impitoyable. [...]

Élément plus récent encore : des truands moldaves et tchéchènes ont également fait leur apparition dans le paysage de la criminalité organisée : « En Franche-Comté par exemple, des groupes très structurés et surarmés ont détrôné les trafiquants de banlieue de certaines villes moyennes et ont pris le contrôle du trafic de cannabis », confie un policier isérois. « À terme, il est probable qu’ils cherchent à s’implanter également en Rhône-Alpes »…

Le Dauphiné

Désormais, chaque Italien qui recevra de l’argent de l’étranger se verra confisquer automatiquement 20% de cette somme (màj vidéo)

Addendum : extrait du JT de TVLibertés du 18/02/2014


Le journal italien Il Sole rapporte que le gouvernement italien vient de faire passer un décret applicable rétroactivement au 1er février 2014, et qui stipule que les banques devront prélever une taxe de 20% sur tous les virements de fonds en provenance de l’étranger.

20% des sommes reçues sur des comptes italiens seront donc systématiquement confisqués, et pour les récupérer, le titulaire du compte devra apporter la preuve qu’il ne s’agit pas de revenus non déclarés ou d’argent blanchi.

Cette mesure renverse donc la présomption d’innocence traditionnelle, puisque tous les Italiens qui reçoivent des fonds de l’étranger sont considérés a priori comme coupables potentiels de fraude ou de blanchiment d’argent, et que l’initiative d’apporter la preuve du contraire leur revient. Elle ne concerne que les particuliers, et ne s’appliquera pas sur les comptes des entreprises et des travailleurs individuels.

L’Italie est ainsi le premier pays à mettre en œuvre une recommandation du FMI. En effet, au début du mois de janvier, les économistes de Harvard Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff ont affirmé que le fardeau de la dette est tel dans la plupart des économies développées que seuls des défauts de paiement sur les dettes souveraines, une taxation de l’épargne et une inflation plus élevée pourront les ramener à un niveau gérable.

Dans un document de travail commandé par le FMI, ils préconisent un cocktail de mesures, incluant une inflation plus élevée, des restructurations, voire des défauts et la répression financière, qu’ils définissent comme « une taxation opaque sur l’épargne », c’est à dire des remèdes similaires à ceux que le FMI a pu mettre en œuvre pour de nombreux pays en développement en difficulté. (voir l’extrait du document de travail du FMI, « Financial and Sovereign Debt Crises : Some Lessons Learned and Those Forgotten, p.4)
Lire la suite

Lyon: un voleur géorgien condamné à un an de prison ferme

Cet homme de 33 ans était jugé lundi en comparution immédiate.Les jurés n’ont pas pu établir clairement s’il faisait partie d’une mafia. Vendredi dernier, il avait été surpris alors qu’il venait de cambrioler un appartement. C’est le locataire du logement villeurbannais qui avait reconnu certaines pièces de son butin. L’homme a finalement écopé d’un an de prison ferme.

LyonMag

Un ponte de la mafia géorgienne arrêté à Lyon

Un membre important de la mafia géorgienne a été interpellé ce matin dans une clinique lyonnaise, dans le cadre d’un mandat européen dévivré par la justice italienne, a indiqué la gendarmerie.

L’homme, âgé de 43 ans et dont l’identité n’a pas été révélée, a été arrêté vers 10H00, alors qu’il se trouvait en consultation dans une clinique du 8e arrondissement de la ville, a précisé cette même source. [...]

L’individu est soupçonné d’être un des responsables d’un réseau spécialisé dans la grande délinquance et le crime organisé, a-t-on encore indiqué.

Article complet sur le Figaro.fr

Vaste coup de filet en France contre la mafia géorgienne

A Bordeaux, à Lyon, à Nice, en région parisienne… un vaste coup de filet a eu lieu ce mardi matin. Plus de quarante personnes ont été interpellées par la police française, soupçonnées d’appartenir à la mafia géorgienne, qui s’implante depuis plusieurs années sur le territoire.

Les services de police et de gendarmerie traquent depuis deux ans ces équipes de malfaiteurs, responsables de nombreux faits de délinquance, comme les cambriolages en zones rurales, des escroqueries à la carte bleue, des vols à la tire ou à l’étalage, de bijoux, de parfum, de la contrefaçon, ainsi que des faits de violence.

(…) Le Parisien

Spécial Investigation (C+) Au coeur des mafias qui envahissent la France

Spécial Investigation C+. 07.01.2013 (B.A La Nouvelle Edition)

Ali Baddou: Pourquoi est-ce qu’ils viennent en France ? [...] Jérôme Pierrat: Parce qu’il y a des opportunités qui s’offrent à eux depuis quelques temps, on va dire à la faveur de la mondialisation de l’économie, de quelques bouleversements géopolitiques…

Canal +

————————

Le prochain numéro du magazine d’information Spécial Investigation, qui sera diffusé le lundi 7 janvier s’intéresse aux nouvelles mafias et notamment à la mafia nigériane fortement implantée à Lyon. Nommée «419», elle se serait spécialisée dans la traite des femmes et la prostitution.

La mafia nigériane compterait plus d’un millier de membres à Lyon.

Pour l’occasion, Jérôme Pierrat et Barbara Conforti, les journalistes du magazine, ont fait appel à Loulou Dédola, écrivain et musicien lyonnais, afin d’entrer en contact avec les mafieux. Auteur d’un livre sur le sujet (419 – African Mafia), il connaît bien le milieu après avoir vécu au Nigéria.

Après avoir débuté son enquête à Lyon où il a fait témoigner des prostituées nigérianes, Loulou Dédola et l’équipe du documentaire se sont rendus à Benin City, la plaque tournante mondiale du trafic d’êtres humains. «De nombreuses filles sont vendues à d’anciennes prostituées pour environ 10 000€ chacune. Le réseau du 419 les fait venir en France, grâce à des complicités dans des ambassades et des aéroports. Une fois sur place, les filles sont obligées de rembourser la somme de 40.000€ en vertu d’un contrat lié avec un prêtre vaudou», explique Loulou Dédola. […]

En réalité, le «419» serait les petites mains d’autres mafias, de véritables sous-traitants. «Ils font tout, ils travaillent au service et en partenariat avec toutes les mafias. Par exemple si l’une d’elle veut faire passer de la drogue, les Nigérians organisent un immense transfert par body packaging : ils font ingurgiter des kilos de cocaïne à des milliers de gens qui feront ensuite transiter la drogue». […]

Lyon Mag

Sucy-en-Brie (94) : Une «petite ville» de 800 Roms qui vit «en autarcie complète» attend son évacuation

Environ 800 Roms installés illégalement sur un terrain à l’entrée de Sucy-en-Brie (Val-de-Marne), en bordure d’un parc d’activités, attendent leur expulsion prévue à partir du 15 septembre, mais l’évacuation de cette «petite ville», qui vit «en autarcie complète» selon la mairie, promet d’être un défi pour les pouvoirs publics. […]

«On n’y rentre pas comme ça, personne n’est le bienvenu», indique la maire (UMP) de Sucy, Marie-Carole Ciuntu. Il a un fonctionnement que certains n’hésitent pas à qualifier de mafieux.

Le campement occupe un terrain de plus d’un hectare appartenant à l’État et destiné au prolongement d’une route nationale, indique la municipalité. Composé de petites habitations faites de bric et de broc et collées les unes aux autres, il est organisé comme un village avec des ruelles en terre battue jonchées de détritus et débris hétéroclites : carcasses de voitures ou objets calcinés.

«Le problème, c’est le nombre», se désole la maire (UMP) de Sucy, Marie-Carole Ciuntu, qui s’alarme d’un campement «en autarcie complète». «C’est la particularité du camp. Il n’y a aucun contact, aucune demande de PMI (protection maternelle et infantile), de CCAS (centre communal d’action sociale), de scolarisation.» ajoute-t-elle. […]

Le Point

Tramoyes (01) : découverte d’armes lourdes dans un entrepôt

Vendredi matin, les gendarmes de Saint-André-de-Corcy ont découvert à Tramoyes une dizaine d’armes lourdes et de nombreux explosifs.

Les gendarmes de Saint-André-de-Corcy sont intervenus dans un entrepôt de Tramoyes. A l’intérieur, ils ont découverts cinq véhicules de grosses cylindrés, avec à l’intérieur une dizaine d’armes lourdes et d’explosifs.

Le progrès

(merci à Alpines)

« Vous, les Français, vous sous-estimez la présence mafieuse sur votre territoire. »

Parce qu’il a réveillé l’Italie, gangrenée par la corruption, l’auteur du brûlot anti-mafia “Gomorra” vit sous escorte. Il continue malgré tout d’enquêter, d’écrire, de parler.

Publié en 2006, Gomorra fut son tremplin pour la gloire et sa malédiction. Depuis le succès planétaire de cet ouvrage choc, dénonçant les mécanismes de la mafia napolitaine (la Camorra), Roberto Saviano vit sous escorte. (…)

(…) J’ai toujours décrit la Mafia, dans son fonctionnement, comme une entreprise. Je ne suis pas le premier : le professeur Barbagallo ou encore le juge anti-Mafia Falcone l’ont fait avant moi. Mon rôle a consisté à populariser ces mécanismes auprès des médias et du grand public, en expliquant que les « boss » ne sont pas des camorristes entrepreneurs, mais des entrepreneurs camorristes. Une différence fondamentale ! On est entrepreneur avant d’être tueur. Et après, si on passe à la violence, c’est pour avoir plus d’argent, de marchés et de pouvoir.

Vous, les Français, vous sous-estimez la présence mafieuse sur votre territoire.

C’est d’autant plus étrange que les polices étrangères la considèrent comme très importante en France.

Simplement, ici, comme on ne tue pas les gens, ça se voit moins. Pas de sang, pas de Mafia ! Celle-ci est pourtant active dans le blanchiment d’argent, l’immobilier… La Camorra napolitaine, la ’Ndrangheta calabraise et la Cosa Nostra sicilienne sont très implantées chez vous, mais aussi les mafias russe, bulgare, turque, etc.

Le problème, c’est qu’on a tendance en Europe à enquêter sur les personnes plus que sur les capitaux. (…)

Télérama.fr

Nicolas Dupont-Aignan contre « la mafia au pouvoir »

Jadis proche de Philippe Séguin, de Charles Pasqua, de Philippe de Villiers, le président de DLR entend défendre une « droite nationale et socialiste« , tout en luttant contre « le pétainisme ambiant« . « On culpabilise les Français en leur demandant des sacrifices, on leur dit qu’on ne peut pas faire autrement, ce qui est scandaleux« , affirme-t-il.

Volontiers populiste, il dénonce la « mafia au pouvoir« .

Lire l’article en entier…

Sarcelles : La société de sécurité corse qui protégeait Pupponi

Le maire de Sarcelles s’est un temps adjoint les services d’une société de sécurité basée en Corse qui s’est révélé être contrôlée par le grand banditisme insulaire.

Avec l’issue de la primaire socialiste, l’avenir politique de François Pupponi s’est un peu assombri. Sa candidate, Martine Aubry, a été laminée au 2e tour du scrutin. Son mentor Dominique Strauss-Kahn, est cerné par les affaires de moeurs. Et les faits divers s’accumulent autour de la mairie de Sarcelles, son fief, où il cumule les mandats de Premier édile et de député.

Bakchich.com